Coronavirus: la prudence est de mise, dit Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le premier ministre Justin Trudeau

Le gouvernement fédéral cite les États-Unis en exemple pour convaincre les Canadiens de ne pas lâcher la lutte contre la COVID-19. Alors que les nouveaux cas de coronavirus explosent de jour en jour au sud de la frontière, Justin Trudeau et l’Agence de la santé publique fédérale somment les Canadiens de continuer de respecter les mesures d’hygiène et de distanciation physique pour éviter une deuxième vague précipitée.

Les États-Unis comptaient lundi plus de 2,5 millions de cas de COVID-19. L’épidémie y a fait près de 126 000 victimes. À titre de comparaison, le Canada compte 103 821 cas de COVID-19, dont 8566 décès. Lundi midi, quelque 571 nouveaux cas avaient été rapportés depuis dimanche, tandis qu’au sud de la frontière, ce sont 41 075 personnes qui se sont ajoutées au bilan des malades en 24 heures. Certains États, comme la Floride, constatent des milliers de nouveaux cas au quotidien.

« Par rapport à ce qu’on est en train de voir aux États-Unis, il faut apprendre des défis auxquels d’autres font face », a déclaré le premier ministre lundi. « Et c’est pourquoi même si, oui, on est en train de rouvrir l’économie, il va falloir qu’on continue de prendre des mesures, de porter des masques quand on ne peut pas garder notre distance de deux mètres, faire attention aux contacts avec les autres. Si nous ne voulons pas perdre tout le progrès qu’on a fait au cours des derniers mois, il va falloir qu’on continue à être vigilants même dans cette nouvelle phase de la pandémie », a-t-il insisté.

L’administrateur en chef adjoint de la santé publique, le Dr Howard Njoo, a quant à lui prévenu que, si les Canadiens « lâchent complètement toutes les mesures de santé publique aujourd’hui […], on pourrait avoir une recrudescence, une autre vague, peut-être même dans deux ou trois semaines ».

La preuve, c’est que certains pays vivent déjà cette seconde éclosion, ont souligné les médecins hygiénistes en chef du pays. « C’est ce qui se passe en temps réel dans certaines régions du monde », a observé l’administratrice en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam. « Nous voyons une augmentation massive dans des endroits où certaines de ces mesures n’ont pas été respectées », a-t-elle noté, en expliquant que c’est pour cette raison que la santé publique implore les citoyens de ne pas lâcher, même si la courbe épidémiologique est en train de s’aplatir au pays.

Le premier ministre n’a pas voulu prédire si la frontière canado-américaine demeurera fermée aux voyages non essentiels au-delà du 21 juillet. Les conversations à ce sujet se poursuivent avec le gouvernement américain, s’est-il contenté d’indiquer.

 

Les plus touchés

Non seulement le nombre de nouveaux cas de COVID-19 est-il en train de reculer au Canada, mais le nombre de décès et d’hospitalisations est en « baisse constante » lui aussi, ont confirmé les autorités de santé publique.

Des points chauds de contamination communautaire persistent toutefois à Montréal et à Toronto. Et alors que le taux de propagation du virus a diminué chez les personnes âgées, les 20 à 40 ans représentent désormais la plus grande proportion de nouveaux cas depuis quelques semaines.

La Dre Tam a partagé lundi les derniers scénarios de propagation de la COVID-19 au Canada. La santé publique fédérale prédit que de 8545 à 8865 personnes pourraient en mourir d’ici le 12 juillet, et que de 103 940 à 108 130 personnes en seraient atteintes. Or, 8566 personnes en étaient déjà mortes lundi, ce qui surpasse le scénario le plus optimiste d’Ottawa. Les deux dernières projections fédérales avaient elles aussi sous-estimé la propagation de la pandémie.

Des bilans moins fréquents

Puisque la situation se calme, la Dre Tam, le Dr Njoo et M. Trudeau ont annoncé qu’ils mettaient un terme à leurs bilans quotidiens. Les médecins hygiénistes offriront désormais deux mises à jour par semaine. Le premier ministre n’a pas précisé à quelle fréquence il s’adressera aux Canadiens cet été. Il le fera « lorsque nous avons des mises à jour ou de l’information à partager », a-t-il simplement mentionné.

Le gouvernement fédéral continuera, cela dit, de faire des mises à jour quotidiennes du nombre de nouveaux cas et de décès causés par la COVID-19 au pays. Le gouvernement québécois avait prévu mettre fin à cette pratique la semaine dernière, pour ne fournir que des mises à jour hebdomadaires, mais il a été forcé de faire marche arrière face au tollé que cette décision avait provoqué.

 

À voir en vidéo