Soldats canadiens tués en Afghanistan - L'appel du pilote de chasse américain a été rejeté

Barksdale (Louisiane) — Le pilote de chasse américain reconnu coupable de manquement au devoir pour avoir bombardé, il y a plus de deux ans, des soldats canadiens en Afghanistan, tuant quatre d'entre eux, a vu son appel être rejeté, hier, par le général qui l'avait déjà jugé responsable.

L'appel du major Harry Schmidt, reconnu coupable lors d'une audience administrative à la base aérienne de Barksdale, en Louisiane, à la suite de l'incident lors duquel huit soldats canadiens avaient également été blessés, le 17 avril 2002, sera maintenant entendu par un officier supérieur du commandement de combat de l'armée américaine. On ignore encore à quel moment se prononcera le responsable militaire, dont la décision sera finale.

Le général de corps aérien Bruce Carlson, commandant de la 8e Force aérienne des États-Unis, avait prononcé le verdict initial. Il avait alors affirmé, dans une lettre de réprimande, que le major Schmidt avait «agi honteusement» et manifesté «de l'arrogance et un manque de discipline en vol» lors de l'incident.

Relations publiques

Le pilote de la Garde nationale de l'Illinois, qui avait reçu l'ordre de renoncer à 5000 $US en salaire, avait porté sa cause en appel, estimant que la réprimande avait été motivée par le «désir de monter une campagne de relations publiques plutôt que de voir justice rendue».

L'armée de l'air américaine a fait savoir hier que le général de corps aérien Carlson avait rejeté l'appel contestant le verdict. L'affaire sera maintenant confiée au général Hal Hornburg, à la tête du commandement de combat aérien américain, qui prendra une décision qui ne pourra faire l'objet d'un nouvel appel.