Singh salue l’opposition des villes à la Loi sur la laïcité de l’État

Le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, lors d’une annonce à Vancouver, lundi.
Photo: Andrew Vaughan La Presse canadienne Le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, lors d’une annonce à Vancouver, lundi.

Le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, a salué mardi la mobilisation de certaines municipalités canadiennes contre la loi québécoise sur la laïcité.

Lundi soir, le conseil municipal de Calgary, en Alberta, a adopté à l’unanimité une motion qui condamnait cette loi interdisant le port de signes religieux à certains employés de l’État en position d’autorité, notamment les enseignants des écoles publiques. La motion a été présentée par le conseiller municipal George Chahal, dont le père porte le turban sikh.

La motion de la Ville de Calgary s’ajoute à celles déjà adoptées par les conseils municipaux de Montréal, de Toronto, Brampton et Kitchener, en Ontario, ou encore de Victoria, en Colombie-Britannique.

M. Singh, qui porte lui aussi le turban sikh, croit qu’il est « bon que les autres municipalités condamnent les actions du gouvernement du Québec, parce que la loi [sur la laïcité] est discriminatoire et [représente] quelque chose qui [le] rend vraiment triste ».

« Oui, je porte un turban et je peux faire avancer les enjeux pour aider les gens, et j’espère que ma présence au Québec montre qu’une loi qui discrimine les gens à cause de leur signe [religieux] n’est pas une bonne façon de gérer une province, d’avoir une société qui est inclusive », a-t-il répondu aux questions des journalistes à Vancouver.

Cela étant dit, son parti n’a toujours pas l’intention d’intervenir dans les contestations judiciaires en cours pour suspendre ou invalider cette loi.

Flexibilité pour les parents

M. Singh faisait campagne mardi pour la huitième journée consécutive en Colombie-Britannique, où il a fait plusieurs annonces centrées sur les régions.

En matinée, mardi, il a rencontré de jeunes familles pour leur parler de son plan visant à réduire leurs dépenses, notamment une assurance médicaments universelle et des logements plus abordables.

M. Singh a notamment promis qu’un gouvernement néodémocrate autoriserait les nouveaux parents à condenser leurs prestations d’assurance-emploi afin de pouvoir prendre des congés parentaux plus courts tout en recevant les pleines prestations.

Ces promesses ne concernent pas les parents québécois, qui sont couverts par le Régime québécois d’assurance parentale.

Le chef néodémocrate a déclaré que les prestations fédérales de congé parental devaient être plus flexibles afin de rendre service aux parents qui occupent des emplois précaires avec des heures irrégulières.

Permettre aux nouveaux parents de condenser leurs congés parentaux donnerait ainsi une certaine flexibilité aux familles qui ne peuvent pas vivre avec 33 % de leur salaire pendant une période de congé complète de 18 mois, a-t-il expliqué.