Une coalition demande une réforme de l’assurance-emploi

Des représentants du Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses (CNECC) réclament une réforme en profondeur du programme d’assurance-emploi. Mécontent de l’absence de ce sujet dans l’actuelle campagne électorale fédérale, le CNECC s’est inscrit comme « tiers » auprès du directeur général des élections du Canada afin de déployer une campagne de publicité au Québec et au Nouveau-Brunswick. Les membres de cette coalition déplorent le caractère arbitraire de nombreux aspects du programme d’assurance-emploi canadien comparativement à celui d’autres pays, notamment du G7. Selon le CNECC, le Canada serait le seul pays au monde avec une norme variable d’admissibilité fondée sur le lieu de résidence. Le Conseil parle aussi de taux et de période de prestations faibles, et de l’un des pays les plus durs en matière de sanctions rattachées aux motifs de fin d’emploi. Des rencontres ont finalement été demandées avec les chefs des partis politiques afin de connaître leurs engagements sur le sujet.