De 3300 à 3900 décès dans les prochains jours, selon Ottawa

Des employés d’une entreprise funéraire s’occupent de la dépouille d’une personne décédée de la COVID-19 dans une résidence pour personnes âgées de Montréal.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Des employés d’une entreprise funéraire s’occupent de la dépouille d’une personne décédée de la COVID-19 dans une résidence pour personnes âgées de Montréal.

La santé publique fédérale revoit ses scénarios de propagation de la COVID-19 au pays, notamment pour tenir compte des ravages que fait la maladie dans les centres de soins de longue durée. Le coronavirus pourrait maintenant faire environ de 3300 à 3900 victimes d’ici la semaine prochaine. Les autorités n’ont toutefois pas cru bon revoir leurs prédictions à long terme, qui demeurent les mêmes qu’il y a trois semaines.

D’ici le 5 mai, la santé publique du Canada s’attend à voir de 53 000 à 67 000 cas de COVID-19 et entre 3277 et 3883 décès au pays.

Les autorités ont revu leurs modèles de projections en raison du taux de décès élevé dans les CHSLD. En effet, 79 % des victimes, à ce jour, au Canada, étaient des résidents de telles institutions — bien au-delà de ce qu’anticipait le fédéral il y a quelques semaines. Lorsque la santé publique a partagé ses premiers scénarios de propagation de la maladie, le 9 avril, le taux de mortalité au Canada était de 2,2 %. Il atteint maintenant 5,5 %.

Pas moins de 95 % des victimes étaient âgées de 60 ans et plus. Plus de 80 % des décès sont survenus au Québec et en Ontario.

La directrice de la santé publique, la Dre Theresa Tam, a voulu malgré tout se faire rassurante : l’épidémie ralentit au pays. Le nombre de cas doublait tous les trois ou cinq jours il y a trois semaines, mais il double désormais tous les 16 jours.

Justin Trudeau a cependant martelé qu’il ne faut pas pour autant relâcher les mesures de distanciation physique. « Dans bien des régions du pays, le virus a ralenti sa progression, mais on n’est pas sortis du bois », a-t-il insisté.

Incertitude pour la suite

À long terme, cependant, la santé publique n’a pas rajusté ses projections même si le nombre de décès enregistrés jusqu’à présent a surpassé ses prévisions. La Dre Tam persiste à prévoir de 4400 à 44 000 décès d’ici la fin de l’épidémie cet automne, soit le même scénario que celui présenté il y a trois semaines.

Le sous-administrateur en chef de la santé publique, le Dr Howard Njoo, a fait valoir que bien que le taux de mortalité ait été plus élevé ces dernières semaines, les choses pourraient se stabiliser par la suite si la société continue de bien contenir l’épidémie et de permettre ainsi de limiter le nombre de décès total à ces prédictions de départ.

La Dre Tam a toutefois convenu que ces scénarios à long terme seraient probablement modifiés. « Les modèles doivent être ajustés au fil du temps. » Mais ils ne l’ont pas été pour la présentation de mardi.

C’est la troisième fois que la Dre Tam présente des scénarios de propagation probable de la COVID-19. Les deux projections précédentes se sont révélées erronées.

Il y a trois semaines, les autorités ont présenté leurs premiers scénarios et ont prédit que la COVID-19 ferait de 500 à 700 victimes en date du 16 avril. Or, ce jour-là, le Canada comptait déjà 1229 victimes. La santé publique a alors revu ses scénarios et a prédit de 1200 à 1600 décès en date du 21 avril. Mais la COVID-19 avait ce jour-là fait plus de 1870 victimes.

À voir en vidéo