Ottawa suspend les vols de passagers en provenance du Royaume-Uni

Malgré la pandémie, nombre de Canadiens n’ont pas hésité à faire leur valise pour rejoindre leur famille ailleurs au pays ou à l’étranger durant les Fêtes de fin d’année. D’autres ont plutôt prévu de passer les vacances au soleil dans le Sud. L’aéroport Montréal-Trudeau (photo d’hier) recevra en moyenne 8000 passagers par jour durant cette période, comparativement à 56 000 l’année dernière.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Malgré la pandémie, nombre de Canadiens n’ont pas hésité à faire leur valise pour rejoindre leur famille ailleurs au pays ou à l’étranger durant les Fêtes de fin d’année. D’autres ont plutôt prévu de passer les vacances au soleil dans le Sud. L’aéroport Montréal-Trudeau (photo d’hier) recevra en moyenne 8000 passagers par jour durant cette période, comparativement à 56 000 l’année dernière.

Ottawa emboîte le pas à plusieurs pays européens et suspend les vols de passagers en provenance du Royaume-Uni, après la découverte récente d’une nouvelle souche du coronavirus, qui serait encore plus contagieuse.

La nouvelle est survenue dimanche soir après une rencontre à huis clos du Groupe d’intervention en cas d’incident, réuni en urgence par le premier ministre Justin Trudeau en après-midi.

La mesure est entrée en vigueur quelques heures plus tard, à minuit lundi, pour une durée de 72 heures. Elle s’applique aux vols privés et aux vols nolisés, mais ne concerne pas le fret aérien ni les vols faisant escale sans que leurs passagers débarquent en sol britannique. Les passagers arrivés au Canada dimanche devront également faire l’objet d’une vérification secondaire et de mesures accrues, comme la vérification approfondie de leur plan de quarantaine.

On a beaucoup hésité, on sait qu’à notre âge, on est parmi les personnes les plus à risque face à la COVID-19. Mais notre fille ne pouvait se déplacer et, nous, on voulait vraiment rencontrer notre petit-fils.

 

« Ces mesures additionnelles donneront le temps aux autorités de santé publique de recueillir plus de données et d’aider à réduire la propagation du virus qui cause la COVID-19 », a précisé la ministre de la Santé, Patty Hajdu, par voie de communiqué. Car, bien que les données préliminaires montrent que cette nouvelle souche du virus pourrait être plus infectieuse, « rien ne prouve jusqu’ici que les mutations influent sur la gravité des symptômes, la réaction immunitaire ou l’efficacité des vaccins », précise Santé Canada.

Plus tôt dimanche, le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique (NPD) pressaient Ottawa de suivre l’exemple des pays européens — dont l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie ou encore la France — qui ont suspendu les uns après les autres les vols et liaisons ferroviaires venant du Royaume-Uni. D’autres pays hors Europe, tels que le Koweït, l’Iran le Salvador et Israël, ont adopté des mesures similaires.

Ces restrictions de voyage surviennent une semaine après la découverte dans ce pays d’une nouvelle variante du coronavirus, qui serait beaucoup plus contagieuse que les précédentes, selon les autorités locales. Le gouvernement britannique a annoncé samedi un reconfinement de Londres et du sud-est de l’Angleterre afin de freiner la flambée des cas de COVID-19 liés à cette nouvelle souche.

Dernier vol

Au Québec, l’aéroport Montréal-Trudeau a ainsi accueilli son dernier vol en provenance du Royaume-Uni dimanche en fin d’après-midi. « On est vraiment chanceux ! En voyant les dernières nouvelles avant d’entrer dans l’avion, on commençait à peine à parler de restrictions de voyages dans certains pays européens », a confié Jack, croisé par Le Devoir dans la zone des arrivées internationales accompagné de sa femme. Le couple d’Anglais dans la soixantaine a quitté l’aéroport de Londres-Heathrow en direction de Montréal quelques heures plus tôt, sans se douter qu’à quelques instants près, ils n’auraient jamais pu mettre le pied sur le sol canadien.

