Jagmeet Singh courtise les travailleurs précaires

Questionné sur la position du NPD dans les intentions de vote, loin derrière les libéraux et conservateurs, Jagmeet Singh a dit ne pas accorder beaucoup d’importance aux sondages.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Questionné sur la position du NPD dans les intentions de vote, loin derrière les libéraux et conservateurs, Jagmeet Singh a dit ne pas accorder beaucoup d’importance aux sondages.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, continue de courtiser les travailleurs, pendant que ses adversaires libéral et conservateur s’accordent une journée de repos.

M. Singh a participé samedi matin à une assemblée publique dans un café de Toronto, aux côtés de l’ex-député et candidat néodémocrate de la circonscription de Davenport, Andrew Cash.

Jagmeet Singh a saisi l’occasion pour réitérer qu’il souhaite mettre l’économie au service de « monsieur et madame Tout-le-Monde ».

Il s’est plus particulièrement adressé aux travailleurs contractuels et à temps partiel, en rejetant l’idée selon laquelle les emplois précaires constituent une réalité avec laquelle il faut simplement apprendre à composer.

Il propose notamment de modifier les règles de l’assurance-emploi pour que les travailleurs qui retournent aux études y soient dorénavant admissibles.

Et pour les travailleurs qui ne bénéficient pas d’un emploi stable avec avantages sociaux, Jagmeet Singh a réitéré samedi sa promesse d’instaurer un régime universel d’assurance-médicaments et de soins dentaires pour les personnes non assurées dès 2020.

Le NPD s’engage également à fixer le salaire minimum fédéral à 15 dollars l’heure et à interdire les stages non rémunérés en dehors des programmes d’enseignement.

Questionné sur la position du NPD dans les intentions de vote, loin derrière les libéraux et conservateurs, M. Singh a dit ne pas accorder beaucoup d’importance aux sondages.

« On a beaucoup de temps, on a trente jours. Et pendant ces trente jours, je vais essayer de montrer la différence [avec] les libéraux qui vous prennent pour acquis et les conservateurs qui vont couper les services. Moi, je pense que vous avez besoin de quelqu’un qui se bat pour vous », a-t-il répondu, en reprenant son slogan de campagne.