Le Bloc veut des services fédéraux à visage découvert

«On déposera une loi à cet effet pour que le Québec, qui a fait un choix très clair en matière de laïcité, qui lui donne un pouvoir très clair en matière de sécurité et d’identification, puisse agir conséquemment sur son territoire», a affirmé le chef bloquiste de passage à Drummondville jeudi.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir «On déposera une loi à cet effet pour que le Québec, qui a fait un choix très clair en matière de laïcité, qui lui donne un pouvoir très clair en matière de sécurité et d’identification, puisse agir conséquemment sur son territoire», a affirmé le chef bloquiste de passage à Drummondville jeudi.

Yves-François Blanchet saisit la balle de la Coalition avenir Québec au bond et promet de déposer un projet de loi aux Communes afin de légiférer au fédéral aussi la prestation de services à visage découvert. Et le chef du Bloc québécois ne s’arrêtera pas là. Il réclamera la même chose pour le vote et la prestation du serment de citoyenneté.

Les bloquistes militaient déjà pour que les électeurs et les nouveaux citoyens soient obligés de se présenter à visage découvert. Une idée qu’ont eux-mêmes défendue les conservateurs dans le passé.

En soi, ce n’est pas lié comme tel à la religion. C’est lié à l’identité et l’identification.

Mais M. Blanchet souhaite en outre qu’il soit interdit d’offrir ou de recevoir tout service fédéral à visage couvert. « On déposera une loi à cet effet pour que le Québec, qui a fait un choix très clair en matière de laïcité, qui lui donne un pouvoir très clair en matière de sécurité et d’identification, puisse agir conséquemment sur son territoire », a affirmé le chef bloquiste de passage à Drummondville avant d’aller à Québec jeudi.

Les bloquistes évitent de parler de volonté de laïcité dans l’appareil fédéral, invoquant plutôt un enjeu de sécurité. « En soi, ce n’est pas lié comme tel à la religion. C’est lié à l’identité et l’identification », a affirmé M. Blanchet. Sauf que le Bloc voudrait aussi que soit abolie la prière quotidienne récitée aux Communes, à huis clos, avant d’entamer les travaux.

Les nouveaux citoyens qui prononcent le serment de citoyenneté doivent se découvrir le visage en privé. Mais le Bloc demande que ce soit le cas tout au long de la cérémonie d’assermentation, qui est publique.

Sur les traces des conservateurs

Les conservateurs n’ont pas voulu commenter la proposition bloquiste jeudi. Leur gouvernement avait pourtant proposé d’interdire le vote à visage couvert, par un projet de loi présenté en 2007 par le leader du gouvernement aux Communes Peter Van Loan. Le projet de loi est mort au feuilleton avec l’élection de 2008. Une fois réélus, les conservateurs ont fait marche arrière et abandonné l’idée.

Leur député Steven Blaney a cependant déposé en 2011 un projet de loi d’initiative parlementaire en ce sens. Une idée qu’il a de nouveau défendue lors de sa campagne à la chefferie du parti en 2016.

Quant au serment de citoyenneté, le ministre de l’Immigration de l’époque, Chris Alexander, avait déposé, à la toute fin de la session parlementaire en 2015, un projet de loi exigeant qu’il se fasse désormais à visage découvert. La proposition était morte au feuilleton avec l’élection, lors de laquelle Stephen Harper avait toutefois défendu de nouveau cette idée.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, s’est dit « fermement contre » la promesse bloquiste. « Ils le font exprès, pendant la campagne électorale, seulement dans le but de créer une chicane. Ils veulent diviser la population », a-t-il dénoncé, en martelant que les bloquistes « ne se préoccupent pas des enjeux soulevés par les Québécois ».