Le Bloc revigoré force Trudeau et Scheer à rediriger leur tir

Les attaques des rivaux du Bloc ont amusé le chef du parti, Yves-François Blanchet.
Photo: Sebastien St-Jean Agence France-Presse Les attaques des rivaux du Bloc ont amusé le chef du parti, Yves-François Blanchet.

Le Bloc québécois embête de plus en plus ses adversaires fédéraux. Et à la veille du dernier débat des chefs de la campagne électorale, Justin Trudeau et Andrew Scheer s’en sont pris à Yves-François Blanchet en insistant tour à tour sur le fait que les bloquistes ne sont qu’impuissants à Ottawa.

Le Bloc québécois trône au deuxième rang des intentions de vote des Québécois depuis la semaine dernière, tout juste derrière le Parti libéral et devant le Parti conservateur, qui doit se contenter d’une troisième place. Chez les électeurs francophones, le Bloc est même désormais en tête.

Peu étonnant, donc, que le chef libéral et le chef conservateur aient tous deux pris soin de critiquer le Bloc québécois mercredi.

Justin Trudeau a fait valoir, à onze jours de l’élection, que les électeurs québécois soucieux de l’environnement devraient se rappeler que le Bloc n’aura pas le pouvoir de mener la lutte contre les changements climatiques à l’issue du scrutin. « Les Québécois sont, encore plus que beaucoup d’autres Canadiens, préoccupés par l’environnement. Et la réalité […] c’est que le Bloc ne peut pas mener un plan pancanadien contre les changements climatiques. Et les conservateurs ne veulent pas mener d’action contre les changements climatiques », a affirmé le chef libéral, en invitant les citoyens préoccupés par le sort de la planète à « faire le bon choix ».

« Les Québécois en opposition ont permis à Stephen Harper de continuer de couper dans les services, de ne rien faire pour lutter contre les changements climatiques, a renchéri M. Trudeau. On a besoin de Québécois forts dans un gouvernement qui va lutter contre Doug Ford [en Ontario], contre Jason Kenney [en Alberta], contre les pétrolières. »

La réalité […] c’est que le Bloc ne peut pas mener un plan pancanadien contre les changements climatiques

Le chef conservateur était tout aussi critique à l’endroit du Bloc québécois. Andrew Scheer n’a même pas eu à se faire prier de commenter la montée du parti souverainiste, qui partage avec lui une part du même bassin d’électeurs. « Le Bloc québécois pourra seulement regarder Justin Trudeau continuer de ne rien faire », a lancé M. Scheer, en arguant que lui seul pouvait freiner l’entrée irrégulière de migrants à la frontière [voir autre texte en page A 4]. « Car la véritable priorité du Bloc n’est pas de régler les problèmes importants aux yeux des Québécois. La priorité du Bloc est uniquement de travailler avec le Parti québécois pour réaliser la souveraineté », a-t-il insisté. « Les Québécois ont fait un choix l’an dernier. Ils ont choisi un nouveau gouvernement. Et maintenant, c’est le temps d’un nouveau gouvernement au fédéral qui va renforcer la nation québécoise. »

Ni M. Trudeau ni M. Scheer n’ont voulu préciser s’il collaboreraient avec les bloquistes, s’ils héritent d’un gouvernement minoritaire le 21 octobre. Le chef libéral a rapporté que personne, au Québec comme au Canada, ne lui parle d’unité canadienne.

Blanchet sent le vent

Les attaques de ses rivaux ont amusé Yves-François Blanchet. « Il y a, dans cette stratégie hautement prévisible des autres partis, une admission et une crainte que le Québec donne pas mal de sièges au Bloc québécois. » Puisque les sondages prédisent de plus en plus un gouvernement minoritaire, « que ce soit n’importe qui, ils vont avoir besoin de la collaboration des tiers partis à la Chambre des communes », a observé le chef bloquiste.

Les coups de sonde menés depuis le débat des chefs du réseau TVA, la semaine dernière, suggèrent que le Bloc québécois profite d’une hausse de ses intentions de vote. Un sondage Mainstreet plaçait le parti au premier rang chez les francophones, dimanche, avec 33 % des appuis, suivi du Parti libéral à 27 %, du Parti conservateur à 17 %, du NPD à 12 %, du Parti vert à 7 %, et du Parti populaire de Maxime Bernier à 4 %. Un sondage Léger mené pour le compte de La Presse canadienne faisait état mercredi d’un bond de neuf points dans les intentions de vote pour le Bloc chez l’ensemble des Québécois, le plaçant à 29 % tout juste derrière les libéraux à 31 % et loin devant les conservateurs à 16 %, le NPD à 13 %, le Parti vert à 7 % et le PPC à 3 %.

Le Bloc québécois pourra seulement regarder Justin Trudeau continuer de ne rien faire

 

Yves-François Blanchet s’est abstenu de commenter ces sondages. Et surtout de se réjouir trop vite de voir le Bloc en si bonne posture. « Mais si je sors dehors et que je ne me rends pas compte que le vent me dépeigne, il y a quelque chose qui ne marche pas. Il vente un peu. Une brise. Elle est sympathique », s’est-il permis d’apprécier.

