Des relationnistes du gouvernement albertain se font passer pour des journalistes

Le 11 décembre, le premier ministre albertain, Jason Kenney, a lancé le Centre de l’énergie canadienne, qu'il décrit comme un «centre des opérations» («war room») servant à réagir et à corriger la «désinformation» sur l’industrie énergétique de la province.
Photo: Greg Fulmes La Presse canadienne Le 11 décembre, le premier ministre albertain, Jason Kenney, a lancé le Centre de l’énergie canadienne, qu'il décrit comme un «centre des opérations» («war room») servant à réagir et à corriger la «désinformation» sur l’industrie énergétique de la province.

Les employés du Centre de l’énergie canadienne (Canadian Energy Center), mis sur pied par le gouvernement albertain pour contrer le discours de ceux qui s’opposent à l’industrie pétrolière et gazière, doivent cesser de se présenter comme des reporters, estime l’Association canadienne des journalistes.

« Ne prétendez pas que vous faites du journalisme — ce n’est pas ce que vous faites », a déclaré mardi la présidente de l’association, Karyn Pugliese, à Winnipeg. « Que le gouvernement embauche sa propre entreprise de relations publiques, c’est de bonne guerre. Mais prétendre que les relations publiques sont du journalisme, c’est véritablement orwellien. »

Plus tôt en décembre, le gouvernement conservateur de l’Alberta a lancé le Centre de l’énergie canadienne, décrit par le premier ministre Jason Kenney comme un « centre des opérations » (« war room ») servant à réagir et à corriger la « désinformation » sur l’industrie énergétique de la province.

Le centre a depuis publié une série d’articles sur son site web. Des sources contactées pour ces articles ont déclaré à certains médias, dont La Presse canadienne, que les personnes qui les avaient interrogées au téléphone s’étaient identifiées comme des journalistes.

Le Centre de l'énergie canadienne n’a pas répondu à une demande de commentaires mardi, mais le porte-parole Grady Semmens a déclaré que le personnel n’avait pas reçu pour consigne d’utiliser ce terme.

Mme Pugliese estime que l’utilisation du mot « journaliste » est une tentative dangereuse de brouiller les frontières.

Le journalisme doit être indépendant du gouvernement, souligne-t-elle. Le conseil d’administration du Centre de l’énergie canadienne est composé de trois ministres albertains et est dirigé par un candidat conservateur aux dernières élections provinciales.

« La mission du journalisme est d’être le “quatrième pouvoir”, de remettre les choses en question, de tenter de connaître la vérité de la façon la plus équitable et la plus équilibrée possible », affirme Mme Pugliese. « Il demande des comptes au gouvernement. »

Elle souligne que la mission du Centre de l’énergie canadienne est très différente. « Il veut influencer les perceptions. Il veut convaincre. »

Selon elle, le fait que les membres du centre se présentent comme des journalistes dénature délibérément le travail des reporters. « Quand ils abordent les gens et disent : “ Nous sommes des journalistes “, les gens s’attendent à ce qu’ils se comportent comme des journalistes. Ce n’est pas ce qu’ils font. »