Course à la direction du PCC: Caroline Mulroney se range derrière Peter MacKay

Peter MacKay a les caractéristiques pour devenir le prochain chef du parti et le prochain premier ministre du Canada, selon la ministre ontarienne Caroline Mulroney.
Photo: Chris Young La Presse canadienne Peter MacKay a les caractéristiques pour devenir le prochain chef du parti et le prochain premier ministre du Canada, selon la ministre ontarienne Caroline Mulroney.

La ministre ontarienne Caroline Mulroney a confirmé qu’elle soutiendra Peter MacKay dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada.
En entrevue avec La Presse canadienne, Mme Mulroney a dit qu’elle connaît M. MacKay depuis longtemps et qu’il a les qualités pour devenir le prochain chef du parti et le prochain premier ministre du Canada.
L’amitié entre les familles MacKay et Mulroney ne date pas d’hier.
Elmer MacKay, le père de Peter MacKay, avait cédé sa place à la Chambre des communes en 1983 pour permettre à Brian Mulroney, alors le nouveau chef du Parti progressiste-conservateur, de se faire élire dans une élection partielle en Nouvelle-Écosse.
M. Mulroney s’était ensuite présenté sur la Côte-Nord, où il est né, lors de l’élection générale de 1984 et avait remporté la plus imposante majorité à ce jour de l’histoire du Canada avec 211 sièges.
M. MacKay, qui a été chef des progressistes-conservateurs puis ministre du gouvernement Harper, doit lancer sa campagne officiellement plus tard cette semaine pour la succession d’Andrew Scheer.
Il a déjà commencé à annoncer ses appuis au sein du caucus conservateur, dont celui de l’ancien ministre Ed Fast.

Rona Ambrose ne sera pas non plus de la course

L’ancienne ministre Rona Ambrose a confirmé qu’elle ne sera pas de la course à la direction du Parti conservateur du Canada.

Elle en a fait l’annonce — en anglais seulement — dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, mercredi après-midi.

Mme Ambrose, pressentie par plusieurs politiciens influents de l’Ouest canadien pour devenir candidate, admet qu’elle a songé à revenir en politique, mais préfère poursuivre sa carrière dans le secteur privé.

« J’ai vraiment jonglé avec la décision de revenir à la vie politique, écrit-elle. J’ai adoré mes 13 années dans le service public comme députée, ministre et surtout comme chef de ce grand parti. Mais en ce moment, je suis occupée à faire une différence à travers le secteur privé. »

Elle dit qu’elle adore être de retour en Alberta, où elle habite.

« Je sais que nous choisirons un chef fort, compatissant pour nous mener — qui soutient TOUTES les familles ; un chef qui libère le potentiel du secteur privé et de l’ingéniosité canadienne à travers des taxes basses et moins de réglementation ; qui défend les droits de la personne et une politique étrangère fondée sur des principes. [...] Mais plus que tout, nous devons choisir un chef qui comprend que ce poste est fait pour SERVIR — servir TOUS les Canadiens et faire de LEURS vies, LEUR pays et LEUR monde une meilleure place où il fait bon vivre. Je sais que nous choisirons un bon chef et je serai là pour LA ou le soutenir», a-t-elle ajouté, laissant planer le doute sur le candidat qu’elle appuiera.

Jusqu’à maintenant, une seule femme a confirmé qu’elle compte se lancer dans la course : la députée Marilyn Gladu.

D’autres hommes ont confirmé qu’ils se lanceront dans la course.

Le député conservateur Derek Sloan, élu pour la première fois au Parlement lors du dernier scrutin, a l’intention de briguer la direction du parti.

M. Sloan a quitté le secteur privé pour se lancer en politique lors des dernières élections de 2019. Il a repris aux libéraux la circonscription de Hastings-Lennox et Addington. Il souhaite maintenant se présenter à la chefferie du Parti conservateur du Canada parce qu’il veut discuter d’enjeux politiques de façon audacieuse.

M. Sloan est le deuxième député conservateur à annoncer officiellement qu’il sera de la course ; l’autre, Mme Gladu, est également de l’Ontario. Deux autres députés, Pierre Poilievre et Erin O’Toole, songent sérieusement à se présenter, mais ils ne l’ont pas encore annoncé officiellement.

Les membres du Parti conservateur éliront un nouveau chef le 27 juin pour remplacer Andrew Scheer, qui a annoncé son départ en décembre.

Deux autres candidats ont déjà annoncé officiellement leur participation dans la course à la chefferie : l’ancien ministre Peter MacKay, qui a dirigé le Parti progressiste-conservateur du Canada avant sa fusion avec l’Alliance canadienne en 2003, et l’ancien conseiller politique Aron Seal.

L’ex-premier ministre libéral du Québec Jean Charest, qui avait été chef du Parti progressiste-conservateur du Canada dans les années 1990, a annoncé mardi qu’il ne sera finalement pas de la course.

Liste des candidats et des prétendants à la direction du Parti conservateur

Quatre candidatures ont officiellement été annoncées jusqu’ici dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada. Les candidats ont jusqu’au 27 février pour s’inscrire et répondre aux exigences initiales.

— Marilyn Gladu : députée de Sarnia-Lambton, en Ontario

— Peter MacKay : ancien chef du Parti progressiste-conservateur, ex-ministre et ancien député en Nouvelle-Écosse; il vit actuellement à Toronto

— Rick Peterson : homme d’affaires de l’Alberta, candidat à la direction en 2017

— Aron Seal : ancien directeur des politiques pour deux ministres conservateurs

— Bobby Singh : entrepreneur et candidat conservateur aux élections de 2019 dans la circonscription de Scarborough-Rouge Park

— Derek Sloan : élu pour la première fois aux Communes en 2019, dans Hastings-Lennox et Addington, en Ontario.

 

Plusieurs autres songent à se lancer dans la course :

— Rona Ambrose : ancienne cheffe par intérim du parti et députée à Edmonton

— Michael Chong : ancien ministre conservateur et actuel député de Wellington-Halton Hills, en Ontario; il avait tenté sa chance à la chefferie en 2017

— Richard Décarie : adjoint de l’ancien chef Stephen Harper dans l’opposition, il a été une antenne au Québec

— Michelle Rempel Garner : actuelle députée conservatrice de Calgary Nose Hill

— Vincent Guzzo : propriétaire d’une chaîne de salles de cinéma au Québec et vedette de la version anglaise de la téléréalité « Dans l’oeil du dragon »

— Rudy Husny : homme d’affaires, militant conservateur de longue date au Québec

— Erin O’Toole : ancien ministre conservateur et actuel député de Durham, près de Toronto; il avait tenté sa chance à la chefferie en 2017

— Pierre Poilievre : ancien ministre conservateur et actuel député de Carleton, dans la région d’Ottawa.