Trudeau n’exclut pas de renforcer les mesures encadrant les voyages

Le gouvernement fédéral travaille à augmenter les effectifs qui font le suivi des voyageurs en quarantaine.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Le gouvernement fédéral travaille à augmenter les effectifs qui font le suivi des voyageurs en quarantaine.

Le premier ministre Justin Trudeau n’exclut pas de renforcer les mesures en place pour décourager les Canadiens de voyager à l’étranger. Mais il estime pour l’instant que ce qui est en vigueur a été « extraordinairement efficace ».

« On a depuis mars des mesures extrêmement fortes, entre autres la quarantaine [obligatoire], avec des pénalités extrêmement sévères et un suivi rapproché pour ceux qui doivent faire la quarantaine », a-t-il affirmé.

« Mais en plus des mesures de quarantaine qu’on est en train de renforcer, on a aussi amené des règles au niveau du dépistage avant de revenir au Canada [test négatif à présenter avant l’embarquement] et on va continuer de regarder tout ce qu’on peut faire pour décourager les voyages. »

La semaine de relâche, au début mars, voit toujours des milliers de Canadiens aller dans le Sud. Si les voyages sont présentement déconseillés, rien ne les interdit — comme on a pu le voir durant le temps des Fêtes. D’ailleurs, CBC rapportait jeudi que, depuis le 1er octobre, quelque 1500 vols ont décollé du Canada vers des destinations soleil, cela malgré l’intensification de la pandémie au pays.

M. Trudeau n’a pas précisé en quoi le gouvernement est « en train de renforcer » les règles relatives à la quarantaine obligatoire. Son bureau a plus tard indiqué qu’il faisait référence à une augmentation des effectifs qui font le suivi des voyageurs.

Des informations révélées par Le Devoir cette semaine montraient qu’un total de trois contraventions pour non-respect de la quarantaine ont été distribuées à travers le pays depuis Noël. De même, tant l’Agence de la santé publique du Canada que la Gendarmerie royale du Canada ont reconnu ne pas avoir un portrait de situation précis de la situation sur le terrain.

Faire payer les quarantaines ?

Le premier ministre n’a autrement pas répondu directement à une question lui demandant si le Canada envisage d’adopter une mesure semblable à celles en vigueur en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Dans ces deux pays, les voyageurs de retour doivent effectuer leur quarantaine dans des lieux désignés par le gouvernement — impossible d’aller à son domicile avant d’avoir complété les 14 jours d’isolement prescrits.

Certains territoires et états australiens facturent aux voyageurs les frais de leur quarantaine. En Nouvelle-Zélande, c’est systématique. Le gouvernement facture 3100 dollars néo-zélandais (NZD) (un peu plus de 2300 dollars canadiens) pour une chambre et un adulte, puis 950 NZD (870 $ CA) par adulte et 475 NZD (435 $ CA) par enfant supplémentaire.

Interdire des vols

La présence de variants du virus — comme celui identifié au Brésil — pourrait par ailleurs entraîner de nouvelles interdictions de vols en provenance de certains pays, a indiqué M. Trudeau vendredi.

« Nous faisons tout ce qu’il faut pour protéger les Canadiens, ce qui inclut de regarder la possibilité d’interdire certains vols si c’est nécessaire », a-t-il dit. En décembre, le fédéral avait agi en ce sens peu après la découverte d’un variant en Grande-Bretagne.