Justin Trudeau appelle les leaders mondiaux à prioriser la sécurité économique

Justin Trudeau a répété plusieurs fois que d’améliorer l’accès à l’éducation et de donner de l’espoir aux jeunes sont d’excellents moyens de les empêcher de se tourner vers la violence.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Justin Trudeau a répété plusieurs fois que d’améliorer l’accès à l’éducation et de donner de l’espoir aux jeunes sont d’excellents moyens de les empêcher de se tourner vers la violence.

Le premier ministre Justin Trudeau doit prendre la parole à la Conférence de Munich sur la sécurité vendredi. Son discours devrait interpeller les leaders mondiaux à reconnaître que les changements actuels dans la géopolitique mondiale nécessitent de déployer davantage d’efforts pour assurer la prospérité économique partout.

Ce discours survient à la suite d’une semaine passée en Afrique et au Koweït, où M. Trudeau a répété plusieurs fois que d’améliorer l’accès à l’éducation et de donner de l’espoir aux jeunes sont d’excellents moyens de les empêcher de se tourner vers la violence.

Cette conférence arrive également après un mois qualifié de « tumultueux » par le premier ministre canadien en raison de l’augmentation des tensions entre les États-Unis et l’Iran, l’explosion d’un avion commercial abattu par des missiles iraniens et l’éclosion de l’épidémie du virus COVID-19 qui a fait plus de 1000 morts et a infecté quelque 42 000 personnes.

La relation entre l’Iran et les États-Unis de même que la crise entourant l’épidémie du nouveau coronavirus vont occuper une importante place dans les discussions au cours des trois jours de la conférence. Justin Trudeau ne doit cependant assister qu’à la journée de vendredi.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré cette semaine que le COVID-19 était « l’ennemi public numéro 1 » sur la planète alors que son impact potentiel est bien plus grand que tout attentat terroriste.

Avant de livrer son discours, Justin Trudeau a rendez-vous avec une délégation du Congrès américain, menée par le sénateur républicain Lindsey Graham. Il doit également discuter avec les premiers ministres du Niger et de l’Albanie ainsi qu’avec le président du Kazakhstan.

Ces rencontres s’inscrivent dans la campagne que mène le gouvernement canadien afin de rallier des votes en vue de décrocher un siège au conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies. Au cours de son séjour en Afrique, M. Trudeau a rencontré plus d’une douzaine de chefs politiques, mais seul le président du Sénégal, Macky Sall, lui a promis son appui.

Le ministre des Affaires étrangères, Francois-Philippe Champagne, participe aussi à la Conférence de Munich sur la sécurité. Il doit notamment rencontrer son homologue iranien afin de faire le point sur l’avancement de l’enquête entourant l’explosion de l’avion commercial qui a tué 176 personnes, dont 57 Canadiens.

Un autre tête à tête est prévu aujourd’hui avec son homologue chinois, Wang Yi.