Le ministre des Services aux Autochtones invité à se rendre à Attawapiskat

La communauté autochtone d’Attawapiskat a déclaré l’état d’urgence à cause de la présence de produits chimiques dans l’eau potable.
Photo: Colin Perkel La Presse canadienne La communauté autochtone d’Attawapiskat a déclaré l’état d’urgence à cause de la présence de produits chimiques dans l’eau potable.

Le député néodémocrate fédéral du nord de l’Ontario, Charlie Angus, exhorte le ministre des Services aux Autochtones à venir constater sur place l’ampleur des problèmes vécus dans la communauté autochtone d’Attawapiskat, maintenant aux prises avec de l’eau contaminée.

Ce village cri, situé près de la baie James, avait attiré l’attention du pays en 2012 pour sa crise du logement et il a également fait face à des problèmes de suicide chez les jeunes. Or, plus tôt ce mois-ci, la communauté a déclaré l’état d’urgence à cause de la présence de produits chimiques dans l’eau potable.

De passage à Attawapiskat mercredi, le député Angus a estimé que le ministre Seamus O’Regan devait venir sur place pour se rendre compte des conséquences du problème sur la vie des citoyens. M. Angus a soutenu que des parents craignaient même de donner le bain aux enfants.

L’ancienne chef Theresa Spence, qui avait organisé en 2012 une grande mobilisation nationale contre la situation du logement à Attawapiskat, a entamé cette semaine une nouvelle grève de la faim pour dénoncer cette crise liée à l’eau potable.

Le cabinet du ministre O’Regan a indiqué que le dossier de l’eau, qui doit être réglé en partenariat avec la Première Nation d’Attawapiskat, était une priorité absolue.