Un avion rapatriera les Canadiens présents en Chine

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a annoncé mercredi qu’un avion était maintenant prêt à rapatrier les Canadiens coincés dans la province de Chine qui est au centre de l’éclosion du nouveau coronavirus.

M. Champagne a indiqué en point de presse à Ottawa que la prochaine étape consiste à obtenir la coopération de Pékin pour aider ces 160 Canadiens qui ont demandé de l’aide. Le gouvernement canadien travaille aussi avec ses alliés pour coordonner les efforts, a indiqué le ministre Champagne.

La ministre de la Santé, Patty Hajdu, a affirmé de son côté que le gouvernement élabore une stratégie pour s’assurer que ces rapatriés n’infecteront pas les Canadiens en rentrant au pays.

Le gouvernement chinois a coupé l’accès à Wuhan et à 16 autres villes pour tenter de contenir la propagation du virus, qui a déjà infecté plus de 6000 personnes en Chine.

Un avion qui a évacué 201 Américains de Wuhan a atterri mercredi matin à un aéroport militaire de Californie. Tous les passagers avaient passé des tests lors d’une escale de ravitaillement en carburant à Anchorage, en Alaska. Les passagers subiront des contrôles supplémentaires en Californie et seront placés dans des logements temporaires, le temps requis.

Vols suspendus

Certains transporteurs aériens ont suspendu tous leurs vols vers la Chine, notamment British Airways, Lufthansa et plusieurs compagnies asiatiques, tandis qu’Air Canada n’annule que certains vols.

Par ailleurs, on a appris mercredi que le cas présumé de la nouvelle souche de coronavirus signalé à Toronto au début de la semaine s’est avéré positif. Santé publique Ontario affirme que la confirmation est venue du Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg. Il s’agit du deuxième cas confirmé en Ontario depuis l’apparition de la maladie en Chine.

Les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique avaient également signalé mardi un cas présumé dans cette province — un homme dans la quarantaine qui rentrait d’un voyage d’affaires dans la ville chinoise de Wuhan. Les responsables attendent les résultats des tests.

La pneumonie virale a tué plus de 130 personnes en Chine. Il reste à voir si ce coronavirus sera aussi dangereux que le virus de l’influenza, responsable de la « grippe commune », qui tue des milliers de personnes chaque année au Canada. À l’heure actuelle, il n’y a pas de preuve évidente que le nouveau virus se transmet facilement d’une personne à l’autre, rappelle l’Agence de la santé publique du Canada. Par ailleurs, la plupart des personnes atteintes d’une maladie causée par un coronavirus se rétablissent d’elles-mêmes.

En Chine, des événements sportifs internationaux ont été reportés et des tournois de qualification olympique sont organisés ailleurs.