Deux autres appels au départ de Scheer

Le chef conservateur Andrew Scheer devra se soumettre à un vote de confiance en avril.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le chef conservateur Andrew Scheer devra se soumettre à un vote de confiance en avril.

Au tour d’un sénateur québécois de réclamer ouvertement le départ du chef conservateur Andrew Scheer. Jean-Guy Dagenais estime que son parti ne gagnera jamais au Québec, autrement. Et au moins l’un de ses collègues du caucus québécois est du même avis.

« Pour être capable de gagner l’élection au Québec, il serait peut-être mieux de tirer sa révérence », tranche le sénateur Dagenais au sujet de son chef, en entrevue avec Le Devoir. « Au Québec, sa position sur l’avortement lui a nui. Et s’il se représentait lors d’une autre élection, il va avoir de la misère au Québec. Ça, c’est sûr et certain. »

Les valeurs personnelles d’Andrew Scheer sont évoquées par presque tous les conservateurs avec qui Le Devoir s’est entretenu, à une seule exception. Ceux-ci déplorent que le chef ait mis trop de temps à clarifier sa position sur l’avortement en campagne électorale. M. Scheer a notamment refusé d’indiquer s’il soutenait le droit des femmes à l’avortement lorsque Justin Trudeau lui a posé la question au débat des chefs de TVA. Un manque de préparation flagrant, déplorent ses troupes. Et qui a coûté des appuis, insiste le sénateur Dagenais qui rapporte que les citoyens lui en parlaient sur le terrain de la campagne.

Certains conservateurs jugent en outre que les électeurs québécois n’appuieront jamais un leader qui se dit, comme M. Scheer, pro-vie.

« Les gens du parti sont vraiment en criss », résume un autre membre du caucus québécois, qui s’est confié au Devoir sous le couvert de l’anonymat et qui rapporte que plusieurs réclament maintenant le départ de M. Scheer. « Avoir un chef de parti qui est socialement conservateur, ça ne fonctionne pas au Québec. Et ça ne fonctionne pas dans la majorité du Canada non plus. »

Si le sénateur Dagenais est prêt à attendre le vote de confiance du chef, qui se tiendra au congrès du parti en avril, d’autres comme notre source réclament que M. Scheer parte d’ici Noël. L’ancienne ministre conservatrice Josée Verner jugeait elle aussi, en entrevue au Devoir la semaine dernière, qu’Andrew Scheer devrait céder son poste. Le sénateur Dagenais attend en outre de voir qui briguerait la succession de M. Scheer.

Des députés discrets

Les élus Joël Godin et Jacques Gourde sont quant à eux restés flous, évitant de condamner le chef, mais s’abstenant de lui offrir un appui sans équivoque.

« Il faut réfléchir. Il ne faut pas prendre de décision de façon émotive. Il y a un caucus la semaine prochaine. Derrière les portes closes, on aura une discussion franche. Et suite à cela, on verra s’il y a un intérêt à appuyer M. Scheer ou à lui manifester un vote de censure. À ce stade-ci, je ne suis pas prêt à vous dire si je suis pro Andrew Scheer ou contre Andrew Scheer », s’est contenté d’affirmer M. Godin. « Tout est sur la table. »

Pour être capable de gagner l’élection au Québec, il serait peut-être mieux de tirer sa révérence

Son collègue Jacques Gourde s’est montré tout aussi ambivalent. « J’appuie toujours le chef en place », a-t-il préciser. L’appuiera-t-il toujours au moment du vote de confiance, dans six mois ? « On n’est pas rendu là. Je vais l’appuyer jusqu’au vote de confiance », a-t-il rétorqué, en disant s’attendre à ce que le chef apporte des changements « s’il veut rester en place ».

Seuls MM. Godin et Gourde ont répondu aux appels du Devoir. Tous les autres députés ont refusé les demandes d’entrevue. Les députés conservateurs québécois doivent par ailleurs se rencontrer mercredi pour la première fois depuis les élections.

Le candidat conservateur dans Laval–Les Îles et ex-président de l’ADQ, Tom Pentefountas, a pour sa part affirmé à la radio CJAD qu’il fallait changer de chef « pour le bien du parti ».

Une autre source du Devoir relate que la majorité des militants croient également qu’Andrew Scheer ferait mieux de partir. Cette personne rappelle cependant que Stephen Harper était très impopulaire au Québec en 2004 et qu’il n’avait alors fait élire aucun député au Québec, mais que deux ans plus tard il y a remporté dix sièges. La grogne n’est toutefois pas confinée au Québec et l’entourage du premier ministre ontarien, Doug Ford, serait aussi furieux contre M. Scheer.

Dans le clan du chef fédéral, on refuse de s’inquiéter outre mesure de cette insatisfaction. « Tout le monde parle à chaud. À chaque élection, il y a des gens qui sont déçus », tempère un stratège. À six mois du vote de confiance, l’équipe d’Andrew Scheer demeure confiante « parce qu’on sait qu’on va faire le travail nécessaire d’ici là », explique-t-on en coulisses. « D’ici au mois d’avril, les gens vont le voir et voir que M. Scheer est prêt pour une deuxième campagne électorale. »

15 % de députés pro-vie, tous conservateurs

Ottawa — Le mouvement pro-vie est encore bien représenté aux Communes. Un total de 50 personnes s’opposant au libre accès à l’avortement ont été élues lundi dernier, soit 15 % des 338 députés. Ces 50 élus sont tous conservateurs et forment 41 % du caucus d’Andrew Scheer. Dans la précédente législature, les élus pro-vie étaient moins nombreux (44), mais constituaient une portion plus importante de la députation conservatrice (46 %). M. Scheer, lui-même pro-vie, a été abondamment attaqué pendant la campagne électorale à cause de sa position alambiquée sur l’avortement : il a promis que son éventuel gouvernement ne ferait rien pour restreindre l’accès à la procédure, mais a refusé de s’engager à ce que ses députés d’arrière-ban ne déposent pas de projet de loi en ce sens. Hélène Buzzetti
3 commentaires
  • Michel Pasquier - Abonné 30 octobre 2019 13 h 08

    Trop facile

    Très facile en effet de dire : « Avoir un chef de parti qui est socialement conservateur, ça ne fonctionne pas au Québec. Et ça ne fonctionne pas dans la majorité du Canada non plus. » maintenant qu’ils ont perdu les élections.
    Accordons lui au moins une certaine honnêteté. S’il avait gagné les élections avec des slogans à la mode du jour dans certains milieux et qu’il avait ensuite appliqué des politiques conservatrices radicales nous aurions eu en peu de temps des foules pour clamer « je n’ai pas voté pour ça ! »

  • Gilles Théberge - Abonné 30 octobre 2019 13 h 09

    Donc, si on est député fédéral conservateur, c'est « caca» si on est pro-vie...!

    C'est pas de la censure ça...?

    Comprenez-moi bien, je suis pour l'avortement, je veux dire en faveur de la liberté de choix. Mais si on me censurait je me demanderais si je suis en démocratie ou en ...!

  • Marc Brosseau - Abonné 30 octobre 2019 20 h 03

    Qu'il reste.

    Je souhaite que Scheer demeure chef. Comme ça, les Conservateurs demeureront dans l'opposition! Quand on sait que près de la moitié des députés conservateurs sont pro-vie et veulent resteindre le libre-choix des femmes de disposer de leurs propres corps, cela donne froid dans le dos. Ne serait-ce que que pour cela, c'est simple comme ABC. Comme on dit en anglais: Anything But Conservatives.