L'électricité du Québec n'intéresse pas l'Ontario

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford
Photo: Chris Young La Presse canadienne Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford

Le premier ministre François Legault a beau être un « excellent vendeur », l’Ontario n’achètera pas l’électricité du Québec.

M. Legault a tenté une autre fois de convaincre l’Ontario, mais la porte est fermée « actuellement », selon ce qu’a laissé entendre dimanche son homologue Doug Ford, à Mississauga, dans la région de Toronto.

Il s’est exprimé à ce sujet en marge d’une conférence de presse, où il a annoncé qu’il allait miser sur de petits réacteurs nucléaires modulaires, en collaboration avec les premiers ministres Scott Moe, de Saskatchewan, et Blaine Higgs, du Nouveau-Brunswick.

M. Ford a confirmé qu’il a encore parlé d’hydro-électricité lors d’un souper avec M. Legault, vendredi soir à Montréal.

« Bien sûr, il a essayé de me vendre de l’énergie toute la soirée, et il a fait de l’excellent travail », a-t-il commenté en conférence de presse juste avant un souper de tous les premiers ministres des provinces dimanche soir. Ce souper précède un sommet de tous les premiers ministres lundi à Mississauga.

Mais selon M. Ford, le problème est que sa province est en surplus énergétique et non en déficit.

Le premier ministre caquiste essaie de vendre les surplus d’Hydro-Québec à l’Ontario depuis son arrivée au pouvoir l’an dernier, mais son homologue est toujours resté réservé.

En réponse à une question d’un journaliste à savoir si la porte était fermée quant à une entente sur des achats d’électricité du Québec, M. Ford a répondu : « Actuellement, oui. »

M. Legault et son voisin de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, qui lui aussi veut exporter de l’hydro-électricité, sont d’« excellents vendeurs qui n’abandonnent pas », a commenté M. Ford.

À son arrivée au souper dans un restaurant d’Etobicoke, en banlieue de Toronto, M. Legault a refusé de répondre aux questions des journalistes.