Le gouvernement Trudeau survit au vote sur le discours du Trône grâce au NPD

Le premier ministre Justin Trudeau participait via visioconférence au vote sur le discours du Trône, à la Chambre des communes.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Le premier ministre Justin Trudeau participait via visioconférence au vote sur le discours du Trône, à la Chambre des communes.

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a survécu au vote sur le discours du Trône, mardi soir, grâce à l’appui crucial du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Le discours a été appuyé par 177 députés contre 152 à la Chambre des communes.

Il n’y avait pas vraiment de suspense sur l’issue du vote, qui aurait pu propulser le pays en élections si les libéraux avaient perdu.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, avait annoncé que son parti soutiendrait le discours alors qu’il avait réussi, la semaine dernière, à obtenir de nouvelles prestations pour les travailleurs sans emploi ou sous-employés par la pandémie de COVID-19.

Les conservateurs et le Bloc québécois avaient promis, presque immédiatement après le discours prononcé le 23 septembre, de voter contre.

Et la nouvelle cheffe du Parti vert du Canada, Annamie Paul, avait déclaré plus tôt mardi que son parti n’appuierait pas le discours.

Mme Paul a admis qu’il y a de très bonnes choses dans ce programme libéral, déposé le mois dernier, mais elle a déploré que ce discours ne prévoie aucune mesure pour protéger contre la COVID-19 les personnes vivant dans des centres de soins de longue durée.

Elle a par ailleurs souligné que le discours ne promet pas non plus un revenu de base garanti, qui permettrait aux Canadiens de mieux résister aux difficultés économiques.

Mme Paul s’est toutefois dite heureuse de voir que le gouvernement a étendu les prestations d’urgence à ceux qui en ont le plus besoin. Mais selon elle, ce plan laisse encore trop de Canadiens sur les lignes de côté, notamment les étudiants.

La nouvelle cheffe des verts, élue samedi au huitième tour de scrutin, a également fait valoir que le gouvernement libéral ne fait pas non plus preuve de leadership national et international sur les changements climatiques. Les trois députés du Parti vert aux Communes ne peuvent donc pas appuyer un plan qui ne protège pas l’avenir des Canadiens, a-t-elle dit.