Trudeau ne croit pas que le débat sur la laïcité lui coûtera des votes

Justin Trudeau s’est rendu au Nunavut mardi, où il a souligné sa promesse de protéger le Haut-Arctique contre le changement climatique et de répondre aux préoccupations des habitants du Nord s’il est réélu le 21 octobre.
Photo: Frank Gunn La Presse canadienne Justin Trudeau s’est rendu au Nunavut mardi, où il a souligné sa promesse de protéger le Haut-Arctique contre le changement climatique et de répondre aux préoccupations des habitants du Nord s’il est réélu le 21 octobre.

Justin Trudeau ne croit pas que sa position sur la loi québécoise sur la laïcité lui coûtera des votes au Québec. Pourtant, sa dernière sortie sur le sujet a fait tiquer François Legault.

Le chef libéral a dû revenir une fois de plus sur cette loi, mardi, alors que le débat de la veille, bien que s’adressant à un public anglophone, a fait une large place à cet enjeu. « Ce n’est pas une question de champ de compétence, c’est une question de respect des droits fondamentaux », a déclaré M. Trudeau à Iqaluit.

« Je pense que les Québécois savent très bien que je vais toujours défendre les droits fondamentaux », a-t-il ajouté, reprenant un discours souvent répété lors de l’étude, puis de l’adoption du projet de loi 21.

Lundi soir au débat, le chef libéral interpellait son adversaire néodémocrate sur la question et disait être le seul chef fédéraliste qui n’a pas fermé la porte à une intervention d’Ottawa dans les démarches de contestation de la loi québécoise.

À Québec, mardi, le premier ministre Legault a décidé de dire ce qu’il en pensait.

« Ce que j’ai vu hier soir, c’est que M. Trudeau s’est vanté d’être le seul qui était prêt à contester la loi 21 [devant les tribunaux], comme s’il voulait se distinguer, en anglais, des autres chefs », a dit M. Legault.

« Je trouve ça assez spécial qu’il aille contre la volonté populaire des Québécois », a tonné le premier ministre dans les couloirs de l’Assemblée nationale.

Et les attaques du chef conservateur

Au Nunavut, Justin Trudeau a aussi été invité à commenter l’attaque personnelle lancée contre lui au tout début du débat de lundi par le chef conservateur. Selon lui, cela démontre qu’Andrew Scheer croit que le vote du 21 octobre est à propos de Justin Trudeau plutôt qu’à propos des Canadiens, de leur avenir et de la lutte aux changements climatiques.

Visite dans le Nord canadien

M. Trudeau s’est rendu au Nunavut mardi, où il a souligné sa promesse de protéger le Haut-Arctique contre le changement climatique et de répondre aux préoccupations des habitants du Nord s’il est réélu le 21 octobre.

« Comme beaucoup de nos amis du Nord, vous êtes vraiment en première ligne de la lutte contre le changement climatique », a déclaré M. Trudeau à Iqaluit.

« Le Canada se réchauffe deux fois plus vite que le monde et notre Nord trois fois plus vite que la moyenne mondiale », a affirmé M. Trudeau, soulignant le fait que les peuples autochtones et leurs communautés sont particulièrement vulnérables aux impacts du réchauffement.

« Cela signifie des conditions de glace imprévisibles et dangereuses pour les pêcheurs. Cela signifie des écosystèmes perturbés dans l’Arctique. Cela signifie l’extinction des espèces », a-t-il déclaré.

« Le changement climatique menace nos emplois, notre santé et notre avenir. »

Lors des dernières élections fédérales, les libéraux ont balayé les trois territoires du Nord, y compris le Nunavut, où siégeait l’ancien ministre des Pêches, Hunter Tootoo, avant sa démission du cabinet et du caucus libéral pour suivre des traitements pour toxicomanie et régler des problèmes personnels.