Le NPD expulse Pierre Nantel

Le député fédéral de Longueuil–Saint-Hubert, Pierre Nantel
Photo: Justin Tang Archives La Presse canadienne Le député fédéral de Longueuil–Saint-Hubert, Pierre Nantel

Nouvelle tuile pour le Nouveau Parti démocratique : son député de Longueuil–Saint-Hubert, Pierre Nantel, passe au Parti vert d’Elizabeth May en invoquant l’urgence climatique. Ses collègues disent ne pas comprendre son geste, même si en coulisses, plusieurs reconnaissent qu’ils s’y attendaient depuis longtemps.

La rumeur du passage de M. Nantel dans le camp des verts, d’abord relayée par le journaliste Bernard Drainville vendredi matin, avait forcé le chef adjoint du NPD, Alexandre Boulerice, à rendre visite à domicile à son collègue. « Il nous a confirmé très, très clairement que, pour lui, la page était tournée, qu’il était en discussion avec le Parti vert, que les négociations se terminaient, qu’il n’y avait plus que quelques points à régler, et que sa décision était irréversible », relate M. Boulerice.

Le parti a donc annoncé par communiqué de presse qu’il expulsait son député. « Le NPD amorcera le processus de nomination d’une nouvelle candidature dans la circonscription de Longueuil–Saint-Hubert afin que les gens de la circonscription puissent élire un député ou une députée qui est de leur côté et qui fait passer leurs intérêts en premier. »

La chef du Parti vert, Elizabeth May, confirme au Devoir qu’elle était en discussion avec son « ami » « depuis quelques mois ». L’annonce officielle de son arrivée pourrait être faite à Montréal dès lundi en présence de Mme May. Car il reste à déterminer dans quelle circonscription M. Nantel portera les couleurs de sa nouvelle famille politique. Le Parti vert a déjà une candidate dans Longueuil–Saint-Hubert, Casandra Poitras. « Le Parti vert n’est pas un parti où on peut bouger quelqu’un, explique Mme May. On doit trouver une solution pour elle qui fonctionne aussi pour Pierre. »

Au moment où ces lignes étaient écrites, M. Nantel n’avait pas encore réagi, mais sur Twitter, il a écrit : « Comme tant de Québécois, je suis orphelin politique. » Dans une entrée subséquente, il a ajouté : « Je me tue (!) depuis des mois à inviter les partis à mettre de côté leurs différences, pour la planète. À ne pas laisser les deux partis propétroliers (PLC et PCC) multiplier la production pétrolière. Le réveil-matin climatique a sonné. Qu’est-ce qu’on fait ? Je réfléchis… »

Sa réflexion dure depuis longtemps. Le chef adjoint du Parti vert, Daniel Green, a relaté au Devoir que lors des marches étudiantes pour le climat, ce printemps à Montréal, M. Nantel avait demandé de marcher avec le petit contingent représentant le Parti vert. « Je lui ai dit : “Oui, mais n’y a-t-il pas des drapeaux du NPD plus loin là-bas ?” relate M. Green. Il m’a dit : “Non, je vais marcher avec vous, j’ai beaucoup de respect pour Mme May.” »

Explications « confuses »

Les néodémocrates disent ne pas tout à fait comprendre la motivation de leur ancien collègue. « Les raisons étaient assez confuses, c’était beaucoup “il faut sauver la planète, la planète brûle” », relate M. Boulerice. Pierre Nantel plaidait depuis quelque temps pour une lutte concertée contre les changements climatiques sans égard aux lignes de fracture partisanes. En coulisses, certains se demandent en quoi troquer une formation politique pour une autre change cette dynamique.

Chose certaine, le transfuge alimentera la réflexion des progressistes québécois à la veille de l’élection fédérale. Depuis un an, quelques anciens militants néodémocrates déçus des performances de leur parti évoquent un passage au Parti vert. L’ancien député Jean Rousseau est passé à l’acte et sera candidat pour Mme May. L’ex-député Pierre Dionne Labelle a appelé à une fusion des deux formations.

Alexandre Boulerice dira aux électeurs que les deux partis ne se ressemblent pas. « Si vous avez une préoccupation pour l’environnement, nous la partageons. Mais comme dans l’esprit du Green New Deal d’Alexandria Ocasio-Cortez [la représentante démocrate], pour nous, la lutte contre les changements climatiques est indissociable de la redistribution de la richesse et de la lutte contre les inégalités, et c’est le plus que propose le NPD que le Parti vert n’a pas. Le Parti vert n’est pas vraiment à gauche. »

Pierre Nantel s’est retrouvé plus d’une fois au coeur de rumeurs de changement d’allégeance. Soupçonné d’affinités souverainistes, il a d’abord été envoyé au Parti québécois pour l’élection de 2018. Cette rumeur s’était intensifiée après le passage de Martine Ouellet à la scène fédérale qui libérait le siège à l’Assemblée nationale correspondant à celui de M. Nantel. Les rumeurs l’ont ensuite envoyé au Bloc québécois.

M. Nantel avait fait bande à part en votant avec les conservateurs pour la déclaration unique de revenus réclamée par Québec. Le NPD avait décidé de s’y opposer après avoir conclu qu’une telle réforme engendrerait des pertes d’emplois. Il avait aussi critiqué le nouveau chef Jagmeet Singh pour avoir suggéré qu’Ottawa conteste la loi québécoise sur le port des symboles religieux. Malgré ces différends, le NPD pensait avoir rétabli les ponts en mai dernier en nommant le bouillant député porte-parole « sur les enjeux touchant la nation québécoise ».

« Ça allait arriver, raconte une source néodémocrate. Ça fait des années qu’il dit qu’il n’est qu’un touriste au NPD et qu’il n’a pas de sang orange dans les veines. » Une autre personne rappelle que le parti a maintes fois essayé d’accommoder son élu. « Mais vient un moment où il faut envisager la séparation. »

M. Nantel a été élu une première fois en 2011 à la faveur de la vague orange. Il a été réélu de justesse en 2015, obtenant à peine 703 voix de plus que son adversaire libéral.