Une fronde s’organise contre le chef du Parti vert du Québec

Alex Tyrrell, chef du Parti vert du Québec
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Alex Tyrrell, chef du Parti vert du Québec

La famille verte se déchire. Alors que le chef du Parti vert du Québec (PVQ), Alex Tyrrell, songe à se lancer dans la succession d’Elizabeth May sur la scène fédérale, une fronde s’organise contre lui. Des militants lui reprochent de s’être voté un salaire et de ne pas s’être soumis à un vote de confiance, tandis que le principal intéressé les accuse de s’adonner à une campagne de « salissage » parce qu’ils ne voudraient pas de lui et de sa vision « radicale » à Ottawa.

Au cours des derniers jours, le groupe Réforme PVQ a lancé une pétition demandant la tenue d’une assemblée générale spéciale afin de se prononcer sur le leadership de M. Tyrrell. La pétition soutient que le chef a « tiré profit de violations majeures » aux règles du PVQ, notamment parce qu’il touche depuis octobre 2018 une rémunération annuelle de 47 000 $ et a obtenu une garantie d’indemnité de trois mois de salaire en cas de départ ou de perte de son poste.

« Son salaire a été voté par le conseil exécutif, qui était à ce moment seulement composé de quatre membres, dont Alex. Je trouve ça problématique », explique au Devoir Chad Walcott, l’instigateur de la pétition. M. Walcott a été candidat pour le PVQ dans Notre-Dame-de-Grâce en 2018 et a obtenu le deuxième score de la formation avec 6,67 % des voix.

Les statuts et règlements du parti en vigueur à l’époque stipulaient que « les membres du conseil exécutif national [auquel siège le chef] ne peuvent occuper de postes rémunérés par le parti ». Les statuts ont été changés en mars afin de permettre une rémunération. Néanmoins, le chef Alex Tyrrell estime que le tout respectait les règles. « Les deux avocats avec qui j’ai vérifié disent qu’il n’y a aucun problème. »

Selon lui, il n’est pas disproportionné de toucher 47 000 $ pour diriger un parti politique qui n’a jamais fait élire de député et n’a obtenu que 1,68 % des voix à l’élection de 2018. Ce salaire accapare le quart du budget annuel du PVQ, qui est d’environ 200 000 $.

« Je ne pense pas que c’est beaucoup, dit M. Tyrrell. À 40 heures par semaine, ça fait 22,50 $ de l’heure. Normalement, ma semaine compte plus que 40 heures. C’est extrêmement rare que ça se limite à cinq jours par semaine. »

À titre de comparaison, Elizabeth May a touché 50 000 $ par an lorsqu’elle est devenue cheffe du parti fédéral en 2006, salaire qui est passé à 70 000 $ en 2010. Elle a cessé d’être rémunérée par le Parti vert du Canada (PVC) lorsqu’elle a été élue à la Chambre des communes en 2011.

L’ex-candidat Walcott s’interroge plus généralement à propos des finances du PVQ. Dans son dernier rapport financier, on peut lire que « l’audit a permis de déceler des lacunes significatives dans le système de contrôle interne pour les charges, à l’exception du loyer et des frais d’audit. Le montant de ces charges pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 est de 229 538 $. Nous n’avons donc pas été en mesure de nous assurer de la réalité et de l’exactitude des charges. » Le vérificateur indépendant qui a rédigé ce rapport a indiqué au Devoir que pour des raisons de confidentialité, il ne pouvait pas en dire davantage.

Vote de confiance et expulsion

Les finances ne sont pas la seule source d’insatisfaction. Les signataires de la pétition reprochent à leur chef, en poste depuis 2013, de ne pas s’être soumis à un vote de confiance après chaque élection provinciale, comme le prévoient les statuts. M. Tyrrell réfute cette allégation. Il soutient avoir obtenu un appui « unanime » lors de l’assemblée générale de septembre 2015 à laquelle ont participé « une vingtaine de personnes ». Quant au vote devant suivre l’élection de 2018, il devrait avoir lieu… en 2021, dit-il. Cette décision sera entérinée cette semaine par les instances du parti.

