Vigie parité postélectorale: moins de 30% d’élues

Photo: Sean Kilpatrick Archives La Presse canadienne

L’augmentation notable du nombre de femmes candidates au sein des cinq grands partis n’aura pour ainsi dire eu aucun impact sur le nombre de femmes élues lundi soir. Le prochain Parlement sera ainsi composé à 71,3 % d’hommes, et à 28,7 % de femmes.

Par rapport à 2015, la progression est minime — le précédent Parlement comptait 26 % de femmes. Le chiffre actuel demeure un record… mais se trouve bien loin du seuil minimal de la zone paritaire (40 %).

 

Il met aussi en relief la disparité entre le pourcentage de candidates investies cette année par les partis fédéraux (41,6 %) et le nombre d’élues : l’écart négatif est de près de 13 points. Cela tend à accréditer les observations voulant que les partis augmentent leur bilan parité avec des candidates dont les chances de victoire sont minces.

Le projet Vigie parité du Devoir avait ainsi noté que les partis politiques fédéraux ont augmenté le rythme de nomination des femmes dans les semaines précédant la fin des mises en candidature. Parmi les 715 premiers candidats investis (soit la moitié des candidats), on retrouvait environ 35 % de femmes. Si on ne considérait que le deuxième bloc de candidats nommés, on dénombrait plutôt 48 % de femmes.

Par parti

Pour composer un cabinet paritaire, Justin Trudeau devra choisir parmi un caucus composé de 51 femmes (dont 14 du Québec) et de 106 hommes.

Celui des conservateurs comptera sur 22 femmes (18,2 %), mais aucune provenant du Québec. Il y en aura 9 chez les néodémocrates (le seul élu québécois est un homme) et 12 au Bloc québécois (37,5 % du caucus dans les deux cas). Parmi les trois élus du Parti vert du Canada, on compte deux femmes.

D’une province à l’autre, c’est au Québec que l’on retrouve le plus fort contingent de femmes (33,3 % d’élues), suivi de près par l’Ontario (31,4 %) et la Colombie-Britannique (31 %). Quatre provinces auront 20 % et moins de femmes pour les représenter (Île-du-Prince-Édouard, Alberta, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse).

L’élection provinciale québécoise de 2018 s’était pour sa part conclue avec un nombre record d’élues (43 %) et de candidates (47 %).