Trudeau veut bonifier les services de garde

Justin Trudeau a promis de faire passer une subvention pour les services de garde de 400 à 935 millions de dollars par année. On le voit ici à l'école primaire catholique Blessed Sacrament à London, en Ontario.
Photo: Geoff Robins Agence France-Presse Justin Trudeau a promis de faire passer une subvention pour les services de garde de 400 à 935 millions de dollars par année. On le voit ici à l'école primaire catholique Blessed Sacrament à London, en Ontario.

Un gouvernement libéral viendrait doubler ses transferts aux provinces en matière de garde d’enfants, afin d’augmenter le nombre de places dans les services de garde des petits Canadiens avant et après l’école. Un investissement qui serait versé au Québec sans condition.

Justin Trudeau a promis lundi de faire passer son transfert en vertu du Cadre d’apprentissage et de garde des jeunes enfants de 400 millions de dollars par année à 935 millions pour l’ensemble des provinces et territoires. Une enveloppe qui permettrait aux provinces, selon le souhait du chef libéral, de créer jusqu’à 250 000 nouvelles places dans leurs services de garde. M. Trudeau veut que 10 % de ces places soient réservées aux parents qui ont un horaire atypique et qui ne travaillent pas simplement de 9 h à 17 h. Les fonds fédéraux serviraient en outre à diminuer de 10 % le prix de ces services — et qui varient grandement du Québec à l’Alberta, où la facture peut atteindre 30 $ par jour selon le Parti libéral.

935
C’est la somme (en millions) que verserait chaque année un prochain gouvernement libéral aux provinces et aux territoires pour leurs services de garde.

« Nous allons prolonger les heures pour mieux soutenir les parents qui jonglent avec plusieurs emplois ou qui travaillent tard », a affirmé M. Trudeau à Waterloo, lundi. « Avec ces nouvelles mesures, nous rendrons la vie plus facile pour les parents. Nous nous assurerons aussi que les responsabilités quant à la garde des enfants ne tombent pas de façon disproportionnée sur les épaules d’un parent », a-t-il fait valoir, en expliquant que cette responsabilité revient généralement aux femmes.

Compétence provinciale

Le gouvernement du Québec touche à l’heure actuelle 87,4 millions par année par l’entremise de ce transfert fédéral, et profite d’une entente asymétrique avec Ottawa. Celle-ci se poursuivrait, afin de permettre à Québec de récupérer l’argent sans pour autant se voir obligé de verser les fonds là où le fédéral le lui dicte.

Les services de garde sont de compétence provinciale. Justin Trudeau s’est défendu de s’ingérer dans les champs de compétence de ses homologues, un reproche souvent adressé aux libéraux fédéraux. « Nous reconnaissons que les provinces ont un rôle très important à jouer et elles doivent continuer de le faire. Mais le gouvernement fédéral sera lui aussi au rendez-vous », a-t-il argué, en critiquant au passage ses homologues conservateurs. « Plusieurs gouvernements conservateurs à travers le pays font des coupures et proposent l’austérité. Ce n’est pas ce dont les familles ont besoin. »