L’Institut Munk annule le débat des chefs sur la politique étrangère

<p>Le débat devait se tenir mardi prochain, mais le chef libéral Justin Trudeau refusait d’y participer.</p>
Photo: Ryan Remiorz Archives La Presse canadienne

Le débat devait se tenir mardi prochain, mais le chef libéral Justin Trudeau refusait d’y participer.

L’Institut Munk qui espérait voir débattre les chefs des principaux partis politiques fédéraux de politique étrangère abandonne son projet.

Le débat devait se tenir mardi prochain, mais le chef libéral Justin Trudeau refusait d’y participer.

Le Parti libéral du Canada (PLC) veut s’en tenir aux débats organisés par la commission mise sur pied par le gouvernement. Ces débats, un en anglais et un en français, se tiennent le 7 et le 10 octobre. M. Trudeau a accepté de se plier aussi à un « face à face » au réseau TVA le 2 octobre, le diffuseur ayant refusé de faire partie de l’exercice organisé par la commission.

Un autre débat organisé par la revue MacLean’s et le réseau CITY TV, le 12 septembre, n’a accueilli qu’Andrew Scheer, Jagmeet Singh et Elizabeth May. Un quatrième lutrin avait été laissé vide sur le plateau pour souligner l’absence du premier ministre sortant.

En annonçant que son débat est annulé, l’Institut Munk s’est désolé de voir ainsi disparaître l’occasion de débattre de manière approfondie de politique internationale.

Le Parti conservateur n’a pas tardé à reprocher à M. Trudeau son absence, supposant que le chef libéral cherche à « faire oublier son bilan de décisions désastreuses en matière de politique étrangère ».

« Le pire coup asséné à la réputation internationale du Canada a peut-être été donné la semaine dernière quand Justin Trudeau a fait les manchettes parce qu’il s’est peint le visage en noir à de nombreuses occasions », accuse le communiqué diffusé mardi matin.