Différentes approches de Trudeau et Scheer face à leurs candidats controversés

Le chef libéral, Justin Trudeau, ne prendra pas de mesures disciplinaires contre son candidat Jaime Battiste, même s’il juge «inacceptables» ses commentaires. Le chef conservateur, Andrew Scheer, a de son côté rompu les liens avec sa candidate Heather Leung après la mise au jour des convictions homophobes de celle-ci.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le chef libéral, Justin Trudeau, ne prendra pas de mesures disciplinaires contre son candidat Jaime Battiste, même s’il juge «inacceptables» ses commentaires. Le chef conservateur, Andrew Scheer, a de son côté rompu les liens avec sa candidate Heather Leung après la mise au jour des convictions homophobes de celle-ci.

Deux candidats à l’élection fédérale se sont retrouvés dans l’embarras au cours des derniers jours à cause de propos passés controversés, mais leurs chefs respectifs ont réagi différemment. Alors qu’Andrew Scheer a montré la porte à la sienne, Justin Trudeau s’est satisfait des excuses du sien et l’a conservé dans son équipe.

Jaime Battiste est le candidat libéral dans la circonscription de Sydney–Victoria, en Nouvelle-Écosse. Des journalistes ont retrouvé sur son compte Twitter des commentaires en apparence humoristiques qui dénigrent femmes et Autochtones, notamment.

Dans un gazouillis daté de 2013, il avait écrit : « Nettoyage. Pliage. Cuisine. Je me sens comme un raté monumental de ne pas avoir trouvé une femme capable de m’endurer assez longtemps pour faire cela à ma place. » Dans un tweet de 2012, il se demandait : « Pourquoi est-ce que je présume que toutes les filles autochtones maigres sont sur les pilules ou le crystal meth ? »

Lui-même micmac, M. Battiste avait été désigné « Modèle autochtone national » en 2005. Ce diplômé en droit travaille pour faire avancer la reconnaissance des droits des Micmacs et l’inclusion de leur histoire dans le curriculum scolaire. Dans une autre entrée Twitter, on voit M. Battiste et ses amis être arrêtés par la police pour possession de bouteilles de boisson alcoolisée ouvertes dans leur véhicule.

En fin de semaine, M. Balliste s’est excusé en disant qu’il trouvait ces « blagues […] drôles à l’époque », mais réalisait aujourd’hui qu’elles pouvaient être « choquantes ». « Ce sont des choses que j’ai dites à un moment difficile de ma vie et qui ne reflètent pas mes croyances ou qui je suis aujourd’hui. Je m’excuse sans réserve. »

Son chef, Justin Trudeau, ne prendra pas de mesure disciplinaire, même s’il admet ne pas avoir aimé les commentaires retrouvés. « Ils étaient inacceptables et je suis satisfait que M. Battiste se soit excusé sans réserve », a-t-il déclaré dimanche.

« Dégoûtants et impardonnables »

Les conservateurs, eux, estiment que M. Trudeau aurait dû désavouer son candidat. « Ces commentaires sont dégoûtants et impardonnables. Une personne qui fait ce genre de commentaires désobligeants n’est pas digne de siéger à la Chambre des communes », a écrit le parti dans un communiqué de presse samedi.

C’est qu’Andrew Scheer a, lui, rompu les liens avec sa candidate Heather Leung, dans Burnaby-Nord–Seymour, après que les convictions homophobes de celle-ci eurent été mises à jour. Mme Leung a milité activement contre les autorités scolaires de sa région lorsque celles-ci ont annoncé une politique de lutte contre l’homophobie. Mme Leung avait expliqué en 2011 à un journaliste que les autorités scolaires « creusent un trou noir et profond pour les prochaines générations, car les homosexuels ne peuvent pas se reproduire. Ils recrutent de plus en plus de gens dans leur camp ».

Dans une autre vidéo faisant l’éloge des thérapies de conversion (en vertu desquelles on tente de « ramener » les gais sur le chemin de l’hétérosexualité), on entend Mme Leung dire que « de plus en plus de jeunes adhèrent à [cette théorie] des préférences sexuelles perverses et de la fluidité des genres ».

Mme Leung se présentait dans une circonscription prenable : Burnaby-Nord–Seymour est représentée par un libéral (Terry Beech) malmené à cause de l’appui de son parti au pipeline Trans Mountain, auquel lui-même s’oppose. Le néodémocrate Svend Robinson y tente un retour en politique. En 2015, cette circonscription avait donné lieu à une course à trois entre le Parti libéral (36 %), le NPD (30 %) et le Parti conservateur (28 %).

La date limite d’inscription auprès d’Élections Canada étant passée, il n’est plus possible pour le Parti conservateur de présenter un autre candidat. Mme Leung sera donc inscrite sur le bulletin de vote comme représentante conservatrice, a confirmé Élections Canada.

Sydney–Victoria, en Nouvelle-Écosse, est également un bastion libéral. Le PLC l’a emporté avec 73 % des votes en 2015. En expulsant Jaime Battiste, Justin Trudeau se priverait d’un député quasi garanti.

En août dernier, avant le début officiel de la campagne électorale, le Parti libéral avait répudié son candidat dans Saint-Léonard–Saint-Michel, l’imam Hassan Guillet, accusé par le B’nai Brith d’avoir tenu des propos antisémites sur les réseaux sociaux.