Les libéraux accusent les conservateurs de faire de la désinformation

«Les conservateurs essaient de faire peur aux électeurs, en leur faisant croire que notre parti envisage d’imposer leur maison», dénonce le député libéral sortant de Gatineau, Steve MacKinnon.
Photo: Sean Kilpatrick Archives La Presse canadienne «Les conservateurs essaient de faire peur aux électeurs, en leur faisant croire que notre parti envisage d’imposer leur maison», dénonce le député libéral sortant de Gatineau, Steve MacKinnon.

Les hostilités électorales n’auront pas attendu le début du débat des chefs anglophone de ce soir. Les libéraux ont accusé les conservateurs de multiplier les « tactiques de désinformation » lundi après-midi, en dénonçant un nouveau site Internet des troupes d’Andrew Scheer qui colporterait des mensonges à leur endroit.

Le site HiddenHomeTax.ca soutient que Justin Trudeau a « un plan secret pour taxer votre maison ». Une allégation qu’a vivement niée le candidat libéral de Gatineau, Steve MacKinnon. « Les conservateurs essaient de faire peur aux électeurs, en leur faisant croire que notre parti envisage d’imposer leur maison. Ils ont envoyé des milliers de fausses lettres aux Canadiens à ce sujet, même si les conservateurs savent pertinemment que ce n’est pas vrai. Ce n’est pas dans notre plateforme. Nous n’y avons jamais pensé. Ce n’est pas une idée à laquelle notre parti adhère, et ce n’est pas une idée à laquelle notre parti adhérera », a répété le libéral en point de presse à Ottawa.

Les conservateurs prétendent depuis des semaines que le Parti libéral songe à imposer comme du gain en capital le profit généré lors de la vente d’une résidence principale. Ils citent, pour ce faire, un rapport de consultation rédigé l’automne dernier par le libéral Adam Vaughan dans lequel le député rapportait les propositions de ses commettants et évoquait celle-là comme possible solution pour freiner la spéculation immobilière à Toronto.

Or, les libéraux ont maintes fois affirmé qu’ils rejetaient l’idée. Et les conservateurs le savent très bien, a dit M. MacKinnon. Il accuse les conservateurs de propager de la « désinformation et des mensonges » dignes des « politiciens américains » et des « Américains d’extrême droite ».

Les troupes d’Andrew Scheer n’ont cependant pas reculé, reconnaissant au contraire volontiers que le site Web est à eux. « Et on est contents de la publicité », a commenté un porte-parole conservateur lorsque Le Devoir l’a avisé de la conférence de presse libérale dénonçant le site Web.

Les conservateurs persistent à dire que le document de consultation du député Vaughan a bel et bien été rédigé. « C’est à eux de se justifier », a fait valoir le porte-parole Rudy Husny au sujet des libéraux. « Ils nous ont aussi dit qu’ils allaient équilibrer le budget et ils ne l’ont pas fait. Alors, c’est sûr qu’on ne les prend pas au mot. Et les Canadiens ont le droit de savoir qu’ils se sont penchés sur la question et qu’ils ont rédigé un document sur le sujet », a-t-il argué.

Le débat des chefs anglophone réunira les six chefs fédéraux : Justin Trudeau du Parti libéral, Andrew Scheer du Parti conservateur, Jagmeet Singh du NPD, Yves-François Blanchet du Bloc québécois, Elizabeth May du Parti vert et Maxime Bernier du Parti populaire du Canada.

Au fil des deux heures de débat, les chefs discuteront d’abordabilité, d’environnement et d’énergie, des questions autochtones, de leadership et de la place du Canada dans le monde, de même que des droits de la personne et d’immigration.