Le Bloc demande des dépouillements judiciaires dans Hochelaga et Québec

<p>Les résultats ont été très serrés dans Hochelaga et Québec, avec un peu plus de 300 voix d’écart pour le Parti libéral.</p>
Photo: Andrew Vaughan La Presse canadienne

Les résultats ont été très serrés dans Hochelaga et Québec, avec un peu plus de 300 voix d’écart pour le Parti libéral.

Le Bloc québécois demande non pas un, mais deux dépouillements judiciaires pour tenter de faire la lumière sur de présumées anomalies.

Le parti avait déjà déposé une requête à la Cour supérieure en ce sens pour un dépouillement dans la circonscription d’Hochelaga, et fera de même pour la circonscription de Québec dans les prochaines heures.

Les résultats avaient été très serrés dans les deux cas, avec un peu plus de 300 voix d’écart.

Dans Hochelaga, la candidate libérale Soraya Martinez Ferrada avait été élue avec 34 % des voix alors que le candidat bloquiste Simon Marchand avait récolté 33,3 % des votes. Seulement 328 bulletins ont fait la différence.

Dans Québec, le ministre libéral Jean-Yves Duclos a été réélu avec une courte majorité. Il a obtenu 33,3 % des votes, contre 32,7 % pour sa rivale bloquiste Christiane Gagnon. Il s’agit d’une différence de 325 voix.

Une source au sein du parti allègue qu’il n’y a « pas de concordance » entre le résultat final et le nombre de votes dans les boîtes dans les deux cas. Elle suggère qu’un dépouillement judiciaire permettra d’aller « au fin fond de l’histoire » et d’en avoir le coeur net.

Du côté du Parti libéral du Canada, on répond que tout est en ordre.

« Nous avons pleinement confiance dans les processus exposés dans la Loi électorale du Canada pour faire en sorte que chaque vote soit dépouillé ainsi que dans les résultats de l’élection [dans Hochelaga et Québec] », a affirmé le porte-parole Braedan Caley.