« C’est décevant », note Catherine Polson, elle aussi signataire de la pétition et candidate pour le PVQ en 2018. Elle a obtenu le meilleur score de sa formation avec 6,73 % des voix. « La majorité des chefs de parti ont leur vote de confiance pas mal tout de suite après une élection. […] Les gens qui veulent un autre chef ou qui sont déçus par les politiques de M. Tyrrell vont partir d’ici 2021. »

Le militant et signataire Joey Leckman est du même avis. Il trouve inacceptable que le vote de confiance soit tenu à peine un an avant le prochain scrutin. « Attendre à minuit moins une pour déclarer un chef, est-ce une façon pour lui de s’assurer que personne ne va voter contre lui parce que la personne qui le remplacera n’aura pas le temps de se préparer ? »

Alex Tyrrell en veut à M. Leckman parce qu’il est aussi vice-président francophone du Parti vert du Canada. Il le soupçonne de piloter la fronde afin de lui bloquer la route à la chefferie fédérale. « C’est sûr qu’il y a des gens qui ne m’aiment pas. J’avance un programme écosocialiste de gauche à l’intérieur d’un parti [le PVC] qui est traditionnellement au centre. » M. Leckman rétorque qu’au contraire, il a utilisé son poste au PVC pour tenter de rétablir les ponts avec la formation soeur du Québec, mais en vain. Alex Tyrrell s’est attaqué à Elizabeth May pendant la campagne électorale fédérale cet automne à cause de sa position envers les sables bitumineux, qu’il jugeait complaisante.

La dernière récrimination des pétitionnaires est que M. Tyrrell a des réflexes non démocratiques. Il a suspendu pour un an le membrariat de Chad Walcott au motif qu’il s’adonne à « la provocation systématique de conflits internes ». « Si vous continuez à tenir des propos diffamatoires ou inappropriés envers l’organisation et son personnel, vos chances de réintégrer l’équipe seront mises en péril », dit la lettre envoyée à M. Walcott et signée par le chef Tyrrell.

C’est sûr qu’il y a des gens qui ne m’aiment pas. J’avance un programme écosocialiste de gauche à l’intérieur d’un parti [le PVC] qui est traditionnellement au centre.

Mme Polson trouve cette pratique fort contestable. « J’ai l’impression qu’Alex n’est pas trop ouvert aux opinions qui diffèrent des siennes », dit-elle en soulignant qu’elle s’est résignée à signer la pétition lorsqu’elle a constaté qu’elle n’arrivait pas à se faire entendre autrement. « Je trouve l’utilisation du mot “diffamatoire” insultant. Nous avons des critiques solides et j’aimerais qu’il y réponde. »

Joey Leckman soutient pour sa part connaître « six ou sept » membres s’étant fait eux aussi retirer leur carte pour cause d’insubordination. « Il y a un manque de transparence et de démocratie assez sévère avec le chef. »

La pétition a été signée par 137 personnes. Outre M. Walcott et Mme Polson, neuf autres candidats à l’élection de 2018 l’ont signée. Le PVQ compte, selon son chef, 1200 membres.

7 commentaires
  • Clément Fontaine - Abonné 2 décembre 2019 08 h 32

    Un vertmifuge s'impose

    « Selon lui, il n’est pas disproportionné de toucher 47 000 $ pour diriger un parti politique qui n’a jamais fait élire de député et n’a obtenu que 1,68 % des voix à l’élection de 2018. Ce salaire accapare le quart du budget annuel du PVQ, qui est d’environ 200 000 $.»

    Je pense être un militant écologiste mais je n'avais jamais entendu parler d'Alex Tyrrelll avant aujourd'hui. Ce n'est pas tout de prétendre travailler plus de 40 heures par semaine, encore faut-il qu'il y ait l'ombre du début d'un semblant de résultat.

  • Paul Gagnon - Inscrit 2 décembre 2019 09 h 35

    Sur les traces de Steven Guilbault...

    et d'Équiterre, etc. (plein de groupes communautaires comme le Frapru, à voir sur le site de Revenu Canada ou à http://lekiosquemedias.com/category/on-vit-dans-un ... le nouveau bénévolat.
    Il ne va pas quand même sacrifier sa bellle jeunesse pour sauver cette vieille planète croupissante.
    Snif... (sic)

  • Serge Grenier - Abonné 2 décembre 2019 09 h 38

    Incohérence infiltrée

    Tout se passe comme si les gens qui ne veulent pas que l'option verte se développe au Québec avaient infiltré à la tête du parti Vert un petit dictateur qui dit une chose et fait le contraire. Par exemple, il se dit de gauche et agit de façon totalitaire. Alors qu'il y a au Québec une proportion significative de la population qui a une sensibilité environnementale, Alex Tyrrell a réussi à lui seul à maintenir le parti Vert dans la plus compète marginalité. Dommage!

    • Jacques-André Lambert - Abonné 2 décembre 2019 13 h 16

      "Il se dit de gauche et agit de façon totalitaire."

      À voir comment une certaine gauche se comporte, je ne vois pas là de contradiction.

  • Sylvain Fortin - Abonné 2 décembre 2019 10 h 16

    La cause de l'environnement n'avancera pas avec des prières. Ça prend du monde compétent à temps plein et forcément rémunéré pour soutenir cette cause.

  • Pierre Jacques - Abonné 2 décembre 2019 11 h 06

    Ils sont à couteaux tyrells?

    Il a compris qu'il vaut mieux des billets verts dans sa poche !!