« Je sens qu’il est peut-être en train de se passer quelque chose. Il n’y a pas si longtemps vous me demandiez si le cadavre du Bloc a recommencé à grouiller. Aujourd’hui vous me demandez si le zombie est en train de manger les autres partis, a-t-il lancé aux journalistes. Je pense qu’on se porte raisonnablement bien. Mais je le dis avec toute l’humilité. »

Le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, était quant à lui à Montréal mercredi pour prononcer un discours devant le Syndicat canadien de la fonction publique et il s’en est pris à tous ses adversaires sauf au Bloc. « Le contraste est clair », a-t-il affirmé plus tard, en arguant que les bloquistes étaient incapables de faire avancer les causes progressistes, car ils se coupent du reste du pays. « Nous sommes un parti qui peut travailler tant avec les progressistes du Québec que les progressistes de partout au Canada. »

La lutte est féroce au Québec, qui rassemble le deuxième lot de sièges en importance au pays — 78 circonscriptions, derrière les 121 de l’Ontario.

À la dissolution de la Chambre, le Parti libéral en comptait 40, le NPD 14, le Parti conservateur 11, le Bloc 10, et Maxime Bernier détenait l’unique siège de son Parti populaire. Libéraux, conservateurs et bloquistes bataillent fort pour tenter de récupérer les circonscriptions que risque de perdre le NPD.

9 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 10 octobre 2019 00 h 24

    PQ ou CAQ?

    « La priorité du Bloc est uniquement de travailler avec le Parti québécois pour réaliser la souveraineté »

    Dans cette campagne, le Bloc semble aussi près de la CAQ que du PQ, appuyant ou ne s'opposant jamais à ses prises de position (signes religieux, GNL, troisième lien, etc.).

    • Hélène Gervais - Abonnée 10 octobre 2019 05 h 55

      Effectivement; de plus la CAQ ayant l'approbation d'environ 70% de la population en-dehors de montréal, le Bloc a des chances de remporter suffisamment de sièges pour être une voix représant les Kébécois-es à la chambre des communes.

    • Sébastien Collard - Abonné 10 octobre 2019 06 h 48

      Je dirais même plus près de la CAQ que du PQ. Ajoutez l'incapacité de se prononcer contre le 3e lien et à GNL le fait que le Bloc n'a pas d'objectif clair de réduction des GES en 2030. On se colle à l'accord de Paris qui est non contraignant. C'est tellement 2015!

      La science dit moins 50% de GES en 2030, où est M. Blanchet? Où est le Bloc?

  • Jean-Philippe Labbé - Abonné 10 octobre 2019 01 h 42

    Blâmer le Québec pour Harper? Faut le faire!

    « Les Québécois en opposition ont permis à Stephen Harper de continuer de couper dans les services, de ne rien faire pour lutter contre les changements climatiques, a renchéri M. Trudeau.»

    Avec 83% du vote Québécois contre Harper en 2011 et sensiblement la même chose aujourd'hui, ce serait la faute du Québec si Harper a été élu? Et que la société québécoise laisse le Canada rien faire pour ralentir les changements climatiques?

    Il a du front de dire ça devant ce 83% et les 500 000 citoyens qui ont pris la rue. C'est plutôt le ROC qui a élu Harper et qui empêche le Québec d'aller de l'avant. C'est pas nouveau.

  • Louis Gérard Guillotte - Abonné 10 octobre 2019 04 h 19

    Olé!Pour Yves-François Blanchet

    Pour avoir suivi et écouter quotidiennement M.Blanchet aux "EX" de RDI,j' ai découvert en lui un fort et
    respectable cerveau intellectuel des plus articulé.On constate aisément qu'il n'est pas un péteux de brou.
    Il est à tout crins!

  • Jason CARON-MICHAUD - Abonné 10 octobre 2019 05 h 56

    Un courant sympathique!

    Après avoir acheté le pipeline Transmountain (2018) et avoir permis son expansion (2019), après s'être mis en opposition à la laïcité, TRUDEAU a fait bien pire que se déguiser en Aladdin... Sur les traces paternelles, peut-être fantasme-t-il des mesures de guerre pour garder son auditoire? Et GUILBEAULT de soutenir la désobéissance civile dans un pays du Common law... Quelle comédie!

    Vivement un gouvernement minoritaire! Là il y aura de l'interculturalisme!

    Vraiment, pour la souveraineté de la raison, que le Québec garde le cap de son développement durable!
    Et que celui qui a du jugement se branche sur son courant sympathique!

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 10 octobre 2019 07 h 57

    Quelle BRISE !

    « Mais si je sors dehors et que je ne me rends pas compte que le vent me dépeigne, il y a quelque chose qui ne marche pas. Il vente un peu. Une brise. Elle est sympathique » (Yves-François Blanchet, Chef, BQ)

    De cette « brise sympa », et de ce qui s’est passé pendant les récents débats des chefs, il est à espérer que ce vent-tournant, qui ressemble et rassemble, d’esprit-cœur-corps, le corps-cœur-esprit de la Nation-Peuple du Québec, soit et demeure cette Brise là où le vent grenouille d’inspiration et de lumière à la québécoise !

    Du-dit « Cadavre à Zombie », il est comme plaisant de savoir-re-savoir que le BQ pense et parle en québécois, même lorsqu’il s’exprime dans la langue de Shakespear !

    Quelle BRISE ! - 10 oct 2019 –

    Ps. : Demain, vote par anticipation du 11 oct 2019, je vais, avec un ami (transport), valser le crayon là où la brise se posera de corps, de cœur et d’esprit à la québécoise !