Ottawa rapatriera ses ressortissants de Wuhan

Wuhan, l'épicentre de l'épidémie a été placé en quarantaine.
Photo: Koji Sasahara Associated Press Wuhan, l'épicentre de l'épidémie a été placé en quarantaine.

Le gouvernement canadien promet de venir en aide aux Canadiens coincés dans la région de Wuhan en Chine, mise en quarantaine à cause de l’éclosion de coronavirus. Le ministre des Affaires étrangères ne précise pas encore, toutefois, qui pourra rentrer au pays, de quelle façon et à quel moment.

En date de mardi après-midi, 250 Canadiens s’étaient inscrits auprès du gouvernement pour déclarer qu’ils se trouvent dans la région et 126 d’entre eux avaient demandé à être rapatriés au Canada. Un chiffre qui risque de changer, a prévenu le ministre François-Philippe Champagne, puisque lundi ils n’étaient que 167 enregistrés et 9 à avoir réclamé des services consulaires.

« Tous les Canadiens qui nous ont contactés afin d’obtenir de l’assistance consulaire y auront droit », a-t-il assuré. « Je ne peux pas vous donner tous les détails, parce qu’on n’a pas eu la chance de parler à chacune des personnes qui nous ont demandé de l’assistance pour voir quels sont leurs besoins, dans quelle situation elles se trouvent et comment on pourrait leur offrir la meilleure assistance consulaire. »

Les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Espagne, la Corée du Sud et le Japon tentent eux aussi de rapatrier leurs ressortissants bloqués dans la région de Wuhan. L’Organisation mondiale de la Santé juge toutefois que le rapatriement n’est pas nécessaire.

Le ministre Champagne en est à déterminer si le Canada enverra son propre avion en Chine ou s’il partagera l’aéronef dépêché par un autre pays. M. Champagne n’a pas su dire si le retour des ressortissants canadiens était une question d’heures ou de plusieurs jours. Les autorités canadiennes s’affairent à contacter les Canadiens qui ont réclamé leur aide pour préciser leur demande et leur état de santé.

Le gouvernement n’a pas non plus précisé si des Canadiens qui auraient développé des symptômes du coronavirus en Chine seront autorisés à être rapatriés. Et s’ils le sont, de quelle manière ils seront encadrés une fois de retour au pays. « On verra. […] Ça va faire partie des discussions », a répondu le ministre, dont le ministère collabore avec celui de la Santé afin d’établir un plan.