Trudeau irrite Trump… de nouveau

Mercredi, Justin Trudeau s’est approché de Donald Trump, apparemment pour s’expliquer sur la vidéo de la veille, mais le président des États-Unis n’a pas paru souhaiter prolonger l’échange avec le premier ministre canadien.
Photo: Nicholas Kamm Agence France-Presse Mercredi, Justin Trudeau s’est approché de Donald Trump, apparemment pour s’expliquer sur la vidéo de la veille, mais le président des États-Unis n’a pas paru souhaiter prolonger l’échange avec le premier ministre canadien.

Justin Trudeau a le don d’irriter Donald Trump dans les sommets internationaux. Celui que le président américain avait qualifié de « malhonnête » à La Malbaie en 2018 s’est fait traiter d'« hypocrite » mercredi à Londres. Incident sérieux ou simple anecdote témoignant de la rupture des codes diplomatiques traditionnels ? Les experts penchent pour la seconde option.

« Les relations entre le président Trump et moi-même sont très bonnes et constructives », a assuré le premier ministre canadien à la fin d’un sommet de l’OTAN marqué par plusieurs dissensions. Mais il a aussi précisé qu’on « sait très bien que les relations entre le Canada et les États-Unis sont beaucoup plus profondes que les relations entre le président et le premier ministre ».

Plus tôt, Donald Trump avait dit de Justin Trudeau qu’il « est hypocrite [visage à deux faces] ». Mais il a aussitôt ajouté en point de presse que M. Trudeau « est bien gentil, très gentil. La vérité, c’est que je lui ai reproché [mardi] de ne pas payer [assez en investissements en défense] et j’imagine qu’il n’est pas très content ».

Cela dit, M. Trump n’a pas semblé particulièrement perturbé par l’incident. « C’était drôle quand j’ai dit que ce type était hypocrite », a-t-il glissé à un conseiller… pas très loin d’un micro.

Vidéo

À la source des échanges entre MM. Trump et Trudeau : des images captées par la BBC mardi soir au palais de Buckingham, lors d’une réception des chefs d’État. On y entend le premier ministre Trudeau discuter — de manière visiblement amusée — avec son homologue britannique, Boris Johnson, et le président français, Emmanuel Macron.

À un moment, M. Trudeau suggère que M. Macron est en retard « parce qu’il a eu une conférence de presse inattendue de 40 minutes » — cela dans le contexte où le président américain a eu de longs échanges avec les médias avant ses rencontres bilatérales. Plus tard, Justin Trudeau raconte que « son entourage [de M. Trump] est tombé des nues ».

 
Photo: Yui Mok Pool Agence France-Presse Justin Trudeau a discuté, de manière visiblement amusée, avec Emmanuel Macron et Boris Johnson mardi soir au palais de Buckingham, lors d’une réception des chefs d’État.

Les trois se moquaient-ils du président américain, dont le nom n’est jamais mentionné dans cette conversation hachurée ? Justin Trudeau a affirmé mercredi qu’il a simplement « évoqué le fait qu’il y avait eu une conférence de presse imprévue avant [sa] rencontre avec le président Trump et [qu’il était] heureux d’y participer, mais c’était certainement digne de mention ».

Quant aux « mâchoires décrochées » des conseillers de M. Trump, Justin Trudeau a dit qu’il faisait référence au fait que ceux-ci semblaient avoir appris en direct que le prochain G7 aurait lieu à Camp David.

Anecdotique

L’affaire a fait grand bruit mercredi — comme tout ce qui implique M. Trump. À Ottawa, les partis d’opposition y ont vu une « autre gaffe » de M. Trudeau à l’international (les conservateurs), voire une preuve de plus que le premier ministre ne serait pas le même en privé qu’en public (les néodémocrates). « On ne s’amuse pas à badiner de façon coquine entre chefs d’État lorsqu’on interpelle le président des États-Unis », a soutenu le bloquiste Yves-François Blanchet.

« Mais du point de vue des relations internationales, ça relève de l’anecdotique », estime Frédéric Mérand, directeur du Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal. « Il n’y a rien de très étonnant dans les propos qu’on entend — beaucoup moins, en tout cas, que dans l’échange franc et brutal que MM. Macron et Trump ont eu plus tôt. »

Christophe Cloutier-Roy, chercheur à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand, est du même avis : « Il n’y a rien de dramatique là-dedans. » Surtout, dit-il, que cela concerne un « président qui n’est pas intéressé par le ballet diplomatique, qui ne suit pas le décorum… » « Il est en rupture totale avec tous les codes de la diplomatie », rappelle Frédéric Mérand.

L’incident de mardi n’aura ainsi pas d'« effet à long terme » dans les relations entre les deux pays, juge l’ancien ambassadeur Guy Saint-Jacques. « Mais ça confirme que Donald Trump n’a pas une haute opinion de Justin Trudeau… et vice-versa », dit-il.

M. Saint-Jacques parle tout de même d’un « geste malheureux, surtout que l’on sait comment le président Trump peut être soupe au lait et se fâcher facilement ». Globalement, l’incident lui fait dire que les « leaders doivent faire preuve de prudence : ce n’est plus seulement une question de craindre qu’un micro soit ouvert quelque part, mais que la technologie permette de capter presque tout ce qui se dit. Les commentaires francs devraient être livrés uniquement dans un environnement sûr. »

Pour Frédéric Mérand, l’imbroglio vidéo rappelle que la diplomatie n’est plus ce « monde secret, feutré, entre gens partageant la même éducation et les mêmes codes ». Et ce qui était « autrefois confiné au salon » a maintenant le potentiel d’être révélé au grand jour.

