Scheer attaque le scénario d’une alliance PLC-NPD

Le chef conservateur, Andrew Scheer, a prononcé un discours devant ses partisans à Brampton, en Ontario, jeudi.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le chef conservateur, Andrew Scheer, a prononcé un discours devant ses partisans à Brampton, en Ontario, jeudi.

Le chef conservateur Andrew Scheer laisse entendre qu’il ne reconnaîtrait pas un éventuel gouvernement minoritaire libéral appuyé par le NPD si la formation de Justin Trudeau obtient moins de sièges que la sienne. À son avis, un premier ministre sortant faisant élire moins de députés que son principal rival doit impérativement démissionner.

« Dans l’histoire moderne du Canada, le parti remportant le plus grand nombre de sièges forme le gouvernement et le premier ministre qui détient moins de sièges qu’un autre parti à l’issue d’une élection démissionne », a lancé M. Scheer.

Le professeur de l’Université Carleton spécialiste du système de Westminster, Philippe Lagassé, corrige le chef conservateur en lui rappelant que le parlementarisme britannique est basé sur le principe de confiance de la Chambre. « Le premier ministre reste premier ministre jusqu’au moment où il donne sa démission ou on le renvoie, et la gouverneure générale n’est pas en mesure de le renvoyer s’il n’a pas formellement perdu la confiance de la Chambre, explique-t-il au Devoir. Selon la convention, la gouverneure générale n’a pas beaucoup de pouvoir discrétionnaire dans ces cas-ci. »

M. Lagassé note que le chef conservateur fait référence à une « tradition ». « C’est une tradition que le parti avec le plus grand nombre de sièges peut gouverner. Mais cette tradition peut être mise de côté quand les circonstances l’exigent. Par exemple, si l’écart entre les deux partis est très étroit. »

Il n’existe pas de cas fédéraux récents permettant une comparaison. En 2006, le premier ministre libéral Paul Martin a bien cédé le pouvoir à Stephen Harper qui avait remporté plus de circonscriptions que lui, mais les 103 sièges de M. Martin, même combinés aux 29 sièges du NPD, ne lui auraient pas conféré de majorité. En 1979, un autre premier ministre libéral, Pierre Elliott Trudeau, avait cédé le pouvoir au progressiste-conservateur Joe Clark. Il avait obtenu moins de sièges que lui (114 contre 136), mais encore une fois, même avec l’appui du NPD, M. Trudeau n’aurait pas atteint le point de majorité. En outre, dans les deux cas, le Parti libéral avait été au pouvoir plus d’une décennie, ce qui ne serait pas le cas de Justin Trudeau, note M. Lagassé.

Sur la scène provinciale, il existe un exemple récent d’un gouvernement n’étant pas formé par le parti ayant remporté le plus de sièges à l’élection : celui des néodémocrates de la Colombie-Britannique. Ils gouvernent avec l’aide du Parti vert même s’ils n’ont obtenu à l’élection de 2017 que 41 sièges contre 43 pour les libéraux.

Si Justin Trudeau pense être en mesure de conserver la confiance de la Chambre des communes grâce à ses affinités philosophiques avec le NPD et/ou le Parti vert, il pourra donc former son gouvernement sans que son rival conservateur puisse y faire quoi que ce soit. « M. Scheer pourrait en principe écrire à la gouverneure générale, souligne le professeur Lagassé.  Mais la gouverneure générale n’est pas en mesure de renvoyer un premier ministre parce que le chef de l’opposition ou d’un autre parti affirme qu’il devrait gouverner. Ça ne fonctionne pas comme ça. » Il devrait y avoir un vote de confiance cet automne, puisque la Chambre doit revenir d’ici Noël.

Opposition réciproque

À l’inverse, une minorité conservatrice éprouverait de la difficulté à passer un de ses premiers tests de confiance. M. Scheer a en effet promis jeudi que « sa première initiative législative sera d’abolir la taxe sur le carbone ». Il déposera un projet de loi dès le retour du Parlement afin que la taxe « soit chose du passé dès janvier 2020 ». Or les mesures de taxation sont toujours considérées comme engageant la confiance de la Chambre, et tous les autres partis politiques s’opposent à l’abolition de cette taxe.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a été encore plus catégorique dans son rejet du parti d’Andrew Scheer jeudi en lançant : « Nous ne respectons pas les conservateurs. »

Le chef libéral, Justin Trudeau, a refusé de répliquer à son rival conservateur jeudi. Chaque fois que les journalistes lui ont demandé s’il pourrait envisager de rester au pouvoir avec moins de sièges que M. Scheer, il s’est borné à répéter que sa priorité consistait à « former un gouvernement progressiste ». Depuis que les sondages indiquent une baisse de ses appuis, M. Trudeau martèle que les électeurs doivent se choisir un gouvernement et non une opposition, car toute progressiste soit-elle, elle serait à son avis incapable de stopper les conservateurs.

M. Singh rejette cet appel au vote stratégique. « Je vous invite à ne pas voter par peur, a-t-il lancé. Votez pour quelque chose. Votez pour des gens qui se battront, qui seront de votre côté. » Il a fait valoir que, dans certaines circonscriptions, la bataille opposait NPD et Parti conservateur et qu’il était donc logique de voter pour le candidat orange.

D’ailleurs, dans Edmonton Strathcona, le candidat vert, Michael Kalmanovitch, s’est désisté mercredi en appelant les électeurs à se ranger derrière le NPD afin de bloquer la route au Parti conservateur. Cette circonscription — la seule d’Alberta — avait été remportée par le NPD en 2015, mais la députée ne se représente pas cette année.

L’appel au vote stratégique ne vient toutefois plus seulement des politiciens intéressés. Jeudi, le Pacte pour la transition, qui milite pour un virage énergétique et écologique, a envoyé un message à quelque 57 000 de ses signataires situés dans 16 circonscriptions où la lutte est serrée pour les inviter à voter « pour le parti qui a le plus de chances de vaincre le Parti conservateur ».

« Cette urgence de protéger le climat doit passer avant les intérêts idéologiques, même les amitiés dans certains cas malheureusement, parce qu’il y a plein de nos amis qui se présentent pour le NPD ou le Parti vert », a expliqué Laure Waridel sur les ondes de Radio-Canada.