Le Bloc québécois met fin au dépouillement judiciaire dans Hochelaga

Au terme d’une première journée de recomptage des bulletins de vote en présence d’un juge, le Bloc québécois a convenu que l’écart entre la candidate libérale et le candidat du Bloc demeurait beaucoup trop grand pour espérer renverser le résultat annoncé le 21 octobre.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Au terme d’une première journée de recomptage des bulletins de vote en présence d’un juge, le Bloc québécois a convenu que l’écart entre la candidate libérale et le candidat du Bloc demeurait beaucoup trop grand pour espérer renverser le résultat annoncé le 21 octobre.

Le Bloc québécois a mis fin au processus de dépouillement judiciaire dans la circonscription d’Hochelaga, à Montréal, confirmant la victoire de la candidate libérale Soraya Martinez Ferrada.

Au terme d’une première journée de recomptage des bulletins de vote en présence d’un juge, le parti a convenu que l’écart entre la candidate libérale et le candidat du Bloc, Simon Marchand, demeurait beaucoup trop grand pour espérer renverser le résultat annoncé le 21 octobre.

À la suite de l’ouverture des boîtes dont les résultats préliminaires semblaient erronés, une légère différence a été observée dans le nombre de voix accordées aux candidats, mais la tendance n’était pas assez forte pour espérer combler l’écart.

Le soir des élections fédérales, la candidate libérale a été déclarée élue par une avance de 328 voix devant le candidat du Bloc québécois.

En soirée, lundi, Élections Canada avait modifié le résultat officiel et l’écart a été réduit à 319 voix.

Une autre procédure de dépouillement judiciaire doit débuter mardi dans la circonscription de Québec, où le libéral Jean-Yves Duclos a été réélu avec 325 voix de majorité sur la candidate bloquiste, Christiane Gagnon.

Dans les deux cas, le tribunal avait accordé les demandes de recomptage parce qu’il n’y avait « pas de concordance » entre le résultat final et le nombre total de bulletins de vote dans les boîtes de scrutin.