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir L’aéroport Montréal-Trudeau a accueilli son dernier vol en provenance du Royaume-Uni dimanche en fin d’après-midi.

Malgré la pandémie et les voyages déconseillés, ils ont décidé de prendre l’avion pour rendre visite à leur fille établie à Montréal depuis plusieurs années. Celle-ci a accouché de son premier enfant cet automne. « On a beaucoup hésité, on sait qu’à notre âge, on est parmi les personnes les plus à risque face à la COVID-19. Mais notre fille ne pouvait se déplacer et, nous, on voulait vraiment rencontrer notre petit-fils qui a déjà deux mois », explique Jack, peinant à cacher sa joie.

À quelques mètres d’eux, Claudia attendait pour prendre un taxi et retrouver son petit appartement montréalais. La Canadienne de 22 ans arrivait aussi de Londres, où elle a passé les derniers jours chez son père, dans la banlieue nord de la capitale anglaise. Elle n’avait pas encore entendu parler des nouvelles restrictions ni même de cette nouvelle souche du coronavirus. « Je me suis un peu coupée du monde et des nouvelles. Je rattrapais le temps avec mon père, que je ne vois pas très souvent, a-t-elle indiqué. Ça ne m’inquiète pas trop, j’étais en quasi-confinement là-bas, juste avec mon père. C’est impossible que je ramène ici une nouvelle version de la COVID-19. »

Déjà trop tard ?

De son côté, Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, se réjouit de voir le gouvernement fédéral agir aussi rapidement, mais craint qu’il ne soit déjà trop tard.

« C’est une bonne chose qu’on ferme les frontières au pays pour nous éviter cette souche du virus qui semble hors de contrôle, à en croire les autorités anglaises. En même temps, elle circulait depuis septembre en Angleterre. On peut facilement deviner qu’elle a eu le temps de circuler au-delà des frontières du pays, en Europe, et peut-être même ici au Québec ou ailleurs au Canada. Je ne l’espère pas, mais c’est une possibilité », dit la professeure.

L’Italie a d’ailleurs annoncé dimanche avoir détecté un premier cas de COVID-19 lié à cette nouvelle souche. Il s’agit d’un cas diagnostiqué par l’hôpital militaire Celio de Rome. Quelques autres contaminations ont aussi déjà été signalées au Danemark ainsi qu’aux Pays-Bas et en Australie, d’après l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

« C’est déplorable de voir autant de gens voyager plutôt que de rester tranquilles chez eux et participer de manière solidaire à garder la collectivité en santé. En voyageant, les gens se mettent à risque de tomber malade et d’importer une nouvelle souche en rentrant dans leur pays », souligne Mme Borgès Da Silva.

Elle se dit au moins rassurée de voir que les vaccins développés jusqu’ici restent efficaces contre cette nouvelle variante du coronavirus, selon des experts de l’Union européenne.

Avec l’Agence France-Presse

Liste des pays qui ont suspendu les vols en provenance du Royaume-Uni:

Tous ces pays ont annoncé suspendre les vols de passagers en provenance du Royaume-Uni en date du 21 décembre.

En Europe:

  • France
  • Allemagne
  • Italie
  • Irlande
  • Pays-Bas
  • Belgique
  • Norvège
  • Danemark
  • Finlande
  • Suède
  • Suisse
  • Espagne
  • Portugual
  • Estonie
  • Lettonie
  • Lituanie
  • Bulgarie
  • Roumanie
  • Croatie
  • Macédoine
  • Albanie
  • Pologne 
  • République tchèque
 

En Amérique du Nord:

  • Canada
 

En Amérique du Sud:

  • Salvador
  • Argentine
  • Chili
 

En Asie:

  • Russie
  • Hong Kong 
  • Inde
 

Au Moyen-Orient:

  • Turquie
  • Iran
  • Israël
  • Arabie saoudite
  • Oman
  • Koweït
 

En Afrique:

  • Maroc
  • Tunisie
  • Algérie

Ailleurs dans le monde:

  • Île Maurice

À voir en vidéo