Québec a besoin de la Croix-Rouge dans les CHSLD pour une plus longue période

La Croix-Rouge a formé du personnel afin de répondre à la demande de soins et de services dans les CHSLD.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir La Croix-Rouge a formé du personnel afin de répondre à la demande de soins et de services dans les CHSLD.

C’est mardi que prend fin le mandat de la Croix-Rouge, qui prêtait main-forte aux CHSLD québécois depuis cet été. Alors que ses recrues avaient d’abord peu été appelées en renfort, la demande s’est finalement accrue au fil des semaines et des nouveaux cas de COVID-19. Québec réclame ainsi l’aide de la Croix-Rouge encore six semaines, a appris Le Devoir.

« Bien que la situation soit toujours sous contrôle au Québec, on observe une augmentation importante des cas confirmés et une transmission communautaire accrue du virus, dans plusieurs régions du Québec », a fait valoir le bureau de la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique québécoise, Geneviève Guilbault. « Notre première responsabilité, c’est de tout faire pour nous préparer à une éventuelle deuxième vague. Pour cela, nous allons demander au gouvernement fédéral de prolonger la mission des effectifs de la Croix-Rouge dans les milieux de vie qui sont affectés, jusqu’au 31 octobre », a confirmé le porte-parole Jean-François Del Torchio.

La demande officielle du gouvernement québécois n’avait pas encore été envoyée à Ottawa, lundi en fin de journée. Le bureau du ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, n’a donc pas voulu faire de commentaires.

Depuis le début de sa mission dans les résidences de soins de longue durée du Québec, début juillet, la Croix-Rouge a vu 848 de ses membres mobilisés sur le terrain. Au total, 1574 personnes ont été recrutées, et 1255 d’entre elles ont suivi la formation nécessaire pour être déployées. À titre comparatif, fin juillet, la Croix-Rouge avait seulement dépêché 160 personnes sur le terrain, faute de demande plus importante de la part des CIUSSS.

Suivez l'évolution de la COVID-19 au Québec

Consultez notre tableau de bord interactif.

La Croix-Rouge explique cependant que ce total de 848 personnes mobilisées dans les CHSLD s’échelonne sur une période de près de trois mois. Au plus fort de la crise, ce sont 626 membres de la Croix-Rouge qui étaient déployés en même temps dans les CHSLD de la province, vers la troisième semaine du mois d’août.

« Après juillet, la demande s’est accrue », rapporte la porte-parole de l’organisme, Carole Du Sault. Au début du mois d’août, le nombre de centres de soins de longue durée dans lesquels la Croix-Rouge était déployée a doublé. L’organisme a en outre été dépêché hors de Montréal, en Mauricie, en Montérégie, dans le Centre-du-Québec et dans la capitale nationale. « On est passés de quelques établissements en juillet à 28 établissements différents au total », a expliqué Mme Du Sault. Les membres de l’organisme sont encore présents aujourd’hui dans 25 centres.

La demande de renfort est néanmoins restée en deçà des 1000 « paires de bras » dont le premier ministre québécois François Legault scandait avoir besoin tout l’été, afin de remplacer les Forces armées canadiennes dans les CHSLD.

Le bureau de la vice-première ministre Guilbault argue cependant que le gouvernement a encore besoin de l’aide de la Croix-Rouge parce que plusieurs employés du réseau de la santé s’absentent toujours du travail en raison de la COVID-19 et que le réseau attend en outre « les 10 000 nouveaux préposés en CHSLD » que le gouvernement Legault leur a promis.

Québec a formé d’urgence cet été une première cohorte d’environ 7000 préposés aux bénéficiaires, qui doivent entrer en poste cette semaine. Une seconde formation accélérée de trois mois pour recruter 2000 préposés supplémentaires devait aussi être offerte ce mois-ci, mais la date n’a pas encore été annoncée. Le gouvernement a promis lundi qu’elle débuterait « sous peu ».

À voir en vidéo