Le ministre Bill Morneau taxe les conservateurs d’«irresponsables»

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a accusé dimanche les conservateurs d’être « irresponsables » en annonçant l’imminence d’une récession.

Participant à diverses émissions politiques diffusées sur les réseaux anglophones, M. Morneau a dit que les économistes du secteur privé prévoyaient que l’économie canadienne serait en croissance.

Les conservateurs soutiennent que le Canada est mûr pour une récession à cause des dépenses gouvernementales. « Je ne dis pas que nous sommes en récession, mais si on y plonge, cela sera une récession d’origine canadienne », a déclaré le porte-parole conservateur en matière de finances, Pierre Poilievre, après la présentation de la mise à jour économique.

Un pays est en récession lorsqu’il connaît deux trimestres consécutifs de contraction économique.

Dimanche, M. Morneau a dit que le gouvernement voulait s’assurer d’une croissance continue après avoir constaté les données décevantes en novembre selon lesquelles 71 000 emplois avaient été perdus au pays. « Nous devons être prudents, mais je crois que notre économie est forte et je crois qu’elle continuera de croître », a-t-il dit au cours de l’émission Question Period, sur CTV.

Le ministre a aussi défendu les prévisions de dépenses du gouvernement après sa récente mise à jour économique, qui indiquait que le déficit sera plus important cette année.

La mise à jour économique de M. Morneau publiée lundi prévoit un déficit de 26,6 milliards de dollars, soit près de 7 milliards de plus que ce qui avait été annoncé au dernier budget.

Le déficit devrait se creuser davantage, à 28,1 milliards, en 2020-2021, avant même que les promesses libérales formulées au cours de la campagne électorale soient réalisées, pour ensuite diminuer de façon progressive jusqu’à atteindre 11,6 milliards en 2024-2025.

M. Morneau n’a rien annoncé quant à un retour éventuel à l’équilibre budgétaire. La plateforme électorale des libéraux prévoyait quatre ans de déficits de plus de 20 milliards, dont près de 27,4 milliards en 2020-2021.