Une déclaration… malgré tout

Le sommet célébrant les 70 ans de l’OTAN aura eu des airs de rendez-vous manqué étant donné les nombreuses dissensions entre les membres. Mais dans sa déclaration finale adoptée mercredi, l’Alliance reconnaît pour la première fois « l’influence croissante et les politiques internationales de la Chine comme des opportunités et des défis, auxquels nous devons répondre ensemble en tant qu’Alliance ». Elle dénonce par ailleurs les actions agressives de la Russie et avertit qu’elle restera « une alliance nucléaire aussi longtemps qu’il y aura des armes nucléaires ». Le texte condamne le terrorisme « sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations ».
10 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 5 décembre 2019 04 h 10

    Technologie ramène sur terre

    On sait maintenant que les dirigeants sont parfois ordinaires. Certains plus que d'autres! haha!

  • Yvon Pesant - Abonné 5 décembre 2019 04 h 21

    Tromperie

    Donald Trump n'est pas le seul à trouver Justin Trudeau hypocrite et malhonnête.

    L'étoile de notre Premier gaministre national a beaucoup pâli depuis 2015. Quand on occupe un poste comme le sien, ce n'est pas tout d'être "cute"; encore faut-il savoir se servir de sa tête pour autre chose que des selfies.

    • Marcel Vachon - Abonné 5 décembre 2019 10 h 04

      Oui, mais quand on est devant un imbécile, mal poli, gâté pourri, qui ne s'est jamais fait dire "non" dans sa vie, qui a une grande admiration pour les armes, etc. etc., je pense que beaucoup de gens auraient multiplié par ?, ce que Justin Trudeau a fait ou dit.

    • Yvon Pesant - Abonné 5 décembre 2019 15 h 55

      Vous avez bien raison, monsieur Vachon. Donald Trump est certainement l'être le plus malotru pouvant exister comme chef d'état. Et, là dessus, nous sommes nombreux de par le monde à devoir reconnaître que nous avons dit des choses épouvantables à son sujet en l'affublant des pires adjectifs qui se puissent trouver dans les dictionnaires de toutes les langues sales ou propres connues.

      À tout considérer, il est heureux que nous ne soyons pas nous-mêmes des chefs d'état parce que, dignité protocolaire en imposant, nous n'aurions jamais pu nous permettre d'en dire autant devant ce genre de galerie diplomatique qu'est celle des dirigeants de pays. OTAN vous le dire.

  • Bernard LEIFFET - Abonné 5 décembre 2019 07 h 42

    Si je comprends bien : tout le monde s'accorde pour dire qu'il ne s'est rien passé à Londres!

    À entendre les nouvelles à la TV hier soir de Radio-Canada (précédée de celle de midi à la radio, dont le fond de l'histoire fut mal commenté, loin d'être clair), Justin Trudeau n'a pas gaffé puisqu'après tout le Président américain est un personnage particulier! Quand on sait que pratiquement des services gouvernementaux et privés en connaissent beaucoup sur chaque individu, avec un peu d'intelligence on limite les dégâts en évitant les bourdes spontanées qui feront le tour de la Terre! Même un ancien diplomate de carrière invité à la TV se targuait de dire qu'avec un tel personnage, Monsieur Trump, « bof », qu'il n'y avait somme toute rien là! Et c'est ainsi que l'on a essayé de noyer ou camoufler l'événement! Il est pourtant certain que les renseignements américains sont au courant de tout ce qui se trame dans le Dominion! Dans la même veine, les oppositions au fédéral ont souligné leur désaprobation, confirmant ainsi qu'il s'est bien passé quelque chose de déplacé et inconvenant!
    Parfois on critique les enseignants d'aujourd'hui, à tord ou à raison, qu'ils devraient être mieux formés, etc., je pense que cela va aussi pour des élu(e)s qui se font remarquer d'une façon pas toujours cavalière!

  • Pierre Vagneux - Abonné 5 décembre 2019 07 h 50

    tempête dans un verre d'eau

    Faux pas peut être, mais qui n'a pas partagé une situation cocasse entre amis lors d'une rencontre sociale. Le personnage visé (ou son entourage ) lui ne se gène pas de vilipander ses adversaires, boulverse les codes de conduite partout ou il passe et ne connait pas le mot respect.
    que la presse s'intéresse à ce qui se passe à la COP 25 ? la faim et l'insécurité dans le monde plutôt que la couverture de l'arroseur arrosé.

  • Steve Brown - Inscrit 5 décembre 2019 08 h 02

    Avec le temps, il se dit tellement de choses que les algorithmes finissent par en perdre le nord. C'est ainsi qu'en répondant à un Français ce matin, sur le génocide Rwandais, j'ai dû chercher sur google l'expression "donne dans le ridicule" ce qui fait apparaître de superbes images d'Emmanuel Macron et des photos officiels en plus.

    https://www.google.com/search?q=donne+dans+le+ridicule&oq=donne+&aqs=chrome.0.69i59j69i57.8066j0j8&sourceid=chrome&ie=UTF-8

    https://groups.google.com/forum/#!topic/soc.culture.quebec/Ox05mk33vHw