Ottawa ne réclamera pas paiement des loyers aux aéroports

Le congé de loyer pour les aéroports ira de mars à décembre 2020. Ottawa calcule que ce sera 331,4 millions de dollars qui ne lui seront pas versés.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le congé de loyer pour les aéroports ira de mars à décembre 2020. Ottawa calcule que ce sera 331,4 millions de dollars qui ne lui seront pas versés.

En attendant des mesures ciblées pour l’industrie aérienne, durement touchée par la pandémie du nouveau coronavirus, le gouvernement fédéral ne fera plus payer de loyer aux aéroports du pays. Le congé de loyer ira de mars à décembre 2020. Ottawa calcule que ce sera 331,4 millions $ qui ne lui seront pas versés.

De son côté, le CRTC renonce à réclamer aux radiodiffuseurs des frais de licence pour 2020-2021. C’est le gouvernement fédéral qui paiera la note qu’on estime à 30 millions $.

Les médias sont aussi durement touchés par la crise actuelle. Plusieurs entreprises de presse et de radiodiffusion ont annoncé des mises à pied massives depuis deux semaines.

Du côté des compagnies aériennes, les pertes sont encore plus grandes. Lundi, Air Canada a mis à pied 16 500 employés. Il y a quelques jours, le voyagiste Transat A.T. a annoncé quelque 3600 mises à pied. WestJet a pour sa part vu 6900 départs, incluant des départs anticipés, des démissions et des congés volontaires et involontaires.

Mardi après-midi, le ministre fédéral des Finances Bill Morneau donnera les détails du plan de subvention des salaires. Ottawa offre de payer 75 pour cent des salaires de toutes les entreprises qui auront perdu plus de 30 pour cent de leur revenu à cause de la pandémie.

Rapatriements

Les autorités de Floride devraient décider aujourd’hui si elles permettent au navire de croisière MS Zaandam d’accoster.

Il reste 97 Canadiens à bord du Zaandam. Les autres Canadiens qui naviguaient dans ce bateau où est apparue la COVID-19, ont été transférés à un second navire de la même compagnie, le MS Rotterdam.

Le Zaandam avait 200 personnes malades et quatre morts à son bord. Aucune de ces personnes n’était canadienne.

La compagnie Holland a indiqué, par communiqué lundi, qu’elle « finalise les détails à savoir où et quand » les quelque 2700 passagers et membres d’équipage des deux navires pourront débarquer. Les bateaux ont pu traverser le canal de Panama lundi.

Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a déjà indiqué que les ressources en soin de santé de son État sont trop minces pour accueillir un navire infecté.

Nombre de cas

Mardi, le nombre de cas au Manitoba a été révisé à la baisse. Le total au pays est donc moins élevé que la veille.

Il y a maintenant 7448 cas confirmés et probables au Canada, dont 85 décès.

Distribution des cas au pays, selon les plus récents bilans provinciaux disponibles : 3430 au Québec, dont 25 décès ; 1706 en Ontario, dont 33 décès ; 970 en Colombie-Britannique, dont 19 décès ; 690 en Alberta, dont huit décès ; 176 en Saskatchewan, dont deux décès ; 148 à Terre-Neuve-et-Labrador, dont un décès ; 99 au Manitoba, dont un décès ; 127 en Nouvelle-Écosse ; 68 au Nouveau-Brunswick ; 18 à l’Île-du-Prince-Édouard, dont un décès ; cinq cas au Yukon ; un seul cas dans les Territoires du Nord-Ouest. On n’a rapporté aucun cas au Nunavut.

Il faut ajouter à ces bilans les 13 cas chez les passagers rapatriés du navire de croisière Grand Princess le 10 mars.

Plus de 220 000 Canadiens se sont soumis à un test.