Pompiers volontaires et élus exclus?

Par définition, un pompier volontaire occupe un autre emploi. S’il a perdu cet autre emploi à cause de la pandémie, il pourrait quand même ne pas se qualifier pour la PCU.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Par définition, un pompier volontaire occupe un autre emploi. S’il a perdu cet autre emploi à cause de la pandémie, il pourrait quand même ne pas se qualifier pour la PCU.

Pour toucher la nouvelle Prestation canadienne d’urgence (PCU) de 2000 $ par mois, un travailleur doit avoir perdu toutes ses sources de revenus à cause de la pandémie. Mais certains qui continuent à toucher un petit revenu sporadique, comme les pompiers volontaires ou les élus de petites localités, s’estiment lésés. Ottawa le reconnaît et se dit ouvert à peaufiner ses critères d’admissibilité.

C’est le député bloquiste Gabriel Ste-Marie qui a soulevé la question lors d’une réunion de comité parlementaire tenue par téléphone jeudi. M. Ste-Marie a rappelé que pour toucher la PCU, il faut ne pas recevoir de revenus pendant 14 jours consécutifs. Par définition, un pompier volontaire occupe un autre emploi. S’il a perdu cet autre emploi à cause de la pandémie, il pourrait quand même ne pas se qualifier pour la PCU s’il est appelé à éteindre un incendie qui se déclare dans sa localité. « Il y a un nombre incalculable de municipalités qui nous interpellent en disant que la situation est dangereuse parce qu’il n’y aura plus de pompiers volontaires », a soutenu M. Ste-Marie.

Le député a aussi donné l’exemple des élus de petites municipalités qui exercent leurs fonctions à temps partiel seulement et touchent « une rémunération symbolique ». S’ils ont perdu leur emploi principal, ils ne se qualifieront pas non plus à la PCU. « Devront-ils démissionner de leur poste ? » a demandé le député.

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a admis que son programme n’était pas parfait parce qu’il ne prenait pas en compte tous les cas de figure possibles. La bureaucratie fédérale, a-t-il expliqué, a choisi de n’imposer que très peu de critères d’admissibilité par souci de simplifier le processus. « Ça donne un avantage au niveau de l’efficacité, a-t-il dit. Mais nous sommes en train de considérer les choses importantes, comme votre exemple. Je n’ai pas de réponse maintenant, mais nous aurons plus de détails bientôt. »