La frontière canado-américaine fermée à minuit pour les migrants irréguliers

Les migrants qui tenteront de traverser au chemin Roxham seront renvoyés aux États-Unis et ne pourront pas entrer au Canada.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Les migrants qui tenteront de traverser au chemin Roxham seront renvoyés aux États-Unis et ne pourront pas entrer au Canada.

La frontière canado-américaine fermera à tout voyage non essentiel à minuit. Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé vendredi matin qu’à partir de ce moment, les migrants qui tentent de traverser au chemin Roxham seront renvoyés aux États-Unis et ne pourront pas entrer au Canada.

M. Trudeau a également assuré que son gouvernement fait des efforts pour ramener les Canadiens coincés à l’étranger. « Un premier vol pourrait partir du Maroc en fin de semaine », a-t-il annoncé.

Un Canadien est mort au Japon, a fait savoir le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne. « C’est avec profonde tristesse que nous apprenons le décès d’un Canadien au Japon, suite à des complications liées à la COVID-19. Nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille que nous accompagnerons par une assistance consulaire en cette période difficile », a écrit le ministre sur son compte Twitter vendredi matin.

Quelques Canadiens qui avaient été coincés sur un navire de croisière, le Diamond Princess, le mois dernier, avaient été hospitalisés au Japon. Le gouvernement canadien n’a pas révélé l’identité de cette plus récente victime canadienne de la COVID-19.

La maladie a jusqu’à maintenant tué 13 Canadiens.

En date de jeudi soir, le Canada a dénombré 831 cas confirmés de la COVID-19. La Colombie-Britannique est la province qui est la plus touchée: 271 cas, incluant huit décès. L’Ontario en a rapporté 257, dont deux morts; l’Alberta 146 cas dont un décès; le Québec 121, dont un décès. Le nombre de cas confirmés dans les autres provinces du pays est beaucoup moins élevé: neuf au Manitoba, huit en Saskatchewan, cinq en Nouvelle-Écosse, deux au Nouveau-Brunswick, deux à l’Île-du-Prince-Édouard, un seul cas à Terre-Neuve-et-Labrador. Les territoires n’en rapportent aucun.

Il faut cependant compter les 10 cas chez les Canadiens mis en quarantaine à la base militaire de Trenton depuis leur rapatriement d’un navire de croisière qui longeait la côte californienne.

Vendredi à l’aube, des Canadiens qui ont pu débarquer à Marseille d’un autre bateau de croisière infecté, le Costa Luminosa, avaient atterri à Atlanta. Ils sont 70 et devront rentrer au pays « sur des vols commerciaux », a fait savoir le bureau du ministre Champagne.

Au retour, « on va leur demander, comme les autres voyageurs, de s’isoler pendant 14 jours », a-t-on indiqué. Et « oui », on juge prudent de ne pas leur imposer une quarantaine.

Le dernier groupe de passagers d’un bateau de croisière à avoir été rapatrié — les 228 Canadiens à bord du Grand Princess — est en quarantaine à Trenton depuis le 10 mars. On compte maintenant 10 personnes atteintes de la COVID-19 dans ce groupe, qui avait été rapatrié dans un avion affrété par Ottawa, ce qui a assuré une quarantaine stricte de 14 jours.

Par ailleurs, le ministre Champagne met fin à son isolement volontaire. Il a reçu un résultat de test négatif pour le nouveau coronavirus.