La première phase du déconfinement en Ontario sera dévoilée jeudi

Lors de sa conférence de presse quotidienne, Doug Ford a évoqué « de bonnes nouvelles » pour jeudi, puisque les Ontariens ont bien respecté les consignes.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Lors de sa conférence de presse quotidienne, Doug Ford a évoqué « de bonnes nouvelles » pour jeudi, puisque les Ontariens ont bien respecté les consignes.

Alors que l’Ontario connaît une faible hausse des nouveaux cas de COVID-19 depuis plusieurs jours, le gouvernement dévoilera jeudi les détails de la première phase du déconfinement dans la province, a annoncé le premier ministre Doug Ford.

L’Assemblée législative a par ailleurs prolongé jusqu’au 2 juin l’état d’urgence sanitaire.

Lors de sa conférence de presse quotidienne, M. Ford a évoqué « de bonnes nouvelles » pour jeudi, puisque les Ontariens ont bien respecté les consignes, selon lui. « Nous rouvrirons davantage de lieux de travail à faible risque, d’entreprises saisonnières et de services essentiels », a indiqué le premier ministre.

Les commerces ont été autorisés cette semaine à rouvrir pour une collecte sur le trottoir ou la livraison, alors que les quincailleries et jardineries ont même été autorisées à accueillir des clients en magasin. La première phase de la « feuille de route de déconfinement » prévoit la possibilité d’accueillir plus de personnes lors de certains événements, comme des funérailles, et de faire reprendre les chirurgies non urgentes dans les hôpitaux.

Les rassemblements de plus de cinq personnes ne sont toujours pas autorisés ; M. Ford a toutefois déclaré qu’il discutait avec le médecin-hygiéniste en chef pour voir s’il serait sécuritaire de porter ce maximum à 10 personnes.

Hausse des cas de 1,8 %

L’Ontario signalait mardi 361 nouveaux cas de COVID-19 et 56 décès supplémentaires. Le bilan atteint maintenant 20 907 cas, dont 1725 décès et 15 391 cas résolus. Les nouveaux cas représentent une augmentation de 1,8 % par rapport à la veille, poursuivant des taux de croissance relativement faibles observés au cours des derniers jours. Les hospitalisations ont légèrement diminué, ainsi que le nombre de personnes aux soins intensifs et sous respirateurs.

On avait effectué la veille un peu moins de 12 000 tests de dépistage — le total le plus bas en une semaine. Le gouvernement s’était engagé à effectuer 16 000 tests par jour, avec comme objectif, éventuellement, 20 000 tests quotidiens. La ministre de la Santé, Christine Elliott, a toutefois soutenu qu’il y avait souvent des retards les fins de semaine dans la livraison des échantillons, ce qui explique pourquoi les chiffres baissent souvent au début de la semaine.

M. Ford a déclaré qu’au début de la semaine prochaine, l’Ontario aura rempli son engagement de tester chaque résident et travailleur en soins de longue durée. Après cela, la province devrait commencer à faire des tests aléatoires dans la communauté, a-t-il dit. Mais le médecin hygiéniste en chef a laissé entendre que ces tests vraiment aléatoires avaient peu de valeur. « Il faut cibler, car c’est un investissement assez important, en temps et en énergie », a rappelé le docteur David Williams.

Période de questions en Chambre

Les députés à l’Assemblée législative ont par ailleurs siégé en « formation réduite » à Queen’s Park, mardi, pour prolonger de trois semaines l’état d’urgence sanitaire dans la province.

L’état d’urgence est traité séparément des décrets d’urgence de l’exécutif, récemment prolongés jusqu’au 19 mai. Ces décrets gouvernementaux concernent les fermetures de garderies, de bars et de restaurants, à l’exception des plats à emporter et de livraison, des théâtres et des équipements en plein air comme les terrains de jeux.

L’Ontario a déjà annoncé que les écoles financées par l’État seront fermées au moins jusqu’au 31 mai ; M. Ford a indiqué qu’une annonce sur les garderies et les écoles serait faite au début de la semaine prochaine.

Le gouvernement Ford et les députés de l’opposition ont également convenu mardi de ramener la période des questions sur une base semi-régulière, au moins jusqu’au début de juin, date à laquelle les travaux de la Chambre devaient être suspendus pour l’été.

Centres de soins de longue durée

Lors de la première de ces périodes de questions, mardi, l’opposition officielle a demandé au gouvernement Ford de tenir une enquête publique sur tout le système de soins de longue durée, qui a été le théâtre de nombreuses éclosions mortelles pendant la pandémie de COVID-19 en Ontario.

Plus de 1200 résidents en centres de soins de longue durée sont morts de la COVID-19 en Ontario, et 180 foyers ont été infectés par le virus.

« Les familles qui ont des proches en soins de longue durée exigent des réponses », a déclaré la cheffe néo-démocrate, Andrea Horwath. « Ils ont droit à ces réponses. Ils méritent une enquête publique complète et non partisane pour leur offrir ces réponses. »

Le premier ministre Ford a répondu que son gouvernement réexaminerait ce système « défectueux », mais il ne s’est pas engagé à tenir une enquête publique. Il a promis de « réparer » ce système, défectueux depuis des décennies. « Nous allons revoir le système », a-t-il répondu. « Nous allons le réparer collectivement, nous, les législateurs. Pas seulement d’un parti, mais tout le monde dans cette salle. »

À voir en vidéo