Les conservateurs repoussent leur congrès en novembre

Des partisans d'Andrew Scheer, lors de sa défaite électorale en octobre dernier
Photo: Geoff Robins Agence France-Presse Des partisans d'Andrew Scheer, lors de sa défaite électorale en octobre dernier

Le Parti conservateur du Canada (PCC) a annoncé samedi que son congrès national « politique » prévu en avril est reporté en novembre 2020 en raison de la course à la direction rendue nécessaire par la démission d’Andrew Scheer. L’événement aura lieu à Québec.

Un communiqué de presse a été publié en après-midi afin de confirmer la nouvelle. L’exécutif national du PCC aurait tenu un vote pour officialiser cette décision, vendredi soir.

Les conservateurs souhaitent d’abord « concentrer énergie et efforts sur les détails et l’organisation entourant la course à la direction », peut-on lire dans le communiqué.

Le congrès qui devait avoir lieu du 16 au 18 avril 2020, à Toronto, est donc remis du 12 au 14 novembre et il déménage à Québec.

Andrew Scheer a annoncé sa décision de céder sa place de chef le 12 décembre dernier, un peu moins de deux mois après la défaite électorale qui a permis de reconduire le Parti libéral au pouvoir, quoique minoritaire.

Le parti n’a toujours pas annoncé ses intentions sur l’échéancier de la prochaine course à la direction.

Les conservateurs semblent être divisés sur le processus à venir. Certains souhaitent que le prochain chef soit élu après le mois d’avril tandis que d’autres disent qu’il n’y a pas de temps à perdre en raison de la présence d’un gouvernement minoritaire à Ottawa.

Un ancien haut responsable du parti a indiqué cette semaine qu’il était possible — mais extrêmement difficile — pour les conservateurs de choisir un nouveau chef au congrès politique si celui-ci avait lieu en avril.

Selon Dan Nowlan, qui avait supervisé la course à la direction du parti en 2017, organiser une telle élection si rapidement nécessite beaucoup de travail.

Plusieurs noms circulent parmi les éventuels candidats, dont ceux du député et porte-parole du parti en matière de finances, Pierre Poilievre, de l’ancien ministre Peter MacKay, de l’ancienne cheffe intérimaire Rona Ambrose et de l’ancien premier ministre du Québec Jean Charest.