Scheer demandera à Trudeau de relancer les travaux au Parlement bientôt

Un porte-parole de M. Scheer a déclaré que le pays était plus divisé que jamais et que M. Trudeau devait immédiatement rappeler la Chambre des communes pour régler des problèmes urgents.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Un porte-parole de M. Scheer a déclaré que le pays était plus divisé que jamais et que M. Trudeau devait immédiatement rappeler la Chambre des communes pour régler des problèmes urgents.

Le chef conservateur Andrew Scheer présentera mardi une liste de demandes au premier ministre Justin Trudeau. Au premier rang : redémarrer les travaux au Parlement le 25 novembre.

Il s’agira du premier face-à-face entre les deux hommes depuis les élections du mois dernier, lors desquelles les libéraux ont perdu leur majorité à la Chambre des communes.

Le porte-parole de M. Scheer, Simon Jefferies, a déclaré que le pays était plus divisé que jamais et que M. Trudeau devait immédiatement rappeler la Chambre des communes pour régler des problèmes urgents. Cette relance surviendrait cinq jours après la désignation prévue par Justin Trudeau de son nouveau conseil des ministres. Le chef de l’opposition officielle compte également exposer mardi des éléments particuliers que les conservateurs souhaitent voir inclus dans le discours du Trône.

M. Jefferies n’a pas voulu fournir plus de détails, indiquant seulement qu’il s’agira de « priorités tangibles et spécifiques ». Elles s’appuieront sur les orientations du parti pour la prochaine séance législative : l’unité nationale, l’abordabilité de la vie, le soutien au secteur de l’énergie et le rétablissement de l’éthique et de la reddition de comptes au gouvernement.

Une porte-parole du premier ministre a déclaré par courriel que le premier geste du gouvernement sera de baisser les impôts de la classe moyenne. Les libéraux s’attendent à ce que les autres partis appuient cette mesure, a indiqué Eleanore Catenaro.

Aux plus récentes élections, les libéraux ont remporté 157 sièges, leur permettant de former un gouvernement minoritaire, tandis que les conservateurs sont arrivés au deuxième rang avec 121 sièges.

Le premier ministre fait face à des choix difficiles quant à la composition de son cabinet, car son parti ne compte plus aucun député en Alberta et en Saskatchewan.

Le premier ministre albertain, Jason Kenney, lui a déjà fait parvenir une liste des demandes de sa province. M. Kenney, un ancien ministre fédéral, réclame notamment la construction de davantage d’oléoducs.

Une rencontre est prévue mardi entre Justin Trudeau et le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe.