Débat des chefs: à qui le Québec?

Le chef libéral Justin Trudeau, le chef conservateur Andrew Scheer et le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet
Photo: Chris Wattie La Presse canadienne Le chef libéral Justin Trudeau, le chef conservateur Andrew Scheer et le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet

En pleine remontée dans les sondages au Québec, Yves-François Blanchet s’est trouvé au coeur de plusieurs attaques jeudi, lors du dernier débat des chefs en français. Mais pas seulement lui : Justin Trudeau a aussi eu droit à une attention particulière de ses adversaires, au cours d’un débat autrement marqué par des échanges nourris et soutenus.  

Beaucoup plus compréhensible que le débat de lundi en anglais, la joute est somme toute restée polie, hormis une cacophonie déclenchée autour de la question de l’immigration — il s’agissait alors de savoir lequel des chefs serait le meilleur ami de François Legault en cette matière...  

Le chef libéral Justin Trudeau a été le premier à s’en prendre à M. Blanchet, en notant que le Bloc ne serait jamais au pouvoir et donc incapable de mener une lutte pancanadienne contre les changements climatiques. « L’initiative [de péréquation verte] du Bloc souligne un de ses défis: pour imposer un plan pancanadien, ça prend un gouvernement qui va tenir tête aux gouvernements de Jason Kenney ou Doug Ford, des conservateurs qui ne veulent rien faire pour l’environnement. » M. Trudeau a mentionné les noms des deux premiers ministres provinciaux à quelques reprises jeudi. 

« Avec plusieurs députés bloquistes […] M. Trudeau va rester premier ministre », a renchéri à contre-sens le chef conservateur Andrew Scheer un peu plus tard. 

À cela, M. Blanchet a rétorqué qu’on entend toujours qu’un vote pour le Bloc « c’est voter pour les libéraux » ou « c’est voter pour les conservateurs ». « Voter pour le Bloc, c’est voter pour le Québec parce qu’on va siéger au Parlement », a-t-il affirmé. 

Jagmeet Singh, du Nouveau parti démocratique, n’a cependant pas apprécié que M. Blanchet répète sans cesse que lui seul représente les Québécois « Ça m’achale, parce que oui le Bloc c’est vous. Mais le Québec c’est une diversité d’opinions, c’est une diversité de régions, c’est une diversité de voix, et vous n’avez pas un monopole sur le Québec. » 

M. Trudeau a poursuivi dans la même lignée. « Et ce qu’on a vu 2015, c’est que les Québécois ont choisi de faire partie d’un gouvernement. C’est ça qui a mis fin à 10 ans de M. Harper qui coupait partout et qui proposait l’austérité. Et maintenant que le Bloc veut reprendre une place et vouer les Québécois encore une fois à l’opposition, les Québécois doivent réfléchir très clairement. » 

À l’issue du débat, M. Blanchet a avoué avoir hâte de repartir sur la route électorale. « Je suis content que les débats soient finis », a-t-il dit, soulagé. « J’ai trouvé que c’était un débat où les idées circulaient bien, où c’était élégant, sans tentative de coup bas. » 

 

Le meilleur ami de Legault 

Le chef libéral a par ailleurs indiqué que le Québec aurait le droit d’imposer un test des valeurs dans le cadre de son processus de certificat de sélection. « C’est un processus qui appartient au Québec », a-t-il précisé en point de presse après le débat. Il avait jusqu’ici toujours refusé de se prononcer sur le droit du Québec à imposer un tel test.  

Les échanges sur l’immigration ont par ailleurs mené Maxime Bernier, du Parti populaire du Canada, à se proclamer le seul vrai ami du premier ministre québécois François Legault. « Je suis le seul ici qui est prêt à dire oui au gouvernement Legault », a-t-il soutenu. « M. Scheer veut toujours avoir plus, plus d’immigrants. Il est d’accord avec M. Trudeau à 350 000 par année. » 

M. Scheer a quant à lui accusé M. Blanchet de courtiser M. Legault par simple opportunisme électoral. « Vous aimez prétendre que vous êtes le meilleur ami de M. Legault, mais honnêtement, après l’élection vous allez travailler pour qui ? », a-t-il dénoncé, en insinuant que M. Blanchet renouerait avec le Parti québécois une fois l’élection fédérale passée. 

Économie  

La formule du débat organisé par un consortium de médias, dont Le Devoir, permettait des échanges à trois chefs pour chacune des cinq thématiques. Le hasard a voulu que le seul affrontement opposant les deux meneurs de la campagne électorale portait sur l’économie. Le chef conservateur a lancé le bal des critiques, en reprochant à M. Trudeau d’avoir « présenté une plateforme écrite sur une napkin sur un coin de table ».  

Le chef libéral lui a fait remarquer, au fil de leurs échanges, que M. Scheer n’avait toujours pas présenté de plateforme électorale. « On ne l’a pas vu ! Il est où ton plan ? » Les conservateurs le présenteront vendredi, au 31e jour de la campagne et après la présentation de tous les débats des chefs — tout comme le NPD. 

L’échange a également permis aux deux chefs de s’accuser mutuellement de baisser les impôts des plus riches, plutôt que des plus pauvres. « Vous êtes un menteur compulsif », a balancé M. Scheer. 

Maxime Bernier en a profité pour déplorer que tous les partis, sauf le sien, proposent d’équilibrer le budget en seulement 5 ans. « C’est irresponsable. La carte de crédit nationale est pleine », a argué le chef du Parti populaire, en proposant de baisser les impôts des entreprises pour mousser l’économie. 

Ce qui a permis à M. Trudeau de critiquer ce plan de match et d’associer M. Scheer et M. Bernier. « C’est l’argument conservateur. On l’a vu pendant dix ans sous [Stephen] Harper où vous faisiez tous les deux partie de ce parti, a rappelé M. Trudeau. On a vu coupures, on a vu des baisses d’impôt pour les mieux nantis, on a vu des sous-investissements dans l’infrastructure, dans les personnes âgées, dans nos jeunes. Et ça n’a pas livré de croissance économique. » 

Photo: Chris Wattie La Presse canadienne De gauche à droite, le chef du NPD, Jagmeet Singh, la cheffe des verts, Elizabeth May, et le chef du Parti populaire, Maxime Bernier

À M. Singh et Elizabeth May, qui martelaient que l’élimination du déficit n’est qu’une question de choix de dépenses et de revenus en imposant les plus riches et les entreprises, M. Blanchet s’est fait la voix de la raison. « Aller chercher l’argent dans les poches des riches est une chose, faire en sorte que ça aille au bon endroit est une chose, baisser le déficit en est une aussi. Mais on ne peut pas du jour au lendemain dire qu'on a coupé un déficit de 19 milliards de dollars, parce que l’impact sur l’économie de l’ensemble du pays et du Québec serait catastrophique. » 

Environnement 

Dans le segment sur l’environnement, Elizabeth May (Parti vert) a martelé que nous « sommes dans une situation d’urgence climatique. Je parle avec mon coeur parce que le temps presse, a-t-elle dit d’une voix tremblante. Comme Greta Thunberg a dit, notre maison est en feu. Comment osez-vous ? » a-t-elle lancé en reprenant la formule de la militante suédoise. Elle a été très critique du bilan environnemental de Justin Trudeau, que Jagmeet Singh a qualifié de « grand parleur, petit faiseur ».  

« Le plan de Justin Trudeau est un échec », a lui aussi accusé Andrew Scheer. Ce dernier a surtout mis de l’avant son plan d’éliminer les déversements d’eaux usées comme preuve de ses préoccupations environnementales. 

Jagmeet Singh n’a pas pris de temps à dénoncer l’achat du pipeline Trans Mountain par le gouvernement Trudeau, et a appelé à la fin des subventions à l’industrie pétrolière — comme Yves-François Blanchet et Mme May. Justin Trudeau a réitéré qu’il vise cet objectif pour 2025.   

M. Blanchet s’est par ailleurs défendu d’appuyer le troisième lien à Québec. « Je ne suis pas pour, je ne suis pas contre, a-t-il précisé. Le ministre québécois de l’Environnement a demandé un BAPE, je respecte ça. Ça relève exclusivement du Québec. » 

Maxime Bernier, du Parti populaire, s’est placé en porte à faux avec les autres en affirmant que « l’urgence est d’avoir un oléoduc », et que le corridor énergétique d’Andrew Scheer « va prendre des années » avant de se faire. Alors qu’il présentait son plan (qui revient essentiellement à laisser les provinces agir en matière d’environnement, et à laisser au fédéral la dépollution des lacs et des rivières), Andrew Scheer lui a dit : « Maxime, tu ne vas rien imposer, tu ne vas même pas gagner en Beauce. » 

M. Bernier a soutenu qu’il « ne renie pas la science » en refusant de reconnaitre qu’il y a urgence climatique. « Près de 500 scientifiques ont écrit à l’ONU pour dire qu’il n’y a pas d’urgence climatique », a-t-il expliqué.  

Autochtones et culture 

Dans un segment touchant les minorités, Justin Trudeau s’est fait reprocher d’avoir porté en appel la décision du Tribunal canadien des droits de la personne, qui a ordonné au gouvernement fédéral de verser des indemnités aux enfants autochtones et à leur famille qui ont été séparés. N’étiez-vous pas le champion de la réconciliation avec les autochtones, lui a-t-on demandé ? 

« On l’est, a soutenu M. Trudeau. On est d’accord avec le tribunal qu’il faut compenser ces enfants », mais le gouvernement veut discuter de comment bien les compenser, a-t-il dit. « Ce n’est pas vrai que vous êtes à l’aise avec la décision du tribunal », a accusé Elizabeth May, visiblement outrée.  

Il y a autrement eu une rare unanimité en culture : tous promettent de s’attaquer à la situation qui laisse les plateformes numériques étrangères (Netflix, Google, Facebook, etc.) opérer au pays sans payer d’impôts ou charger la TPS. Ils ont souligné que l’argent récolté devra, d’une manière ou l’autre, revenir en financement culturel.  

Avortement 

La question de l’avortement avait grandement marqué le premier débat en français à TVA : le thème a ressurgi jeudi, mais plus discrètement. Alors qu’il avait refusé de se dire pro-vie dans le premier débat, Andrew Scheer a précisé jeudi qu’il est « personnellement pro-vie, mais on ne va pas changer la loi ou l’accès, point final ». 

La fermeture annoncée plus tôt dans la journée de la seule clinique d’avortement du Nouveau-Brunswick a fait dire à Jagmeet Singh que « c’est une chose de dire qu’on va protéger les droits des femmes, c’est une autre chose de le faire… Vous n’avez fait rien pour protéger l’accès à l’avortement au Nouveau-Brunswick », a-t-il lancé à Justin Trudeau.  

Ce dernier s’est dit « préoccupé par la décision du gouvernement conservateur » de la province des Maritimes. « Là on voit un gouvernement conservateur qui s’est fait élire, qui n’est pas là pour défendre les droits des femmes. Et c’est ça le danger avec M. Scheer, il ne sera pas là pour défendre les droits des femmes », a attaqué Justin Trudeau.



À voir en vidéo