L’opposition à la laïcité a fait mal à Trudeau, affirme François Legault

François Legault a fait une allusion à peine voilée aux causes du recul du vote du PLC au Québec.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne François Legault a fait une allusion à peine voilée aux causes du recul du vote du PLC au Québec.

Le premier ministre François Legault presse Justin Trudeau, maintenant qu’il a perdu sa majorité à la Chambre des communes, de tenir compte du « vote nationaliste » des Québécois, notamment en s’abstenant d’attaquer la Loi sur la laïcité de l’État devant les tribunaux.

« Les Québécois disent : je tiens à protéger les valeurs québécoises », a souligné M. Legault mardi, au lendemain d’une soirée électorale mouvementée durant laquelle les Québécois ont élu 32 députés du Bloc québécois au Parlement fédéral.

Après les formules de félicitations d’usage, M. Legault a abordé la contestation de la « loi 21 » avec son homologue fédéral lors d’un entretien téléphonique.

« Je lui ai répété, et je pense que c’est important que tous les partis fédéraux le comprennent, qu’il y a une grande majorité des Québécois qui appuient l’interdiction des signes religieux pour les personnes en [position d’]autorité. Donc, [M. Trudeau] devrait respecter la grande majorité des Québécois », a soutenu M. Legault en point de presse sur la colline Parlementaire.

À ses yeux, les gouvernants doivent embrasser le nationalisme, à défaut de quoi « vous pouvez avoir des extrêmes comme on l’a vu dans d’autres pays ». « Je pense que le nationalisme va prendre de plus en plus de place dans le monde, non seulement au Québec, et je pense que c’est important que nous protégions ce que nous sommes, que nous protégions nos valeurs », a-t-il fait valoir.

Par médias interposés, M. Legault a suggéré au chef libéral d’appuyer la Loi sur la laïcité de l’État québécois s’il souhaite voir le Parti libéral du Canada faire mieux lors du prochain rendez-vous électoral. « Le message est clair : si vous voulez, la prochaine fois, plus d’appuis, soutenez le projet de loi 21 », a-t-il dit en anglais. « Le premier ministre du Canada n’a pas d’autre choix que de tenir compte de la volonté de la majorité des Québécois », a-t-il ajouté.

Le message est clair : si vous voulez, la prochaine fois, plus d’appuis, soutenez le projet de loi 21

En plus d’exiger qu’ils s’abstiennent de contester la Loi sur la laïcité de l’État, M. Legault réclamait en campagne électorale au PLC, au Parti conservateur du Canada et au Nouveau Parti démocratique l’équivalent des pleins pouvoirs en matière d’immigration, l’assujettissement des entreprises de charte fédérale à la loi 101 et la création d’une déclaration de revenus unique administrée par le Québec.

M. Legault a dit avoir bon espoir mardi de voir le fédéral donner suite aux quatre principales demandes qu’il avait formulées aux grands partis politiques, et ce, malgré les vives réticences exprimées par M. Trudeau.

Le premier ministre québécois a invité son homologue à participer à une « rencontre de travail » à Québec dès que son Conseil des ministres sera formé.

Pas d’intrusion

Par ailleurs, le chef du gouvernement québécois a cherché à dissuader le PLC et le NPD de concrétiser « beaucoup d’engagements [contenus dans leurs programmes électoraux respectifs] qui sont de possibles intrusions dans les champs de compétence du Québec, entre autres en santé, en éducation, en environnement ».

« C’est important que le gouvernement fédéral respecte le Québec comme nation », a-t-il insisté, tout en disant ne pas être le seul premier ministre qui « tient beaucoup à son autonomie ».

« Il faut regarder les faits. Il y a beaucoup de différences entre l’est du Canada et l’ouest du Canada, et je pense que la réponse à ça est que le gouvernement fédéral donne plus et plus d’autonomie à chaque province », a-t-il poursuivi.

Les électeurs québécois ont élu lundi soir 35 députés du PLC (–5), 32 du Bloc québécois (+22), 10 du PCC (–2) et 1 du NPD (–15). L’équipe de Justin Trudeau comptera donc 22 % d’élus québécois (35 sur 157) dans son groupe parlementaire.

Loin de voir une résurgence du mouvement indépendantiste dans la remontée des bloquistes à la Chambre des communes, François Legault a dit vouloir s’en servir pour conclure de nouvelles ententes dans les dossiers du logement, des infrastructures, des travailleurs étrangers temporaires et du branchement des régions à l’Internet haute vitesse.

Cela dit, M. Legault ne veut pas voir le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, jouer les entremetteurs à Ottawa. « Ce que je veux, c’est travailler directement avec M. Trudeau. […] Mon interlocuteur, ce sera Justin Trudeau », a répété le chef caquiste.

« Dur réveil » pour Legault ?

« Ç’a été un dur réveil pour M. Legault aujourd’hui », a commenté le chef intérimaire du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand, en appelant le chef caquiste à collaborer avec le nouveau gouvernement fédéral. Il soupçonnait mardi avant-midi le premier ministre québécois d’avoir rêvé à l’élection d’un gouvernement conservateur minoritaire avec « la balance du pouvoir » au Bloc québécois.

« Non, pas du tout », a rétorqué M. Legault en faisant allusion à la défense des intérêts du Québec et au respect de la Loi sur la laïcité de l’État. « Je pense que le résultat de l’élection montre, avec ce gouvernement minoritaire, que le message que j’ai passé a été entendu. »

« On est dans le même Canada qu’on était hier, c’est-à-dire un État pétrolier », a déclaré pour sa part la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé. Le résultat prouve, à son avis, que la seule solution pour sortir du pétrole est de réaliser l’indépendance du Québec.

« Aucun député du Bloc québécois n’a caché qu’il était indépendantiste », a rappelé le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, en point de presse, sans manquer de rappeler qu’il avait lui-même incité Yves-François Blanchet à embrasser une carrière politique en 2008.