Trudeau remanie son cabinet… mais pas en vue d’une élection

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Puisque les rumeurs d’élections en 2021 ne s’estompent pas, un premier ministre fédéral a senti le besoin d’annoncer qu’il ne sollicitera pas un nouveau mandat, forçant Justin Trudeau à remanier son cabinet. Mais l’équipe du premier ministre assure qu’il ne s’agit pas pour autant d’un remaniement préélectoral.

Ainsi, le ministre de l’Industrie, Navdeep Bains, a annoncé qu’il ne sera pas candidat au prochain scrutin, quelle qu’en soit la date, pour des raisons familiales. « Mes filles, qui sont en cinquième et huitième années, ont eu plus besoin de moi au cours de la dernière année, a expliqué M. Bains dans une vidéo diffusée sur Twitter. Et j’ai besoin d’elles aussi. Il est temps que je mette ma famille en premier et j’en suis ravi. » En coulisses, on explique qu’une de ses filles aurait dit à M. Bains qu’elle ne le voyait que les fins de semaine et qu’elle aimerait le voir plus d’ici à ce qu’elle parte au collège.

Navdeep Bains conservera son siège de député jusqu’à la dissolution de la Chambre. M. Bains a siégé au Parlement de 2004 à 2011, date à laquelle il a été battu dans sa circonscription ontarienne par la conservatrice Eve Adams (qui est plus tard passée chez les libéraux avec son conjoint Dimitri Soudas, l’ex-attaché de presse de Stephen Harper). Il avait été réélu en 2015 et occupait depuis cette date le poste de ministre de l’Industrie.

Il sera remplacé par François-Philippe Champagne, qui quitte donc le ministère des Affaires étrangères qu’il avait convoité si longtemps et qu’il dirigeait depuis seulement novembre 2019. Marc Garneau, l’homme de confiance du premier ministre, le remplace à la tête de la diplomatie canadienne. Son poste aux Transports sera assumé par Omar Alghabra, qui fait ainsi son entrée au cabinet. M. Alghabra a siégé au Parlement de 2006 à 2008, a essuyé deux défaites électorales, puis a été réélu en 2015. Il était aussi secrétaire parlementaire de Justin Trudeau depuis décembre 2019.

M. Bains a soutenu qu’il avait de lui-même décidé de quitter maintenant le cabinet parce qu’il n’aimait pas faire les choses à moitié. « Quand je décide de faire quelque chose, je donne mon 100 %. Comme j’ai décidé de ne pas me représenter à l’élection, j’ai donc aussi décidé de démissionner de mon poste de ministre. »

Une élection en vue ?

En conférence de presse, le premier ministre, Justin Trudeau, a nié que ce remaniement était un prélude à une élection printanière. « Non, pas du tout », a-t-il répondu à un journaliste. « Nous ne voulons pas d’élection », a-t-il ajouté plus tard. À un autre journaliste qui lui demandait si l’élection n’aurait lieu qu’une fois tous les Canadiens vaccinés, M. Trudeau a répondu que « c’est notre préférence ». Il a toutefois systématiquement refusé de s’engager à ne pas lui-même dissoudre le Parlement d’ici le congé estival. Il a même indiqué à mots couverts que l’opposition pourrait influencer sa décision si elle faisait preuve d’obstruction.

« Dans un gouvernement minoritaire, on ne contrôle pas toujours ce qui se passe en termes de comment on peut faire avancer les dossiers. […] Si on peut travailler de façon collaborative comme on l’a beaucoup fait au Parlement l’an passé, tout va bien aller. »

M. Trudeau a aussi répondu par la négative lorsqu’un journaliste a voulu savoir s’il avait demandé à tous ses ministres de s’engager dès maintenant à être sur la ligne de départ de la prochaine campagne. C’est néanmoins ce que le ministre Champagne a laissé entendre.

« Il va sans dire que le premier ministre regarde vers l’avant. […] Le premier ministre voulait de la continuité pour s’assurer que ceux qui servent en ce moment au cabinet sont là pour le long terme », a expliqué M. Champagne en conférence de presse après le remaniement ministériel, effectué entièrement de manière virtuelle pour cause de pandémie.

Rappelons qu’un scénario similaire s’était produit en janvier 2019. Scott Brison avait annoncé qu’il ne serait pas candidat à la prochaine élection (qui allait avoir lieu à l’automne) et avait du même souffle quitté immédiatement le cabinet. Le remaniement qui s’était ensuivi avait été l’étincelle de la controverse SNC-Lavalin puisque c’est à ce moment que la ministre Jody Wilson-Raybould avait perdu son poste à la Justice, libérant sa parole dans le dossier.

Malgré l’impression que ce remaniement peut laisser, une source gouvernementale bien informée assure que le geste n’est « pas électoral ». « Ce n’est pas notre équipe électorale », dit cette personne. Il fallait seulement pourvoir le poste vacant. D’autres changements pourraient donc survenir si l’hypothèse d’une élection en 2021 devait se concrétiser.

M. Alghabra aura un baptême ministériel mouvementé aux Transports, car deux dossiers importants l’y attendent. D’abord, l’industrie aérienne réclame depuis des mois un programme d’aide lui étant spécifiquement destiné pour traverser la pandémie. Une éventuelle aide fédérale devrait s’accompagner en contrepartie d’une garantie que les personnes qui ont acheté des voyages ou des billets d’avion avant le début de la pandémie obtiendront les remboursements — et non des crédits — qu’elles réclament. Ensuite, le ministre des Transports doit se prononcer sur l’offre d’achat d’Air Transat par Air Canada, à laquelle s’oppose notamment le magnat Pierre Karl Péladeau. D’ailleurs, une source libérale s’étonne qu’on ait nommé un Ontarien alors que cette grosse décision très attendue créera d’importants remous au Québec. M. Alghabra ne parle pas français.

Le remaniement marque aussi le retour à la table du cabinet du Manitobain Jim Carr. M. Carr avait été ministre au cours du premier mandat de Justin Trudeau, mais il avait renoncé à ses fonctions ministérielles à l’automne 2019 quand un cancer du sang lui avait été diagnostiqué. Il était cependant conseiller spécial du premier ministre pour les Prairies. Il conserve ce titre, mais siégera désormais à toutes les rencontres du cabinet.

À voir en vidéo