Trump a provoqué ce chaos au Capitole, affirme Trudeau

Le premier ministre Trudeau estime que la présidence de Donald Trump a engendré des «défis» pour le Canada.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le premier ministre Trudeau estime que la présidence de Donald Trump a engendré des «défis» pour le Canada.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, est d’avis que les propos du président américain, Donald Trump, ont causé le saccage du Capitole, mercredi à Washington. Le Canada ne doit pas, selon lui, permettre de tels discours qui engendrent la haine, l’extrémisme et la violence.

« On a tous [entendu] ce que le président a dit. On a tous vu les scènes horrifiantes d’une foule violente qui voulait renverser les institutions démocratiques aux États-Unis. C’est un rappel à nous tous que les choix qu’on fait en tant que politiciens, les mots qu’on dit, ont des conséquences », a déclaré vendredi Justin Trudeau lors d’une conférence de presse devant sa résidence à Ottawa.

Le premier ministre canadien a souligné d’entrée de jeu l’importance de sécuriser la démocratie, de ne pas laisser le champ libre à ceux qui font la promotion de la désinformation ou qui tiennent des propos haineux et extrémistes. « Nous devons apprendre de ce qui s’est passé aux États-Unis. »

C’est un rappel à nous tous que les choix qu’on fait en tant que politiciens, les mots qu’on dit, ont des conséquences

 

La veille, le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a invité le gouvernement Trudeau à interdire le groupe d’extrême droite Proud Boys, aussi présent au Canada. Des membres de cette organisation auraient participé à l’assaut contre le Capitole, selon ce qu’ont rapporté des médias américains.

« Il est plus urgent que jamais que le gouvernement interdise et démantèle immédiatement toutes les organisations haineuses en activité au Canada. Il peut commencer en interdisant et en désignant les Proud Boys comme une organisation terroriste », a suggéré M. Singh.

Les décisions en ce qui concerne la liste des groupes terroristes au Canada se prennent en partenariat avec les agences de sécurité, a expliqué Justin Trudeau, qui défend son bilan dans la lutte contre l’extrémisme de droite. « Ça a d’ailleurs été une premièrepour le Canada, sous ce gouvernement, en 2019, de lister des groupes extrémistes de droite comme étant des groupes terroristes. On va continuer de lutter attentivement contre cet extrémisme violent qu’on voit de plus en plus inquiétant à travers le monde, y compris ici, au Canada. »

Selon Justin Trudeau, « beaucoup [de choses] vont être écrites dans les livres d’histoire » au sujet de cet unique mandat de Donald Trump. Même si cette présidence, qui doit officiellement prendre fin le 20 janvier, a engendré des « défis » pour le Canada, il soutient que son gouvernement a su tirer son épingle du jeu, notamment lors d’ententes économiques.

De son côté, le premier ministre du Québec sur son fil Twitter: « Les images qui nous parviennent de Washington sont très inquiétantes. C’est un jour sombre pour la démocratie américaine. Je crois cependant que ce grand pays va rebondir, comme il l’a toujours fait dans son histoire »
   



À voir en vidéo