La laïcité s’invite dans la campagne fédérale

Le premier ministre, François Legault, répond aux questions de la presse à Québec, à l’occasion du lancement officiel de la campagne fédérale, mercredi.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre, François Legault, répond aux questions de la presse à Québec, à l’occasion du lancement officiel de la campagne fédérale, mercredi.

Justin Trudeau a démarré sa campagne électorale avec une sortie qui a fait bondir son homologue québécois. Le premier ministre sortant a entrouvert la porte à ce qu’un gouvernement libéral se joigne à une contestation judiciaire de la loi québécoise sur la laïcité. Ce qui a amené le premier ministre québécois, François Legault, à sommer les chefs fédéraux de se mêler de leurs affaires.

Le ton de M. Trudeau semblait avoir changé, au premier jour de la campagne électorale fédérale. Jusqu’ici, le chef libéral était resté flou lorsqu’il se faisait demander si son gouvernement pourrait intervenir contre la loi 21 du Québec. Or, mercredi, il a laissé entendre que, bien qu’une participation fédérale soit exclue « pour l’instant », cela pourrait changer un jour.

« Pour l’instant nous trouvons que c’est contre-productif pour un gouvernement fédéral de s’engager directement dans cette cause », a indiqué Justin Trudeau, en conférence de presse à sa sortie de Rideau Hall pour lancer le bal de la campagne électorale. Le chef libéral avait été critiqué par des chroniqueurs du Canada anglais, qui lui reprochaient de ne pas s’opposer assez farouchement à la loi québécoise.

M. Trudeau s’est dit mercredi « très content que les Québécois eux-mêmes soient en train de contester cette loi en cour, soient en train de défendre la Charte canadienne des droits et libertés ». « Nous allons suivre attentivement tout ce qui se passe dans le processus judiciaire et nous allons prendre nos décisions au fur et à mesure, si nous allons intervenir », a-t-il ajouté.

 
 

Il n’en fallait pas plus pour que François Legault prenne le micro à son tour afin de rappeler les aspirants premier ministre du Canada à l’ordre. « Ce que je leur demande, c’est de s’engager — pas juste pour l’instant, pour de bon — à ne jamais contester la loi qui interdit les signes religieux pour les personnes qui sont en autorité. C’est aux Québécois de choisir. Les Québécois ont choisi. »

Le premier ministre caquiste s’est abstenu de critiquer directement Justin Trudeau. Mais il en avait visiblement contre son choix de mots. « Je voudrais que ce ne soit pas seulement “pour l’instant”, mais pour de bon », a-t-il affirmé.

Les autres ferment la porte

Le chef conservateur Andrew Scheer, lui, a fourni une réponse catégorique. « Nous n’avons aucune intention d’intervenir dans cette cause », a-t-il déclaré en lançant sa campagne à Trois-Rivières. M. Scheer n’a toutefois pas précisé s’il estimait, comme ses homologues des principaux partis fédéraux, que la loi québécoise empiète sur les droits des citoyens. « Les gens qui s’opposent à cette loi plaident leur cause présentement devant les tribunaux. C’est leur droit. […] Pour notre part, nous ne déposerons pas ce genre d’initiative au niveau fédéral », s’est-il contenté de répondre.

Du côté du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh s’était déjà ravisé après sa course à la chefferie. Bien qu’il ait au départ laissé entendre qu’il se joindrait à une contestation judiciaire de la loi ayant précédé la loi 21 — le projet de loi 62 du Parti libéral du Québec —, M. Singh avait ensuite rajusté le tir en affirmant que ce n’était « pas notre juridiction » et que le fédéral n’avait pas à intervenir.

De passage à London, en Ontario, pour donner le coup d’envoi de sa campagne, M. Singh a fait valoir que le fait qu’il porte lui-même des symboles religieux lui permettra de se connecter avec les Québécois parce qu’il prouvera qu’il accorde de l’importance à l’identité. « J’espère que ma présence au Québec en tant que quelqu’un qui porte le turban et la barbe démontrera aux gens que je suis prêt à me battre pour leur identité. […] Je veux être un allié pour le Québec et défendre la langue française et promouvoir l’identité québécoise. »

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a vivement dénoncé la sortie de Justin Trudeau, qui témoigne, selon lui, d’un souhait de s’immiscer dans les affaires du Québec. « J’ai trouvé que, de façon très claire puisqu’on est en campagne électorale, le premier ministre du Canada a sans équivoque laissé comprendre qu’au besoin, l’argent des Québécois va être utilisé pour lutter et rendre inopérante une loi adoptée en toute légitimité et largement consensuelle au Québec. C’est absolument inacceptable, a-t-il martelé. Les Québécois ont droit à leurs valeurs, à leurs priorités, à leur identité. »

Le Parti vert n’a pas commenté le dossier. La cheffe, Elizabeth May, avait dénoncé la loi québécoise au moment de son étude à l’Assemblée nationale le printemps dernier, arguant qu’« une telle intolérance religieuse n’a pas sa place dans notre société ».

Avec Guillaume Bourgault-Côté et Isabelle Porter