Des militants d’Extinction Rebellion lancent des actions partout dans le monde

Des manifestants bloquant le pont Burrard, à Vancouver, lundi
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne Des manifestants bloquant le pont Burrard, à Vancouver, lundi

Des manifestants ont bloqué une poignée de ponts au Canada lundi dans le cadre d’un effort mondial visant à faire pression pour une action plus urgente contre les changements climatiques.

Des activistes appartenant à un groupe appelé Extinction Rebellion (XR) ont bloqué la circulation sur des ponts à Halifax, Toronto, Edmonton et Vancouver. Des manifestations similaires étaient prévues à Montréal, Calgary et Victoria. La cellule montréalaise de XR a toutefois remis son action à mardi.

Les manifestations canadiennes n’ont pas rassemblé autant de militants que sur le continent européen, où des centaines de personnes ont participé aux interventions qui ont soulevé l’ire de plusieurs citoyens coincés dans d’imposants bouchons de circulation.

À Toronto, les membres de XR ont soutenu que d’entraver la circulation des voitures était une stratégie nécessaire, bien que dérangeante.

« Dans une ville dépendante de l’automobile, perturber la circulation est l’un des meilleurs moyens de perturber le statu quo », a écrit le groupe sur sa page Facebook.

« Nous n’essayons pas de culpabiliser ou de blâmer les conducteurs — nous vivons tous dans un système toxique et nous n’avons que peu d’options positives dans nos vies quotidiennes sans un véritable changement de système. »

Le groupe devait libérer le viaduc Prince Edward à Toronto à 10 h, mais il s’y trouvait toujours à la mi-journée. Les policiers de Toronto ont confirmé avoir procédé à des arrestations à compter de midi, mais la porte-parole Caroline De Kloet n’était pas en mesure de préciser le nombre.

Au pont Walterdale d’Edmonton, une vidéo montre une poignée de manifestants invectivés par un homme qui les exhorte à ouvrir une voie de circulation pour permettre aux conducteurs de se rendre au travail. Des policiers ont dû s’interposer pour maintenir la paix entre les automobilistes et les écologistes.

Les manifestants se tenaient par les bras pour bloquer le pont qui relie le sud d’Edmonton au centre-ville.

Le premier ministre de l’Alberta et ardent défenseur de l’industrie pétrolière, Jason Kenney, s’en est pris à XR sur Twitter, dénonçant le fait que les militants empêchaient les travailleurs de se rendre au travail et les parents d’emmener leurs enfants à l’école.

« Il paraît que tout cela est censé être au nom de l’environnement, mais des centaines de voitures fonctionnent maintenant au ralenti pour rien pendant que les gens attendent », a-t-il écrit.

Plus paisible à Halifax

La scène était beaucoup plus paisible à Halifax, même après l’intervention des policiers, au bout de quatre heures de manifestation.

Un porte-parole de la police d’Halifax, John MacLeod, a déclaré que moins de 100 manifestants s’étaient rassemblés sur le pont Angus L. Macdonald reliant la ville à Dartmouth, incitant les officiers à fermer la zone à toute circulation.

Les manifestants se sont rendus au poste de péage du pont en agitant des drapeaux et des pancartes avant de se rassembler dans une zone proche du péage, tandis que des véhicules de police bloquaient la circulation sur les routes menant au pont.

D’après le service de police, 18 personnes ont été arrêtées et le pont a été rouvert à la circulation à midi.

« Je crois que c’est un franc succès, a commenté l’un des organisateurs de la mobilisation à Halifax, Patrick Yancey, avant d’être arrêté. Je crois que ce sera très bon que le monde entier voie tous ces gens prêts à se sacrifier dans le but d’obtenir des actions concrètes contre la crise climatique. »

Lorna McLagen, une militante d’Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse, a aussi été arrêtée. Elle a affirmé s’être sentie obligée de passer à l’action.

« J’ai fait partie du problème si longtemps et maintenant, avant de mourir, j’aimerais essayer de faire quelque chose, a-t-elle confié. Aussi inconfortable que cela peut me faire sentir, je dois le faire. »

Partout sur la planète

Fondée au Royaume-Uni l’année dernière, l’organisation Extinction Rebellion dit compter des sections dans une cinquantaine de pays. Le groupe a indiqué que les manifestations de lundi avaient lieu dans 60 villes du monde entier.

Un peu partout, la même scène s’est répétée. Les membres de XR s’assoient ou se couchent sur la chaussée jusqu’à ce qu’ils soient arrêtés et emmenés par des agents de police.

À Berlin, environ 1000 personnes se sont rassemblées avant l’aube pour bloquer le Grosser Stern, un rond-point situé au milieu du parc Tiergarten de la capitale allemande.

À l’heure du déjeuner, 300 autres personnes ont bloqué la Potsdamer Platz dans le centre de Berlin, déposant des canapés, des tables, des chaises et des pots de fleurs sur la route. La police a déclaré que les manifestations étaient pacifiques.

Des manifestants jouant de la batterie d’acier ont défilé dans le centre de Londres pour lancer deux semaines d’activités conçues pour perturber la ville.

La police de Londres a annoncé l’arrestation de 135 activistes du climat. Extinction Rebellion a déclaré que des manifestants du groupe XR Peace avaient été arrêtés alors qu’ils bloquaient Victoria Embankment, devant le ministère de la Défense.

À Paris, des centaines de personnes se sont accrochées les unes aux autres et certaines se sont enchaînées sur la place du Châtelet.

À New York, les manifestants ont visé un symbole bien connu, la sculpture du taureau de Wall Street, qu’ils ont enduite d’une substance imitant le sang.

À Amsterdam, des centaines de manifestants ont bloqué une grande route à l’extérieur du Rijksmuseum, l’une des attractions touristiques les plus populaires de la ville, et y ont installé des tentes. La manifestation a eu lieu malgré l’interdiction par la ville aux militants de bloquer la route. Les manifestants ont ignoré les appels de la police les incitant à se rendre sur une place proche.

En Espagne, quelques dizaines de militants se sont brièvement enchaînés les uns aux autres et à une route surélevée au-dessus d’une artère principale de Madrid, bloquant la circulation à l’heure de pointe du matin. Selon la police, trois militants ont été arrêtés pour avoir résisté aux ordres des agents.

Quelques centaines de manifestants ont campé dans 40 tentes aux portes du ministère espagnol de la Transition écologique.