Le slogan de campagne du Bloc québécois se veut inclusif

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Le chef bloquiste Yves-François Blanchet

« Le Québec, c’est nous », entend claironner le Bloc québécois aux quatre coins de la province au cours de la prochaine campagne électorale fédérale. Un slogan qui vise à rallier tous les Québécois derrière un parti qui aspire à défendre leurs intérêts à Ottawa.

En plus de ce slogan principal, une série de déclinaisons seront dévoilées au fil de la campagne, explique le chef du parti, Yves-François Blanchet. « C’est aussi : “Les régions, c’est nous” ; “L’environnement, c’est nous” ; “L’énergie propre, c’est nous” ; “Le français, c’est nous”», énumère-t-il en disant vouloir mettre l’accent sur des enjeux particulièrement chers aux Québécois.

Si le fameux « nous » a pu être la source de certaines controverses pour le mouvement indépendantiste dans le passé, M. Blanchet refuse de tomber dans ce piège et insiste sur le fait que « n’importe qui, qui met le pied sur le sol québécois et qui veut être Québécois, pour moi, c’est un Québécois ».

« C’est un pronom personnel, première personne du pluriel dans la grammaire. S’il fallait que l’on exclue le mot “nous” du vocabulaire, on aurait un sacré problème. Je ne m’inscris pas du tout dans cette fausse controverse qui a essentiellement toujours été alimentée par les adversaires. La notion [que ça] soit inclusif, ça va de soi, c’est le sens du mot “nous” ! » renchérit celui qui sera candidat dans la circonscription de Beloeil-Chambly.

C’est un pronom personnel, première personne du pluriel dans la grammaire. S’il fallait que l’on exclue le mot “nous” du vocabulaire, on aurait un sacré problème.

Pas question non plus d’y voir une forme d’opposition entre le « nous » des Québécois et le « eux » du reste du Canada, prévient Yves-François Blanchet. « La campagne que je veux proposer en est une où le Québec va parler de sa propre voix, avec ses propres propositions, promet le chef du Bloc. Dans la relation entre le Québec et le Canada, s’il y a des choses que l’on voit de la même manière, on travaillera ensemble et si on voit des choses de manière différente, on fera chacun nos affaires. C’est comme ça que devrait se construire une relation de nation à nation, d’égal à égal. »

Matériel promotionnel

Par ailleurs, le parti travaille à la préparation de son matériel promotionnel en vue de la campagne électorale qui devrait être déclenchée d’ici quelques semaines. Le chef s’est fait photographier avec chacun des candidats du Bloc québécois afin de confectionner les affiches électorales.

Fini le collage du chef par « Photoshop » derrière chaque candidat. « On a passé quelque chose comme 80 heures en studio de photo ! révèle M. Blanchet. Sous toute réserve, il y a peut-être un ou deux candidats avec qui on n’a pas réussi à avoir de rendez-vous, mais je pense qu’on les a pas mal tous », affirme-t-il, se disant très heureux d’avoir eu l’occasion de passer du temps avec chacun de ses candidats.