L’indépendance revient à l’ordre du jour du PQ

Le nouveau président du Parti québécois, Dieudonné Ella Oyono, a été chaudement ovationné lorsqu’il est monté sur scène, dimanche.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le nouveau président du Parti québécois, Dieudonné Ella Oyono, a été chaudement ovationné lorsqu’il est monté sur scène, dimanche.

Le Parti québécois met fin à l’ambiguïté qui l’a caractérisé au cours des dernières années et remet l’indépendance au coeur de son action politique. Quelque 400 militants ont adopté à l’unanimité dimanche une nouvelle déclaration de principes au terme du congrès de refondation de leur formation politique à Trois-Rivières. « Un pays, un pays », ont-ils scandé après le vote.

« L’important, c’est pourquoi on adhère à l’indépendance et pourquoi les gens devraient y adhérer », a résumé le chef parlementaire péquiste, Pascal Bérubé, en mêlée de presse. Le meilleur exemple ? L’opposition du Canada anglais à la Loi sur la laïcité de l’État. « Quand on adopte la loi 21 sur la laïcité et que, là, les gens réalisent que le gouvernement canadien pourrait être complice d’une contestation qui invaliderait une loi québécoise, ils se disent “on n’est pas souverains sur notre territoire” », a-t-il conclu.

 

 

En début de journée, il avait invité l’Alberta et le Manitoba à cesser de s’en prendre à cette législation qui interdit le port de signes religieux à certains employés de l’État. « Qu’ils se mêlent de leurs affaires, s’était-il exclamé. Ça n’a aucun sens ! Est-ce que ça va changer leur vie ? Ça ne s’appliquera pas à Flin Flon, au Manitoba, puis à Whitehorse, au Yukon. Moi, le Manitoba, je n’y pense pas. Je leur demande de faire la même chose pour le Québec. »

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, avait qualifié la loi québécoise d’« inutile et de dangereuse » lors de son passage à Ottawa la semaine dernière pour rencontrer son homologue fédéral, Justin Trudeau.

Il en a profité pour aborder la question avec lui, sans vouloir préciser s’il lui avait demandé de prendre part aux contestations judiciaires de cette législation. M. Pallister ainsi que le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, avaient dénoncé publiquement cette loi, et ce, sans détour, après son adoption en juin.

« Nous sommes avant tout des indépendantistes et chaque fois qu’on va aller en élection, ça va être clair pour l’ensemble des Québécois et des Québécoises que, quand ils votent pour nous, ils votent pour un parti indépendantiste », a expliqué le nouveau président du PQ, Dieudonné Ella Oyono. Cet immigrant originaire du Gabon s’est installé au Québec en 2001.

Il a été chaudement ovationné par les militants péquistes lorsqu’il est monté sur scène pour prononcer son discours, entouré d’une vingtaine d’amis et de membres de sa famille. « Mes amis, attachez vos tuques, j’arrive », s’est-il exclamé en déclenchant une nouvelle salve d’applaudissement.

Il a souligné la présence de néo-Québécois dans la salle et a affirmé s’être donné pour objectif de recruter de nouveaux militants péquistes au sein des communautés culturelles qui connaissent peu le parti. Il promet d’entretenir un « dialogue constant avec les nouveaux Québécois » pour y parvenir et a dit qu’il s’était déjà mis au travail en rencontrant la communauté rwandaise deux semaines auparavant et 500 personnes de la communauté haïtienne à Montréal samedi soir. Que pensent ces néo-Québécois du projet d’indépendance péquiste ?

« Vous savez que tous ces pays, ou la plupart, sont d’anciennes colonies françaises, a-t-il noté en ajoutant qu’elles sont déjà passées par l’indépendance. Ils comprennent le combat du Québec. Ils l’embrassent dans une certaine mesure. »

Peu de conflits entre les générations

Les débats sur la déclaration de principes, qui stipule que le PQ « se concentrera sur la fondation d’un pays » et non « sur la gestion ordinaire d’une province », n’ont pas mené à de grands déchirements entre les générations, contrairement au conseil national qui avait eu lieu en mars. Les jeunes péquistes, qui avaient alors pourtant échoué à augmenter leur représentation par quota pour le congrès de refondation, étaient nombreux et sont intervenus fréquemment au micro de la plénière.

Ça va être clair pour l’ensemble des Québécois et Québécoises que, quand ils votent pour nous, ils votent pour un parti indépendantiste

Les militants ont opté pour un nationalisme d’ouverture, ajouté la laïcité dans leur définition du peuple québécois et le fait qu’ils chercheront à rassembler tous les indépendantistes. Leur projet sera également fondé sur la réconciliation avec les peuples autochtones. Ils ont également adopté les nouveaux statuts du parti qui pourraient permettre aux non-membres d’avoir leur mot à dire dans la course à la direction. Le PQ pourrait ainsi devenir la première formation politique au Québec à permettre à des sympathisants de choisir son prochain chef.

« C’est à évaluer, a indiqué Pascal Bérubé, qui assure l’intérim. Il y a des gens qui ne veulent pas être membres d’une formation politique en permanence, se faire appeler, participer aux assemblées générales, mais qui ont de l’affection et du respect pour le Parti québécois, puis qui voudraient y participer. Pourquoi pas ? »

Même si les règles de la course à la direction ne seront connues qu’en février 2020, quelques intéressés ont déjà commencé à frayer avec les militants. Le député Sylvain Gaudreault, qui a multiplié les mêlées de presse au cours des dernières semaines, y songe sérieusement. L’avocat Paul St-Pierre Plamondon, qui avait produit le rapport « Oser repenser le PQ », a dit vouloir « écouter les militants et voir la dynamique » pour alimenter sa réflexion. Les deux veulent prioriser l’environnement. L’historien Frédéric Bastien, qui propose de forcer une nouvelle négociation constitutionnelle, poursuit la sienne. Il veut que l’incidence culturelle de l’immigration fasse partie des enjeux abordés durant la course.

Le congrès avait débuté samedi avec une apparition surprise du chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, qui a invité les militants à façonner leur projet souverainiste en fonction des préoccupations des Québécois. Si son parti a réussi à « quitter les soins palliatifs » en triplant son nombre de députés à Ottawa, le PQ pourra aussi, a-t-il fait valoir dans son discours.

À voir en vidéo