Le «statu quo» persiste sur les 1000$ donnés aux voyageurs

En attendant d’obtenir une entente sur le projet de loi du gouvernement libéral, Ottawa a modifié il y a deux semaines le processus de réclamation de la PCMRE, obligeant les demandeurs à indiquer si la quarantaine pour laquelle ils demandent une indemnité découle d’un voyage. Dans l’affirmative, le traitement de leur demande est suspendu.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir En attendant d’obtenir une entente sur le projet de loi du gouvernement libéral, Ottawa a modifié il y a deux semaines le processus de réclamation de la PCMRE, obligeant les demandeurs à indiquer si la quarantaine pour laquelle ils demandent une indemnité découle d’un voyage. Dans l’affirmative, le traitement de leur demande est suspendu.

Le tour de vis promis par Ottawa aux voyageurs tentés de se faire rémunérer leur quarantaine devra attendre encore un peu. L’opposition à la Chambre des communes a refusé d’adopter en accéléré le projet de loi qu’avait concocté le gouvernement Trudeau à cette fin. Le gouvernement a répliqué en ne déposant pas du tout son texte législatif. C’est par conséquent le statu quo qui persiste.

Le gouvernement fédéral veut empêcher que les voyageurs devant se placer en quarantaine à leur retour au pays n’empochent les 1000 $ qu’il offre en guise de congé de maladie. Il a rédigé un court projet de loi en ce sens. Mais comme un projet de loi peut prendre plusieurs semaines, voire des mois avant d’être adopté à la Chambre et au Sénat, le gouvernement s’était mis en tête de demander le consentement unanime des partis d’opposition pour l’adopter dans la même journée, la première depuis le retour des Fêtes, lundi.

Ce consentement lui a été refusé. Des « non » ont fusé des camps conservateur, bloquiste et néodémocrate.

« Je suis extrêmement déçu. Il va falloir que le Bloc et les conservateurs expliquent ça à la population et aux travailleurs du secteur de la santé », a lancé le leader en Chambre du gouvernement, Pablo Rodriguez, en entrevue avec Le Devoir. Il a épargné le NPD dans ses critiques.

Le Parti conservateur avait déjà indiqué au cours des derniers jours qu’il ne fournirait pas son consentement, plaidant que c’est lorsque les projets de loi sont adoptés trop vite que des erreurs surviennent. L’opposition officielle souhaite ainsi que la question soit approfondie en comité parlementaire, et non adoptée à la va-vite. « En septembre, on n’a eu qu’une journée pour débattre du C4 qui a conduit à ces erreurs. Aujourd’hui, ils refusent le débat ! », a écrit le député conservateur Gérard Deltell sur sa page Twitter. « Déposez le projet de loi, on va le débattre et le voter. Ça, c’est le Parlement ! »

Le NPD voulait pour sa part profiter de l’occasion pour négocier avec le gouvernement un élargissement de l’accès au congé maladie pour inclure les personnes en attente d’un résultat de test à la COVID-19. « Beaucoup d’experts ont soulevé le fait que les congés de maladie sont essentiels comme outil pour faire face à la COVID-19. Si on veut changer la Loi, il faut améliorer l’accès [à ces congés] pour ceux qui en ont besoin », avait déclaré Jagmeet Singh lundi matin.

Le Bloc, enfin, déplorait que le changement proposé ne soit rétroactif qu’au 3 janvier. Il aurait préféré que tous les montants empochés par les voyageurs depuis octobre soient remboursés. « Nous voulons nous assurer qu’aucune personne ayant voyagé pour un motif non essentiel ne soit récompensée en touchant ces 1000 $ », a expliqué le leader parlementaire du Bloc, Alain Therrien, dans une déclaration.

Tous les partis d’opposition se sont toutefois dits d’accord sur le principe que les touristes de retour au pays ne méritent pas d’aide gouvernementale.

Tout ce branle-bas de combat a été rendu nécessaire après que des médias ont découvert pendant les Fêtes que rien dans la loi instaurant la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) n’interdisait aux voyageurs de la réclamer. La PCMRE, mise en place cet automne, consiste en un paiement de 500 $ par semaine, pendant deux semaines. Cette prestation est destinée aux personnes qui sont malades de la COVID-19 ou doivent s’occuper d’un proche atteint, ou alors qui doivent se placer en quarantaine préventive et pour qui le télétravail n’est pas une option. Elle est réservée aux travailleurs (donc pas aux retraités qui reviendraient de Floride) qui n’ont pas de congés de maladie payés par leur employeur.

Une « erreur »

Pablo Rodriguez déplore que l’opposition refuse de régler le problème promptement. « On a tous fait une erreur de bonne foi. On ne s’est pas rendu compte qu’il y avait une brèche. » Quand on lui demande pourquoi il n’a pas déposé quand même son projet de loi pour lui faire suivre son cheminement parlementaire habituel, M. Rodriguez dit qu’il espère encore trouver une entente avec l’opposition au cours des prochains jours. « J’ai l’approche de la main tendue. […] J’ai l’intention de revenir à la charge encore, de discuter avec eux, de voir si on peut s’entendre pour faire passer le projet de loi de manière unanime, car si on passe à travers tout le processus du Parlement, ça va être très long. Nous, on veut fermer cette brèche-là tout de suite, demain matin. »

Dans les faits, la brèche est déjà presque colmatée. Ottawa a modifié il y a deux semaines le processus de réclamation de la PCMRE, obligeant les demandeurs à indiquer si la quarantaine pour laquelle ils demandent une indemnité découle d’un voyage. Dans l’affirmative, le traitement de leur demande est suspendu jusqu’à ce que le projet de loi à venir soit adopté.

2 commentaires
  • Pierre Rousseau - Abonné 26 janvier 2021 07 h 54

    L'opposition s'oppose pour s'opposer...

    Tout le monde est d'accord que cette prime aux voyageurs récréatifs n'a aucun bon sens sauf que l'opposition préfère s'opposer. C'est quand même l'argent des contribuables dont il s'agit et c'est une question insignifiante qui ne vise qu'à boucher un trou dans la loi. Or, l'opposition en profite pour faire perdre le temps au Parlement en s'opposant sur des futilités. Pendant ce temps là, les choses importantes peuvent bien attendre... Trudeau continue à tergiverser sur les voyages à la veille de la relâche et la santé des gens prend le bord alors que les vaccins arrivent par le poney express, ça c'est quand ils arrivent. La caractéristique principale de ce Parlement : pathétique.

  • Jean-Paul Charron-Aubin - Abonné 26 janvier 2021 12 h 24

    Le coeur de la main...

    Je croirais voir un gagnant à la loto quand je regarde certains dirigents Canadiens. Tant de solicitation en si peu de temps. Pardonner ce jeux de mots où expression théatrale. Il est bons d'être généreux, de rechercher l'appréciation et la satisfaction d'avoir aidé, d'être là pour tous. Qu'il est bons , le sentiment du devoir accomplis, d'avoir diriger, mais quand nous y réfléchissont ... Une question ce pose, nous guider vers quoi au juste ? Certains diront vers un monde équilibré où tous et chaqun à droit d'égalitée, de générositée et de fraternitée si possible ;-)Je comprends ces valeurs, mais quand nous regardons ce que certains devront remboursé et seront pénalisé où favorisé car le tout à été regardé que par la généralité en constructions de programme. En fait, il n'y à pas d'errreur ni de fautifs car ce gouvernement, travaillant de gauche, il n'en seraient être autrement. Attention, nous entendons que les aupositions n'ont pas jouer le rôle de vérification final du projet de loi gouvernementale. Certain diront qu'il n'ont pas respecter détails précis et important et de la différence de chaque individue, de chaque cas. Regardons bien cette situation ensemble pour le bien de tous citoyens Canadien. La gauche mêne la création de la dite( égalité ) dans un mode si différent et imparfait. Notre gouvernement, ne viens-t-il pas de prouver que sa faute de gestion principale ne serait être autre que son penchant trop à gauche? Je tiens personellement à le remercier car, étant centre droit, votant ainsi dans le territoire de l'ancienne grande famille Libérale, ce gouvernement par ces actions, me dirige et avec succès vers la nouvelle famille Conservateur, centre droit qui eux pensent d'avantage aux détails de toustes circonstance. C'est bien de guérir, mais la prévention est tout aussi importeate non ??? Bien à vous,