La subvention salariale pour les entreprises arrive, dit Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau estime que la pandémie a tendance à se calmer au pays.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le premier ministre Justin Trudeau estime que la pandémie a tendance à se calmer au pays.

Justin Trudeau promet que l’aide tant attendue pour les entreprises approche. Celles-c i pourront faire leurs demandes pour obtenir la subvention salariale d’Ottawa dès lundi prochain. Mais l’argent n’arrivera pas dans leurs coffres avant début mai.

Le programme de subvention salariale du gouvernement fédéral a été annoncé il y a maintenant trois semaines. Il prévoit qu’Ottawa couvre 75 % des salaires des employés d’entreprises qui s’en prévalent, jusqu’à hauteur de 847 $ par employé par semaine, afin de leur permettre de garder un lien d’emploi avec leur employeur.

Si les inscriptions débuteront dès lundi le 27 avril, le premier ministre Trudeau a été contraint de reconnaître mardi que les entreprises devront patienter encore avant de recevoir les fonds. « On a reconnu que la subvention salariale allait prendre un petit peu de temps à être distribuée. On est encore en train de travailler dessus », a-t-il expliqué. « Mais les gens peuvent savoir que cet argent va venir et donc ne devraient pas hésiter à accéder au crédit qu’offrent les banques et nos institutions. »

Plusieurs petites entreprises déplorent cependant le fait que de prendre un prêt ne les aide pas réellement financièrement, car elles n’auront pas les moyens de le rembourser par après. Elles disent plutôt avoir besoin dès maintenant de contributions non remboursables pour payer leurs factures.

Le président du Conseil du trésor, Jean-Yves Duclos, a dit s’attendre « à ce que 90 % des demandes de subvention salariale soient traitées d’ici le 5 mai et que les dépôts directs et les chèques soient faits ou émis peu de temps après. »

Les fonctionnaires de l’Agence du revenu du Canada ont expliqué que bien que les demandes pourront commencer à être formulées dès le 27 avril, elles seront acceptées jusqu’au 3 mai, et ce n’est qu’à partir du lendemain qu’elles seront toutes traitées en même temps. Car l’ARC utilisera l’accumulation de données pendant cette période pour peaufiner son système automatisé de traitement et de vérification des demandes. Le système sera conçu pour notamment comparer la demande d’une entreprise avec son historique de déclarations fiscales et déceler toute anomalie potentielle qui laisserait présager une fraude.

Si le plan de match prévu par l’ARC se maintient, ses fonctionnaires s’attendent à ce que les paiements commencent à être versés dès le 6 ou le 7 mai.

L’Agence du revenu du Canada a également lancé une calculatrice en ligne mardi, qui permettra aux entreprises de chiffrer d’ici là les subventions salariales auxquelles elles pourront alors avoir droit.

Ottawa a en outre annoncé la création d’un Fonds d’urgence pour l’appui communautaire de 350 millions de dollars, pour soutenir les organismes communautaires et à but non lucratif afin de leur permettre de continuer les livraisons à domicile pour les aînés ou l’offre de repas à prix modiques par exemple.

Une partie de cette enveloppe sera versée directement à des petits organismes indépendants, tandis que le reste des sommes sera distribué par le biais d’organismes nationaux comme Centraide et la Croix-Rouge.

Des signes encourageants ?

Justin Trudeau a par ailleurs observé que la pandémie semble se calmer à l’échelle nationale. « On voit que, quand on étudie les courbes de propagation de la COVID-19, il y a une réduction du nombre de nouveaux cas tous les jours. On est encore en train d’augmenter à bien des endroits à travers le pays, mais cette augmentation est de moins en moins importante chaque jour », a-t-il affirmé, en martelant qu’il faut néanmoins poursuivre les mesures de distanciation sociale et de confinement pour ne pas annuler les progrès.

Pourtant, le nombre de décès au Canada surpasse les projections qu’avait ajustées la Santé publique fédérale pas plus tard que la semaine dernière.

Jeudi dernier, la Santé publique avait revu ses scénarios, car le nombre de décès au pays excédait ses scénarios. La directrice de la santé publique, la Dre Theresa Tam, en avait pris acte et avait alors prédit que la COVID-19 ferait maintenant entre 1200 et 1620 morts d’ici ce mardi au pays.

Or, en date de mardi après-midi, les chiffres nationaux faisaient état de 38 912 cas de COVID-19 au Canada, dont 1872 décès (1044 au Québec, soit 54 % des victimes). Et ces chiffres augmenteront en cours de journée, au fil des mises à jour quotidiennes des provinces.

À voir en vidéo