La subvention salariale aux partis politiques se chiffre à un demi-million par mois

Quatre des cinq partis politiques représentés à la Chambre des communes ont réclamé la subvention salariale, car leurs levées de fonds ont cessé pendant la pandémie.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Quatre des cinq partis politiques représentés à la Chambre des communes ont réclamé la subvention salariale, car leurs levées de fonds ont cessé pendant la pandémie.

La subvention salariale versée aux partis politiques fédéraux coûte un demi-million de dollars par mois au Trésor fédéral. Si chacune des quatre formations s’étant qualifiées au programme s’en prévaut pour sa durée prévue de six mois, alors c’est un total possible de 3 millions qu’Ottawa devra payer.

Quatre des cinq partis politiques représentés à la Chambre des communes ont réclamé la subvention salariale au motif que leurs levées de fonds ont complètement cessé pendant la pandémie de coronavirus. En vertu du programme fédéral, Ottawa paye 75 % des salaires de toute entité ayant perdu au moins 30 % de ses revenus mensuels, et ce, jusqu’à concurrence de 847 $ par semaine par travailleur. Le programme a été prolongé de trois mois, jusqu’à la mi-septembre, mais les organisations doivent s’y qualifier à chaque mois.

Après avoir obstinément refusé de révéler combien d’argent il recevait à titre de subvention salariale, le Parti conservateur a viré sa veste tard vendredi soir et indiqué au Devoir qu’il touchait environ 179 000 $ par mois.

Le Parti libéral (PLC) refusait aussi de révéler la somme touchée mais a changé d’avis après que son chef, Justin Trudeau, a dit en conférence de presse vendredi matin qu’il s’attendait à ce que sa formation fasse preuve de transparence. Le PLC reçoit environ 210 000 $ par mois.

Le NPD dit s’attendre à recevoir 60 000 $ par mois et le Parti vert, 75 000 $. Au total, donc, les quatre partis se partagent environ 524 000 $ par mois.

Il est ironique de constater que la formation d’Elizabeth May, qui ne compte que trois députés à la Chambre des communes, touche plus que le NPD, qui en a 24. Le Parti vert récolte aussi traditionnellement beaucoup moins de fonds que le NPD. En 2018 (dernière année pour laquelle les chiffres sont disponibles), il avait perçu 3 millions de dollars auprès de ses donateurs contre 5 millions pour la formation de Jagmeet Singh. Mais le montant de la subvention salariale touchée dépend du nombre d’employés dans l’organisation. Le NPD a indiqué avoir 17 employés à temps plein et entre 15 à 20 employés à temps partiel. Le Parti vert, lui, dit en avoir 29.

Seul le Bloc québécois a refusé de demander de la subvention salariale, estimant que ce programme devrait être réservé à ceux qui en ont besoin. Le chef Yves-François Blanchet estime que le PLC et le Parti conservateur n’éprouvent pas un tel besoin puisqu’ils ont récolté respectivement 2,9 millions et 3,8 millions en dons au cours du premier trimestre de 2020. M. Blanchet a fait valoir en outre qu’il est normal que les partis politiques reçoivent moins de dons qu’en 2019 (année de référence pour calculer la baisse de 30 % de revenus) puisque 2019 était une année électorale.

À voir en vidéo